ATTENTION: Un politicien celèbre sud-coréen veut une force de dissuasion nucléaire


142074.439nuclear_explosion

Suite aux essais nucléaires et missiliers par la Corée du Nord, des personnages importants de la vie politique de son voisin au sud ont fait un appel au gouvernement à Séoul à créer une force de dissuasion nucléaire indépendante des USA.

Leurs rangs comprennent notamment un ancien dirigeant de la partie actuelle de majorité en Corée du Sud, M. Chung Mong-joon, qui est toujours un parlementaire influentiel et l’un des politiciens les plus respectés du pays. M. Chung a ouvertement déclaré que son pays devrait construire sa propre force de dissuasion nucléaire, indépendante des USA, et se retirer du Traite sur la Non-Prolifération Nucléaire, ce qui est autorisé par l’article X dudit traite, qui autorise une telle mesure si le traite menace les interêts vitaux d’un état-adherent.

Le journal le plus lu du pays, le Chosun Ilbo, a aussi appelé au gouvernement à Séoul à créer une force de dissuasion nucléaire sud-coréenne.

Il faut remarquer que ce sentiment est partage, selon des sondages, par 66% des Sud-Coréens.

Pourquoi veulent-ils une force de dissuasion ? On nous dit que les armes atomiques sont “obsoletes” et ne répondent pas aux besoins sécuritaires de l’Occident, n’est-ce pas ?

Oui, c’est ce que l’on dit aujourd’hui sans cesse à l’Occident… mais 66% des Sud-Coréens, ainsi que les dirigeants des pays arabes, de la Turquie, et d’autres pays comprennent que tout ça est faux.

Ils comprennent – au contraire des opposants à la dissuasion – que seule la dissuasion nucléaire peut empêcher un agresseur potentiel de menacer leurs pays d’attaque nucléaire, chimique, biologique, ou conventionnelle majeure.

Ils comprennent également – au contraire des opposants à la dissuasion – que c’est la force militaire, pas la faiblesse et les actes de désarmement, qui créent une vraie sécurité.

Enfin, ils comprennent aussi qu’un pays ne peut en aucun cas dépendre pour sa sécurité et pour sa survie même d’un autre pays.

Encore une fois, le monde réel a demontré que les opposants à la dissuasion ont complètement tort.

 

On the F-35 and America’s nuke deterrent


The Pentagon’s chief weapons testing officer, Michael Gilmore, has just produced a scathing report on the F-35’s effectiveness in combat.

In that report, the DOD’s Director of Operational Test and Evaluation states outright that the F-35 is incapable of waging unsupported combat (i.e. fighting without the assistance of other weapon platforms) against any “serious” adversary.

In other words, without other aircraft coming to its aid, the hyper-expensive F-35 cannot survive in combat against any serious threat, be it the high-performance Sukhoi Flankers (and their Chinese derivative), the highly agile and well-armed J-10 Sinocanard, or 5th generation stealthy Russian and Chinese fighters such as the PAK FA, the J-20 and the J-31.

Bill Sweetman has obtained an advance copy of the report for Aviation Week. He sums it up thus:

The Block 2B version of the F-35 Joint Strike Fighter, which the Marine Corps declared operational in July last year, is not capable of unsupported combat against any serious threat, according to Michael Gilmore, the Pentagon’s director of operational test and evaluation (DOT&E).

The problem for the F-35 program is that, according to the program defenders’ hype and Lockheed Martin’s corporate spin, the F-35 was supposed to be stealthy enough and armed sufficiently to defeat even the most advanced enemy fighters and air defense systems, even ones operated by competent personnel.

“Serious adversaries” armed with such advanced fighters and air defense systems were, for the last several years, given as the raison d’être for the F-35 program.

Yet, as I’ve been warning for the last several years, and as the Pentagon’s chief weapon tester has now confirmed, the F-35 stands no chance of surviving in combat against cutting-edge enemy aircraft and ADS – unless supported by other platforms such as the F-22 or the F-15.

