Category Archives: Nuclear deterrence

USAF Chief of Staff explains why America needs the new cruise missile

Among the key elements of the modernization of the U.S. nuclear deterrent is a new stealthy cruise missile, called the Long Range Stand-Off Weapon, or LRSO for short. This missile is intended to allow nonstealthy B-52 bombers to launch a nuclear retaliation (should it become necessary) on America’s adversaries using nuclear-tipped cruise missiles. The B-52 itself, lacking low-observable shapes and easily detectable by radar, is totally unsurvivable inside enemy-controlled airspace and would therefore have to stand off outside the range of enemy air defenses.

The Democrats, who have never met a weapon system they didn’t like, have, in recent years, been trying their best to kill that program. They claim that it’s unnecessary because it supposedly duplicates the next-generation stealthy bomber, the B-21, currently being developed by Northrop Grumman.

But the USAF Chief of Staff, Gen. Mark Welsh III, who is responsible for two of the three legs of America’s nuclear triad, has recently explained in simple language why the US military needs the LRSO to keep the air leg of the triad credible:

“ALCM is already twenty years past its design life and very, very difficult to maintain. We just can’t keep maintaining this fleet of missiles for any period of time. So once ALCM dies on the vine, let’s say 10 years from now, 15 years from now, we are just beginning to field the B-21 [bomber] and we have a whole bunch of B-52s that are now going to have to fly over a target with a gravity bomb.”

As the Chief explains, the current nuclear-tipped missiles the USAF has are already 20 years past their intended service lives, are very difficult and costly to maintain, and cannot remain in service much longer. They will have to be retired within the next 10-15 years at the latest.

But within the next 10-15 years, B-21 bombers will only begin to enter service in limited numbers, because at the start of President Obama’s first term, in 2009, then-Defense Secretary Robert Gates delayed this crucial next-generation bomber by 2 years. This despite the fact that the need for the said aircraft had already been well-known and proven and despite the fact that the 2006 Quadrennial Defense Review had already identified that requirement (which was subsequently re-validated by the 2010 and 2014 QDRs).

Also, 10-15 years from now, the USAF’s current, small (20-strong) fleet of B-2 Spirit stealthy bombers will be in its 30s and its stealth technology (which is 1980s vintage) might be obsolete, meaning that the B-2 may lose its ability to defeat advanced enemy air defense systems – certainly those fielded by Russia and China, America’s two most dangerous potential foes.

Similarly, the Air Force Association, a nationwide group of retired Airmen, has defended the LRSO by explaining that:

“Funding its replacement, LRSO, is particularly important given the advanced air defenses of our adversaries. Without a sustained bomber stand-off capability enabled by a modern cruise missile, the bomber leg of the triad will be increasingly at risk.”

So if the new cruise missile, the LRSO, is delayed, the consequences 10 years from now will be that:

  • the current cruise missile, the ALCM, will have to be retired due to old age and cost of maintenance;
  • the B-2 may well lose its ability to penetrate sophisticated enemy air defenses;
  • the B-52 and the non-nuclear B-1 will be of no help, because they won’t have a new nuclear-tipped cruise missile to carry, and they have such huge radar signatures that they cannot enter enemy-controlled airspace; and
  • as a result, the airborne leg of the U.S. nuclear triad will completely lose its credibility, undermining that of the entire triad and therefore the credibility of America’s extended deterrence guarantees to over 30 allies and friends – some of whom may then decide to develop nuclear weapons of their own.

Nuclear disarmament advocates fantasize that America’s unilateral cancellation of this new cruise missile would inspire other countries to do the same or to agree on a global ban on such weapons.

This argument is utterly laughable. Unilateral disarmament has never inspired any non-Western country to reciprocate. On the contrary, whenever the West has given up on such or such weapon system, Russia, China, North Korea, and others have NEVER reciprocated. NEVER. Not even once.

To give but one example: when the Obama administration withdrew nuclear-tipped TLAM-A cruise missiles from US Navy submarines, the Russians did not reciprocate. They still keep nuclear-armed cruise missiles on their attack submarines (SSNs) and cruise missile launcher subs (SSGNs), which is essentially a  second fleet of nuclear-armed submarines outside the scope of any arms control treaty.

