Réponse aux propos d’Alain Juppé dans Le Monde


Le Monde vient de publier une tribune d’Alain Juppé, candidat à l’investiture des Républicains à la présidence de la République. C’est malheureusement une tribune européiste qui préconise publiquement l’inféodation totale de la France à Bruxelles et le démantèlement total des derniers vestiges de sa souveraineté.

Voici ma réponse :

Votre article, M. le Maire, est plein de mensonges. Je n’en citerai ici que cinq :

  1. Croissance nouvelle.  Elle doit être sobre, économe, circulaire, c’est-à-dire alimentée par le réemploi et non par le gaspillage.  Cela commence par une politique commune de l’énergie et par l’exploitation des possibilités sans limites de la révolution numérique. Et là, nous avons complètement besoin du cadre européen : allons-nous couper les ailes de nos nombreuses start-ups en les enfermant dans vingt-huit cadres réglementaires et fiscaux différents, alors que les pionniers californiens naissent américains et grandissent mondiaux ?”

Vous avez complètement tort et vous démontrez ici votre ignorance totale. Un cadre unique réglementaire européen est le contraire de ce dont nous avons besoin. Il serait un nouveau corset réglementaire qui etoufferait les entreprises sous la montagne des réglementations oneureuses et de la paperasse. Pire encore, sous un regime reglementaire unique europeen, les entrepreneurs ne supportant pas le poids reglementaire de l’UE n’auraient aucun choix autre que de quitter complètement l’UE.

En ce qui concerne les entreprises américaines, merci d’avoir démontré votre ignorance totale, M. le Maire ! Les Etats-Unis sont une confédération de 50 états dont CHACUN a son propre régime réglementaire et fiscal différent des 49 autres.  Chacun trouve et met en oeuvre ses propres solutions. Certains réussissent mieux, d’autres états pire. Les hommes d’affaires ont, en tout cas, toujours un choix du régimé fiscal et réglementaire qui leur convient le plus.

Ainsi, les entrepreneurs qui ne supportent pas les poids du régime fiscal et réglementaire excessif californien peuvent tout simplement, à tout moment, quitter le Golden State et s’installer outre part, par exemple au Texas. Et en effet, de nombreuses entreprises l’ont fait.

Vous citez plusieurs crises que traverse actuellement l’Europe. Mais elle les subit – et ne peux pas les résoudre – précisement parce qu’elle est enfermée dans un corset bureaucratique lui impose, contre la volonté des peuples européens, par les bureaucrates et les politiciens europeistes comme vous-meme. Les pays europeens ne pourront JAMAIS resoudre leurs problemes si une seule bureaucratie a Bruxelles leur impose la meme solution (one size fits all, comme le disent les Anglais). La crise de réfugiées, la crise économique et la crise de la dette souveraine sont des exemples les plus notables des conséquences de la politique désastreuse et de l’incompétence de Bruxelles.

2) Votre prétension que “aucun de nos pays ne peut plus espérer peser par ses seuls moyens” est un mensonge éhonté. La France n’a pas du tout besoin de l’UE pour peser dans le monde. Elle est une puissance militaire (et notamment nucléaire), la 6ème économie mondiale et un membre permanent du Conseil de Securite de l’ONU. Sa langue est la 5ème la plus répandue au monde et la SEULE, avec l’anglais, qui est parlée sur TOUS les continents du monde. On ne peut pas dire la même chose même de l’espagnol, du chinois ou du russe. Pendant ses deux mandats, le Général de Gaulle faisait la preuve vivante du contraire de ce que vous dites. Il a demontre qu’un pays qui agrandit ses propres moyens et rejète fermement toute hégemonie étrangere ou supranationale peut peser tres lourd dans le monde et jouir d’une approbation planetaire.

3) Votre prétension que l’UE et la France seront en mesure de dire non à Washigton et Ankara quand il le faut, et de concurrencer les USA si l’UE est renforcée selon vos propositions, est aussi un mensonge. Non, l’UE ne peut en aucun cas faire contrepoids aux USA. Pourquoi ?

Parce que la construction européenne est – et a toujours été, depuis sa naissance – un outil d’assujettissement des pays ouest-européens envers Washington sur le plan politique et économique (tout comme l’OTAN dans le domaine militaire).

Le but-même de la construction européenne n’a jamais été de concurrencer les USA mais le tout contraire : inféoder l’Europe occidental envers Washington.

Et le Général de Gaulle le savait parfaitement. Il nous en avait averti en 1962 lors de sa conférence de presse celèbre dans laquelle il nous avait averti d’un “fédérateur non-européen” qui controllait cette construction :

“Et puis, en effet, dès lors qu’il n’y aurait pas de France, pas d’Europe qui auraient une politique, faute qu’on puisse en imposer une à chacun des six États, on s’abstiendrait d’en faire.
Mais alors, peut-être, tout ce monde se mettrait-il à la suite de quelqu’un du dehors, et qui – lui – en aurait une.
Il y aurait peut-être un fédérateur, mais il ne serait pas européen. Et ça ne serait pas « l’Europe intégrée », ce serait tout autre chose, de beaucoup plus large et de beaucoup plus étendu, avec je le répète un fédérateur.”

Source : https://www.youtube.com/watch?v=pzRdmS_WyTk

Presque des ans plus tard, dans un entretien privé à l’Elysée, Charles de Gaulle a dit la même chose à son ministre d’information Alain Peyrefitte :

“Vous savez ce que ça veut dire, la supranationalité ? La domination des Américains. L’Europe supranationale, c’est l’Europe sous commandement américain.
Les Allemands, les Italiens, les Belges, les Pays Bas sont dominés par les Américains. Les Anglais aussi, mais d’une autre manière, parce qu’ils sont de la même famille.
Alors, il n’y a que la France qui ne soit pas dominée. Pour la dominer aussi, on s’acharne à vouloir la faire entrer dans un machin supranational aux ordres de Washington.”

– Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, Editions de Fallois, Fayard, 1997, tome 2, p. 217.

Les vraies racines et le vrai but de la construction europénne – celui d’inféoder l’Europe envers les USA – viennet d’être confirmées par le celèbre journaliste britannique Ambrose Evans-Pritchard dans le Daily Telegraph :

http://www.telegraph.co.uk/business/2016/04/27/the-european-union-always-was-a-cia-project-as-brexiteers-discov/

D’ailleurs, il n’est pas par hasard que les européistes les plus ardents ont à la fois éte les atlantistes et américanophiles les plus farouches – parmi eux, vous, M. le Maire, ainsi que Jean Monnet (un agent américain), Robert Schuman, Alcide de Gasperi, Konrad Adenauer, Paul-Henri Spaak (qui a dit au général le Gaulle qu’il préférait la domination américaine en Europe à la domination française), et aujourd’hui, Sarko l’Américain et Angela Merkel, la meilleure amie de Barack Obama qui vient d’admettre à la presse allemande que “il n’y a pas d’autre dirigeant mondial avec lequel je travaille aussi étroitement qu’avec elle”.

Il n’est non plus par hasard que les euroscéptiques les plus fervents sont également parmi les critiques les plus farouches du comportement des USA : l’UKIP, le FN, l’UPR, le Fidesz, le Jobbik…

Par ailleurs, il n’est pas par hasard que l’UE est maintenant en train d’ouvrir les portes du marché européen à la concurrence déloyale américaine, aux mêmes grandes boîtes américain qui évitent de payer des impôts, et qu’elle vient aussi d’abolir des visas pour des Turcs et d’accélerer l’accession d’Ankara à l’UE (un objectif stratégique des USA).

Ah, voilà la capacité de l’UE de dire “non” à Washington et Ankara !

Non, l’UE ne pourra jamais faire le contrepoids aux USA, même si elle devient un super-état fédéral et se dote d’une armée très puissante – parce que l’UE est, tout simplement, et a toujours été, un instrument d’inféodation de l’Europe envers les USA. C’est pourquoi elle se met complètement à la botte des USA et de la Turquie.

Fédéraliser l’UE davantage encore, cela n’aurait pour effet que priver la France et les autres pays européens de leur souveraineté au profit des USA – et ainsi, les assujettir complètement envers Washington. Ce qui a été le but des USA depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

4) En ce qui concerne votre mensonge éhonté que :

“Et, chez nous, non aux tentations délétères du populisme et du protectionnisme, non au retour de la haine de l’Autre, qui menacent de remettre en cause le miracle européen lui-même : une famille unie de nations guéries du nationalisme, fières de partager les mêmes valeurs de civilisation.”

Nous, les euroscéptiques ne propagueons pas de “haine de l’autre” et encore moins de guerres entre les peuples européens. Nous voulons seulement une chose : que chaque pays et chaque peuple en Europe puisse se gouverner librement, indépendamment des autres, selon son propre intérêt national comme il le comprend. Que chaque pays européen puisse gérer ses propres affaires en fonction de ses capacités et son bon sens. Que chaque pays européen puisse déterminer sa propre politique et son propre destin. Ce qui est, d’ailleurs, absolument nécessaire et inéluctable si les pays européens sont censés surmonter les crises actuelles.

Nous sommes tout à fait en faveur de coopération volontaire parmi les pays européens dans des domaines diverses – mais à une coopération volontaire, là où les pays concernés la jugent dans leurs intérêts nationaux, pas d’uniformisme imposé par force par la dictature européenne.

Parce que les crises que nous confrontons aujourd’hui exigent que les pays européens aient le plus de flexibilité et de liberté dans la résolution de leurs problèmes.

En revanche, ce que vous proposez, M. le Maire, est l’inverse exact : le modèle soviétique. Un centralisme bureaucratique absolu. Priver les peuples et les pays européens des dernières vestiges de leur souveraineté, de leur indépendance, et leur imposé un règne bureaucratique, centraliste, absolu dans tous les domaines, sans prendre en compte leurs intérêts nationaux ou la volonté des peuples européens. Autrement dit, une nouvelle Union Soviétique. Un centre tout-puissant et des républiques privées complètement du tout pouvoir réel.

Et tout cela – malgré vos mensonges éhontés – serait fait au profit des USA.

5) Enfin, quant à votre mensonge que :

“les sondages le montrent : le bon sens populaire sait bien que l’unité d’action des Européens est la condition préalable à tout espoir d’efficacité.”

C’est aussi complètement faux. Tous les sondages montrent que les peuples européens ne veulent davantage de l’Europe. Ils en veulent moins. Il veulent récuperer la souveraineté dont ils ont été privés. Ils veulent gérer leurs propres affaires. Ils ne veulent pas être gouvernés par Bruxelles. Ils ne veulent pas plus de centralisme. Ils ne voulaient pas de Constitution européenne ni de Traité de Lisbonne. Ils ne veulent pas de pacte de commerce transatlantique.

Toute cette construction europénne a été mise en place CONTRE la volonté des peuples européens, notamment celle exprimée solennellement en 2005 par les peuples français et néerlandais.

Mais je ne m’inquiète trop, parce que vous avez beau mentir, M. le Maire, tout système construit sur le mépris des gouvernés finit par s’effondre. Votre “Union européenne” néo-soviétique disparaîtra inéluctablement un jour, tout comme l’empire romain, l’empire de Charlemagne, l’empire monghol ou l’URSS.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s