Yet, the Pentagon cannot afford to procure such pathetically underperforming weapons. In this era of fiscal restraint, platforms which soak up protective escorts will be huge LIABILITIES, rather than assets.

The solution for the Pentagon is simple: eliminate these liabilities. Immediately kill the F-35 program, resume F-22 production, and quickly develop the Sixth-Generation Fighter.

In other news, another expert, Energy Secretary Ernest Moniz has warned that America’s nuclear deterrent and its supporting infrastructure are woefully underfunded and urgently need modernization:

“North Korea’s nuclear test last week is a reminder that we’re living in a new era of nuclear proliferation. Now comes a warning from U.S. Energy Secretary Ernest Monizthat the Obama Administration is neglecting America’s nuclear umbrella.

(…)

Mr. Moniz went on to note that “a majority of NNSA’s facilities and systems are well beyond end-of-life.” Also, “infrastructure problems such as falling ceilings are increasing in frequency and severity,” as more than 50% of facilities are at least 40 years old and nearly 30% date to World War II. “The entire complex could be placed at risk if there is a failure where a single point would disrupt a critical link in infrastructure.” Yet the White House is set to request only half the funding needed for facilities between 2018 and 2021.”

The need to modernize the US nuclear deterrent and its supporting infrastructure is also an issue I’ve been warning about for years.

Once again, I have been proven right.

Communique sur l’essai thermonucléaire nord-coréen


La Corée du Nord vient de faire exploser, paraît-il, sa première bombe thermonucléaire (une bombe-H) et executer un tir d’essai réussi d’un missile balistique mer-sol tiré depuis un sous-marin plongé.

Cette information confirme encore une fois ce que je dis depuis des mois : la France a besoin de sa force de dissuasion nucléaire plus que jamais. Les menaces nucléaires étatiques à sa sécurité n’ont pas du tout disparu ; au contraire, elles se sont multipliées. Pendant la Guerre froide, il suffisait de dissuader l’URSS ; aujourd’hui, la France doit dissuader non seulement la Russie de Poutine, mais aussi la Corée du Nord et l’Iran (qui vient de tirer, avec réussité, des missiles balistiques de moyenne portée et qui développe actuellement des missiles capables de frapper toute l’Europe).

Cette information fait donc mentir les prétensions de tous les opposants de la dissuasion, notamment Paul Quilès, Michel Rocard, Jean-Marie Collin et Bernard Norlain.

Je suis sur la dernière ligne droite du travail sur mon livre, “La dissuasion nucléaire dans le 21ème siècle”, qui expliquera ce problème dans un grand détail.

http://freebeacon.com/national-security/north-korea-conducts-successful-submarine-missile-test/

http://www.abc.net.au/news/2016-01-06/north-korea-carries-out-successful-hydrogen-bomb-test/7070848

India cannot afford to rely on Sukhoi fighters


Many have tried to convince India not to buy Dassault Rafale fighters by extolling the Sukhoi Flanker family’s virtues instead. Indeed, Russia has been strongly lobbying New Delhi for many years to forego buying any Rafales and buy more Su-30MKI Flankers instead. New Delhi has already partnered with Russia to develop the Flanker’s successor – the Sukhoi PAK FA.

But New Delhi should be very careful not to buy any more Sukhoi fighters until the Russian planemaker significantly improves the quality of its fighters and their spareparts. For the Su-30MKIs have a poor readiness rate – just 55-60%, versus the 75% required by the IAF, as DefenseNews reports:

“NEW DELHI — Ahead of Indian Prime Minister Narendra Modi’s visit to Moscow Dec. 24-25, India’s autonomous auditing agency Comptroller and Auditor General (CAG) says the Russian-made Su-30MKIaircraft with the Indian Air Force (IAF) suffer from poor serviceability, which is just around 55 percent to 60 percent against the prescribed norm of 75 percent.