Not only that, but Russia is in violation of EVERY arms control agreement it is a party to: the Biological and Chemical Weapons Convention, the INF Treaty, the New START Treaty, the Budapest Memorandum… the list goes on. Ditto North Korea. India, Pakistan and Israel – all of whom field nuclear-tipped cruise missiles – are not party to any arms control treaties whatsoever.

There is zero reason to believe Russia, or anyone else for that matter, would reciprocate America’s unilateral actions.

On the other hand, a moderate Democrat, Sen. Joe Donnelly of Indiana, has proposed that USAF nuclear deterrence programs be linked to the Navy’s to save money, increase collaboration, and promote jointness:

“Sen. Joe Donnelly, D-Ind., asked whether the Air Force planned to collaborate with the Navy, which is currently modernizing its own nuclear assets.

“I think it’s a historic opportunity to leverage research and development, common parts and lessons learned from the Navy’s recent Trident modernization program, which can reduce risk, enhance savings—which are critical—and field an extremely capable follow-on in Minuteman III.”

There are similarities between how the Navy and Air Force are approaching their nuclear modernization programs, said Goldfein.

“GBSD, one of the aspects of that is that it’s an enterprise approach. So as we field that weapon system, it’s actually not just the missile, it’s the missile, it’s the launcher, it’s the command and control,” he said. “The Navy does the same thing when they look at the submarine force.””

That, unlike what most of his party colleagues have proposed, is a very good idea.

Stop fantasymongering about a world without nuclear weapons


President Obama has just visited the Hiroshima Memorial and has made another impassioned plea for “a world without nuclear weapons.” On this occassion, pacifist organizations all across the Western world have made similar, and equally impassioned, calls for nuclear weapons to be “banished” from this planet. As usual, they claim that such a world would be more peaceful, more secure, and is realistically achievable.

But on all three counts, they are dead wrong.

A utopian fantasy

First and foremost, a world without nuclear weapons is nothing but a childish fantasy. Ever since 1945, the world has been going in exactly the opposite direction : more atomic weapons and more nuclear-armed states in it.

And although the three Western nuclear powers: the US, the UK and France – have significantly cut their arsenals since the end of the Cold War, that example has not been followed by anyone.

Russia did reduce its own stockpile markedly after the Cold War’s end, but only because it couldn’t afford to maintain the vast arsenal she had inherited from the USSR. Thus, the US succeeded convicing Mikhail Gorbachev, the last Soviet leader, to agree to deep cuts in the two superpowers’ arsenals. Gorbachev needed arms control agreements even more so than the US did. He needed them to quickly end the arms race so that he could focus on badly needed reforms at home. For the same reasons, Russia’s first democratically-elected president, Boris Yeltsin, continued that policy. Yeltsin’s Russia simply could not afford to maintain the USSR’s vast arsenal or to start a new arms race with the US.

But since Vladimir Putin has come to power and revived Russia’s might, Moscow has begun steadily rebuilding its nuclear muscle. Since 2013, Russia’s nuclear stockpile has been growing non-stop and is poised to grow even further, to as many as 3,000 deployed strategic warheads (on top of Russia’s thousands of tactical warheads) by 2020.

Russia’s Nuclear Increases Are No “Temporary Fluctuations”

The recent increases in Russia’s deployed strategic arsenal are not “temporary fluctuations” as pacifist groups (such as the Arms Control Association and the FAS) falsely claim. These are consecutive steps of a large-scale buildup that has been ongoing ever since the New START arms control treaty between the US and Russia was signed in 2010. And since September 2013, i.e. for almost three years now, Russia has been adding warheads at a rapid pace.

Over the last 3 years, since September 2013, Russia has increased her deployed strategic nuclear arsenal from 1,400 to 1,735 warheads – an increase of 335 warheads in less than 3 years! (See the graph below based on State Department data).

Number of deployed strategic warheads possessed by Russia from September 2013 to September 2015. Data provided by Russia to the US State Department and published on the said Department’s website. In just two years, from September 2013 to September 2015, Russia has increased the number of strategic warheads deployed on intercontinental delivery systems (bombers, ICBMs, ballistic missile subs) by 248, from 1,400 to 1,648. By April 2016, she had increased this deployed arsenal even further, to 1,735 warheads.


The New START treaty was supposed (and was advertised as an accord that would) prevent a new nuclear buildup by the Kremlin. But, as I warned when it was signed, it has spectacularly failed to do so.