The 218-page CAG report tabled in Indian Parliament Dec. 18 notes that the operational readiness of Su-30MKI was low due to high rate of AOG (Aircraft on Ground), low serviceability and less achievement in flying hours.

An IAF official said the high rate of AOG means that out of 210 Su-30MKI with the IAF, around 115-126 aircraft are grounded for repairs and serviceability, which the officer said affects the combat worthiness.

The Su-30MKI suffers from technical problems in the fly-by-wire systems and radar warning receivers, the IAF official said.”

And what is the main cause of the low readiness rate of the Su-30MKIs? Primarily spare parts, which are made in Russia:

“The poor serviceability is mainly on account of lack of spares, which come from Russia. IAF has lost six Su-30MKI since it received the first batch in 2002.”

Memo to the Indian government: stop buying Russian aircraft. You’re only shooting yourselves in the foot this way.

Pourquoi le FN a gagné le premier tour des régionales


Il y a une semaine, le 6 décembre, la France a été choquée par la victoire dans le premier tour des régionales du Front National. Même maintenant, avec le “front républicain” supposé de la droite et de la gauche contre le FN, le parti de Marine Le Pen est arrive dangereusement pres de gagner la présidence de plusieurs régions françaises. (Propos ecrits a 13h01: Les Républicains étaient en tête du péloton seulement en 4 régions et leurs perspectives de victoire dans toutes les régions metropolitaines sont incertains, même en Ile-de-France.)

Pourquoi une telle situation s’est-elle produite ? Pourquoi le Front National est-il devenu le premier parti de la France ? (Les abstenus ne sont pas un parti ; il n’y a pas d’option comme “aucun de ces candidats” dans les élections, toute comme dans la vie réelle; et en réfusant de voter, les abstenus ont cédé leur droit de voter aux autres électeurs.)

Parce que le FN a réussi à attirer tous ceux qui sont inquièts, voire effrayés, par la crise grave dans laquelle se trouve la France et souhaitent rétablir la puissance et la grandeur de l’Hexagone. Mais surtout parce que le FN a réussi à attirer les anciens électeurs gaullistes des Républicans (ex-UMP, ex-RPR) qui se sentent trahis par le parti de Nicolas Sarkozy.

Parce que les Républicans ne sont pas du tout un parti gaulliste, non plus que ne l’était l’UMP. Et ils ne le redeviendront jamais tant que Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Fillon, ou un autre atlanto-europeiste ardent tient les rênes du parti.

Rappelons brievèment ce que l’UMP de Nicolas Sarkozy et de François Fillon a fait quand ils étaient au pouvoir:

  • Ils ont signé et fait ratifier par le Parlement la Constitution européenne (dans le déguisement du Traité de Lisbonne) contre la volonte du peuple français (en effet, cette constitution a été adoptée contre la volonte de tous les peuples européens). Ils ont ainsi bafoué completement la décision democratique et souveraine du peuple français de rejeter la Constitution européenne. Ce document, ratifié dans le déguisement du Traite de Lisbonne, a cédé la grande plupart de la souveraineté de la France au profit des institutions ultra-bureaucratiques bruxelloises controlées de facto par les interêts américains et allemands. (Il n’est pas hasard que les Américains ont, dès le début, soutenu l’integration européenne; ils souhaiteraient effacer la France de la carte du monde pour qu’elle ne puisse plus les contrer.) La majorite socialiste arrivée au pouvoir en 2012 était et est toujours d’accord avec cette decision.
  • Ils ont fait rentrer la France dans les structures militaires de l’OTAN et donc ont assujetti l’armée française (hors de la force de dissuasion) au commandement americain, ce que le général de Gaulle n’aurait jamais fait.
  • Ils ont vendu une bonne partie des reserves d’or de la Banque de France contre des dollars (Charles de Gaulle avait fait l’inverse).
  • Ils ont accepté le déploiement du bouclier anti-missiles américain en Europe, ce qui est un outil de suprematie militaire américaine et une provocation envers la Russie.
  • Depuis le début de la crise financiere, ils ont préconise même plus de transfert de souveraineté de la France au profit des institutions bruxelloises.
  • Ils ont complètement negligé la Francophonie ; en 2008, Nicolas Sarkozy a même raccourci dramatiquement sa participation à un de ses sommets pour se rendre à son maître de l’époque, le président américain d’alors George W. Bush.
  • A nos jours, les tenors des Républicains – y compris MM. Sarkozy, Fillon, Juppé, Estrosi, Le Maire et les autres – prônent plus d’integration européenne, plus de pertes de souveraineté par la France au profit des institutions non-démocratiques a Bruxelles, et préconisent même la creation d’un gouvernement économique européen !

Bref, tous les tenors des Républicains sont des europeistes incorrigibles, tout comme les socialistes. Il n’y pas de vraie difference entre eux. Les Republicains n’ont absolument RIEN à voir avec le gaullisme. Au contraire, LR est un parti sarkozyste où le gaullisme est consideré comme obsolète.

Les Républicains (l’ex-UMP) ont, tout simplement, complètement trahi le gaullisme et le legs de l’Homme du 18 juin.

Alors, millions des électeurs traditionellement gaullistes et conservateurs, attachés passionnement à la souveraineté de la France et à la notion d’état-nation, ont voté FN. Voila pourquoi le Front est devenu le premier parti de la France.

C’est aussi la raison pourquoi des partis nationalistes et eurosceptiques gagnent des elections, ou montent en puissance, partout en Europe, de la Grande Bretagne à la Pologne. Les peuples européens rejettent complètement la dictature européenne qui a été imposée sur eux contre leur volonté par leurs politiciens. Ils veulent que les affaires de leurs pays – la politique économique, fiscale, sociale, environnementale et étrangère parmi autres – soit decidée par leurs gouvernements élus (par des gouvernements qui écoutent leurs électeurs !) et non par des bureaucrates bruxellois non-élus comme M. Jean-Claude Juncker.

Les Républicains se demandent :  Comment pouvons-nous gagner des élections dans l’avenir ?

La réponse est simple : Cessez d’ignorer et de bafouer la volonte du peuple français. Cessez de le mépriser. Ecoutez-le. Décentralisez, avec vos partenaires européens, profondement l’UE pour que la bureaucratie bruxelloise s’occupe seulement des affaires où il faut vraiement une politique commune – ce qui devrait être l’exception, pas la règle.

Sinon, vous allez continuer à perdre des élections au profit du FN, ce qui finira dans cette décennie ou au plus tard dans la prochaine par l’implosion et l’éclat total de l’UE. Et de votre parti aussi.

Comment battre le Daech et les terroristes islamiques en général ?


Vendredi, le 13 novembre, des terroristes islamiques appartenant à, ou commandités par, l’Etat Islamique (Daech) ont frappé la France et tue plus de 120 personnes.

Cela malgré toutes les restrictions des libertés publiques mises en oeuvre après les attentats du janvier.

La question se pose : que faut-il faire maintenant ? Mais avant d’y répondre, il faut d’abord expliquer une autre chose : pourquoi l’EI a-t-il frappé l’Occident et comment l’EI est-il né ? D’ou vient le terrorisme islamique ?

Il faut faire la diagnose correcte avant de faire des prescriptions.

Les causes du terrorisme islamique

Il y a plusieurs causes du terrorisme islamique, plusieurs motivations qui poussent des musulmans à faire du djihad, qui malheureusement renforcent l’une l’autre, notamment:

  • L’idéologie djihadiste – une idéologie de haine envers non-musulmans qui appelle les musulmans à conquêter le monde non-islamique;
  • Le soutien historique (et actuel) de l’Occident pour des dictateurs tyranniques dans plusieurs pays musulmans (notamment en Iran, Irak et Egypte, ainsi qu’aujourd’hui pour les monarchies absolues du Golfe arabe et au gouvernement pakistanien);
  • L’occupation répressive des territoires palestiniens par l’Israel et ses attaques périodiques contre les Palestiniens (et le soutien continu et inconditionnel de Washington pour Tel Aviv);
  • Les interventions des USA au Moyen-Orient et les tortures utilisées par les Americains à Abou Ghraib et à Guantanamo; et
  • Plus généralement, la pauvreté et la tyrannie sous laquelle vivent les résidents de la plupart des pays musulmans.

Dans le cas spécifique de l’Etat Islamique (EI), né en 2006 en Irak en conséquence de l’invasion américaine de ce pays trois ans plus tôt, sa montée en puissance est due d’un grand part au président syrien Bachar el-Assad:

  • D’abord, parce que M. Assad mène, depuis 2011, une guerre génocidaire contre son propre peuple et a déjà tué 250 000 de ses concitoyens, pour la plupart des femmes et des enfants, souvent avec des armes chimiques;
  • D’un autre cote, parce que M. Assad a relâché en 2011 des centaines de terroristes islamiques de ses prisons ; ces terroristes ont ensuite rejoint l’EI ;
  • Enfin, parce que depuis le début de la guerre civile en Syrie (en 2011) M. Assad a attaqué exclusivement les positions de l’opposition syrienne moderée, pas celles de l’EI.

Bien évidemment, l’invasion américaine de l’Irak en 2003 a aussi nettement contribué à cette conflagaration qui est actuellement en train de détruire la région. Les Américains ont déposé le dictateur irakien sounnite Saddam Hussein et ont ensuite organisé des élections remportées par la majorité chiite irakienne (répressée par Saddam) ménée par le politicien chiite revanchiste Nouri al-Maliki. Celui-ci a ensuite commencé une chasse aux sorcières contre les sounnites – une campagne de répression systematique contre la minorité sounnite. Il a aussi expulsé presque tous les sounnites du gouvernement irakien et de ses services secrètes.

Cette répression a provoqué une grande rebelle sounnite contre le gouvernement al-Maliki que l’interessé a essayé d’etouffer par force militaire avec l’aide des Américains. Cette politique a echoué et a méné, en 2006, à la naissance de l’Etat Islamique.

La situation a été un peu calmee en 2007-2008 quand l’extremité de la violence des islamistes a bouleversé les sounnites eux-mêmes, ce qui a permis à l’armée américaine à stabiliser un peu la situation. Mais au lieu de chercher la réconciliation avec les sounnites, al-Maliki a renforcé la répression contre eu, ainsi destabilisant l’Irak a nouveau, ce qui a aidé énormement à la montée en puissance de l’EI. Encore pire, les troupes américaines ont quitté l’Irak en 2011 et en 2014, en face de l’Etat Islamique, l’armée irakienne – bien que dotée de l’équipement américain le plus moderne – a abandonné ses armes et pris la fuite. Ce qui a permis à l’EI de s’emparer d’une bonne partie de l’Irak.

Que ne faut-il pas faire ?

Dans l’Occident, il y a ceux qui prônent une alliance avec la Russie de Vladimir Poutine, l’Iran des mollahs et le régime de Bachar el-Assad pour combattre l’EI. Parmi les partisans d’une telle solution sont des politiciens de la droite et de la gauche française, notamment Nicolas Sarkozy, François Fillon, Christian Estrosi, Pierre Lellouche (considéré le meilleur “expert” des Républicains sur les affaires étrangères) et Marine Le Pen.

Toutefois, ils ont complètement tort. Une alliance avec le régime d’Assad et avec ses mecènes russe et iranien serait la pire faute que l’Occident puisse commettre, pour des raisons déjà expliquées ci-dessus. D’abord parce que le dictateur génocidaire syrien, ayant tué avec prémeditation un quart d’un million de ses compatriots, est la meilleure affiche de récrutement pour l’EI – il est une énorme obstacle, pas une aide, à la victoire sur Daech. Ensuite parce que il est un pantin de la Russie et de l’Iran. En le sauvant, nous aiderons donc Moscou et Téhéran à faire du Moyen Orient leur zone d’influence exclusive.

N’oublions pas que – comme indiqué ci-dessus – l’une des causes principales du terrorisme au monde est le soutien historique aux dictateurs de certains pays du Moyen Orient, notamment Saddam Hussein et le dernier Shah de l’Iran. (En fait, l’Occident soutient toujours les monarchies absolues de la Péninsule Arabe.) Il ne faut pas commettre la même faute encore, dans ce cas avec Assad. Particulièrement pas maintenant, apres que Assad a déjà exterminé 250 000 de ses compatriotes et s’est donc fait valoir la haine de la grande plupart de ses compatriotes.

En ce qui concerne l’Iran et la Russie, ces pays constituent eux-mêmes des menaces très serieuses à la sécurité de l’Europe entiere en raison de leurs programmes nucléaires et missiliers. En particulier, la Russie, avec son vaste arsenal atomique (7 500 tetes) et ses menaces fréquentes d’utilisation de l’arme ultime contre des pays européens, menace la sécurité et la paix de tout le monde occidental. Or, les russophiles comme MM. Sarkozy, Fillon, Estrosi et Lellouche vont permettre a la Russie de creer du Moyen-Orient sa zone d’influence exclusive.

Que fait-il faire ?

Pour vaincre l’EI et résoudre – plus ou moins – la crise syrienne, il faut tirer des leçons de la diagnose ci-dessus et donc:

  • Continuer de bombarder l’EI de l’air.
  • Augmenter nettement l’approvisionnement en armes de l’opposition syrienne moderée et des Kourdes (ceux derniers se sont révélés comme une force militaire très efficace contre l’EI).
  • Contraindre Bachar el-Assad à quitter le pouvoir ou le renverser et convaincre l’opinion publique syrienne qu’il y a une alternative anti-Assad à l’EI.
  • Aider à trouver une réconciliation parmi les groupes divers de la societé syrienne pour faciliter la transition de la Syrie vers un avenir démocratique post-Assad.

Il y a 2 500 ans, le stratège chinois Sun Tzu a écrit que “en guerre, la façon de gagner est d’éviter ce qui est fort et attaquer ce qui est faible.” La force militaire de l’EI – ses armes et le fanatisme de ses militants – sont leur point le plus fort. La plus grande faiblesse de Daech est sa brutalité, voire sa barbarité, envers les populations conquises. C’est sa terreur utilisée contre les populations assujeties.

Il faut donc “attaquer” cette faiblesse de l’EI en montrant aux Syriens – et à tous les peuples actuellement gouvernés par la dictature de l’EI – qu’ils ont une chance d’un avenir de sécurité, de liberté et de paix. Mais l’Occident aura la capabilité à le faire – dans ce cas, la crédibilité morale – seulement s’il se distance complètement du régime d’Assad et exigera son départ ou le renversera.

Une alliance avec Assad discréditerait l’Occident complètement – en le démontrant comme hypocritique – et détruirait toute chance de victoire sur l’EI. Une alliance de l’Occident avec Assad ne laisserait au peuple syrien aucune possibilité de renverser ce dictateur sauf le soutien pour l’EI – et c’est ce que les Syriens choisiront si la seule alternative est le régime d’Assad.

Globalement, dans la lutte contre le terrorisme islamique, il ne suffit pas de le frapper la ou les djihadistes ont des bases. Il faut d’abord eliminer les causes premieres du terrorisme islamique. C’est-a-dire, tous les pays du Moyen Orient devraient commencer une transition democratique, vers un avenir sans dictatures, vers une forme du gouvernement qui conviendra le plus a ces pays mais qui respectera aussi les droits d’homme – pour tous leurs citoyens. Le Moyen Orient ne peut plus être gouverné par des dictateurs ou par des fanatiques religieux. C’est un récipe pour produire plus d’extremisme islamique et donc plus de terrorisme. Une telle transition sera sans doute très difficile, mais elle est nécessaire.

Il faudra donc progressivement abandonner les alliances/amitiés que l’Occident entretient actuellement avec les monarchies petrolières de la Péninsule Arabe. Il faut les contraindre (ainsi que contraindre la Turquie) à cesser leur double jeu et couper tous leurs liens avec tout groupe islamique. Il faut qu’ils cessent de soutenir la propagation de toute idéologie islamiste/djihadiste dans l’Occident.

Il faut aussi renforcer certains dispositifs de sécurité à l’Occident. Par exemple, il faut priver les djihadistes (au moins les binationaux) de leur nationalité occidentale, déporter ce qui ne l’ont pas, arrêter l’accueil des “réfugiés” syriens, fermer tous les sites et chaines YouTube djihadistes, armer les polices municipales et les services de sûreté de la RATP et la SNCF et équiper tous les transports en commun de vidéoprotection. Il est aussi possible d’installer des détecteurs de métaille/d’explosifs aux portes du métro, du RER et des certains quais ferroviaires.

Mais ce sont des mesures qui peuvent seulement adoucir le problème, pas le résoudre.

Surtout, il ne faut absolument pas rendre les libertés qui ont fait de l’Occident la meilleure civilisation au monde. Il faut, en fait, abroger les dispositifs et lois répressifs qui ont été adoptées depuis le 11 septembre 2011 et particulièrement depuis les attentats du janvier 2015. Ces dispositifs n’ont fait et ne feront RIEN pour nous protéger contre le terrorisme. En fait, ils ont déjà complètement et incontestablement échoué, comme les attentants du 13 novembre 2015 démontrent.

Rendre nos libertés et créer un état policier, cela donnerait aux terroristes islamiques la victoire même qu’ils cherchent.

 

What is the F-35 Good For? Answer: Nothing. It’s Totally Useless.


The RealClearDefense website has published an interesting article on the Israeli Air Force – arguably the best in the world. It worries that the IAF, its pilots’ skills notwithstanding, may lose its technological edge, because the F-35 cannot defeat modern Russian fighters, especially those equipped with infrared search and tracking systems:

“If the F-35 cannot hold its own against fourth-generation fighters, which are increasingly equipped with infrared sensors that can detect stealth aircraft, it will be limited to ground-attack missions and require escorts to carry-out operations in contested airspace. The former head of the USAF’s Air Combat Command admitted last year that the F-35 was not built as an air-superiority fighter and needs the USAF’s existing stealth fighter, the F-22, to protect against enemy aircraft.

This shortfall represents a major problem for Israel, which cannot acquire the F-22. Congress banned its export and production ended in 2011. Israel will therefore have to continue to rely on its existing fourth-generation fighters to retain competitive air-to-air capability – which undermines a core reason Israel invested in the F-35.”

It’s clear that the truth of the F-35’s inability to beat modern air superiority fighters is finally being recognized by important media outlets. However, this truth poses a deadly question for the F-35: what is it good for? What is it useful for?

As has been stated, it cannot beat modern competitor fighters and would need F-22 to escort it. So it’s completely unfit for air superiority missions (Pentagon and LM spin notwithstanding).

But it’s completely unfit for counterinsurgency missions. It is too expensive, too overbuilt, and the CTOL variant needs very long runways, limiting possible choices of deployment sites.

So the F-35 is completely unsuited for both high-end and low-end warfare. Not capable of defeating advanced fighters and air defense systems, too expensive and overbuilt for counterinsurgency warfare.

The idea of having it escorted by F-22 is ridiculously stupid. The F-22 will already be busy enough. Any weapon system requiring protective escorts will be a huge liability rather than an asset.

Memo to the Pentagon: Kill. The. F-35. Program. Now.

Not next year. Now.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 585 other followers