Many Countries Are Growing Their Arsenals

Outside the West and Russia, all other nuclear powers are steadily growing, not shrinking, their arsenals: China, North Korea, India, Pakistan, and Israel. China, in particular, has increased its nuclear arsenal from just 250-300 warheads in the 1980s to at least 1,600, and perhaps as 3,000, today.

And now, Iran and, reportedly, also Turkey are developing atomic weapons. Given Iran’s desire to build them and the 2015 VP5+1 agreement’s failure to put meaningful brakes on Iran’s nuclear and missile programme, it is virtually certain that Iran and, concurrently, its longtime rival Saudi Arabia will acquire nuclear weapons at some point.

No amount of  “international pressure”, not even the harshest sanctions, will deter these countries from developing nuclear arms or Russia, China, North Korea, India, Pakistan and Israel. These countries, having acquired these weapons, will not renounce them under any circumstances – Israel hasn’t even admitted to having them and has conducted its nuclear programme in absolute opacity.

North Korea is a case in profile. That regime is subject to the most stringest sanctions regime ever devised, one that was reinforced with fresh sanctions just several months ago after its fourth nuclear test. Yet, none of that has stopped Pyongyang from continuing to build up its atomic arsenal (Chinese analysts predict it will number 100 warheads by 2020) and developing ever more effective ballistic missiles – ground- and sea-launched.

In short, while the West continues to daydream about “a world without nuclear weapons”, the rest of the world is steadily building up their arsenals.

We, Westerners, will ignore this reality at our lonely peril. If we continue to indulge in the “world without nuclear weapons” fantasy, it will be the source of our own undoing.

A Non-Nuclear World Would Be More Belligerent

Secondly, there is zero evidence that a world without atomic weapons would be more peaceful and secure than the present one – even assuming for a moment that such a world is even possible, which it isn’t.

Let us not forget that all the deadliest, most destructive wars in history occurred before nuclear weapons were invented : the 100 Years War, the 30 Years War, the Napoleonic Wars, the U.S. Civil War, colonial wars, and the two World Wars.

These conflicts occurred even though, in most cases, there were already established mechanisms for resolving international disputes. What’s more, in the run-up to World War II, the West also indulged in “global disarmament” fantasies, disarmed itself unilaterally, and tried to simply appease evil, imperialist dictators sch as Hitler and Mussolini.

What’s more, before WW2, left- and right-wing parties alike supported unilateral disarmament in the naive hope that “leading by example” would somehow induce Germany, Italy, Japan and the Soviet Union to follow that “moral example.”

The result was World War 2, by far the deadliest, most destructive, bloodiest conflict humanity has ever seen, with a death toll of at least 60 million people – the equivalent of nuking a large part of China, the US, or most major Russian cities – or of nuking all of France, all of Italy, or the entire United Kingdom.

Nuclear Weapons Have Kept The Peace

But since the advent of nuclear weapons, humanity has been much more prudent about war. There have been no more wars between the great powers. Instead, wars have been fought between:

  • A major power and a weaker state;
  • Multiple weaker states;
  • Nation-states against insurgents or terrorist groups;
  • Various factions in civil wars.

As deadly, destructive, and brutal as these wars have been, they do not even approach the death, destruction and human suffering that was the result of wars between major powers and especially of the two World Wars.

And it is exclusively nuclear weapons that have spared us from this dastardly fate. Precisely because of their unmatched destructive power, they have taught even the most seemingly irrational actors, such as North Korea, to refrain from making war (as opposed to merely threatening it). They have taught mankind, in a manner no other weapons have or could have done, that there is a red line it should not cross.

Without nuclear weapons, the consequences of war, even between major powers, would not be as terrifying, and therefore, the risk of such a  conflagaration would be much greater.

A world without nuclear weapons would therefore be much less secure and peaceful than it currently is.

But that is an academic discussion, because, as stated at the beginning, there is zero chance of such a world ever existing again. The nuclear genie has been unleashed from the bottle – and he will never return there. It is time for the West – and especially for President Obama and all candidates vying to succeed him – to come to terms with this reality.

Originally published at ConservativeDailyNews.

Comment réformer et renforcer l’armée française – 5ème édition


N.b.: Ceci est la 5ème édition de ma liste des réformes proposées, Comment réformer et renforcer l’armée française, publiée pour la première fois en juillet 2015.

L’armée française subit beaucoup de coupes budgetaires injustes et déstructives depuis 1991. Il faut les arrêter, dégager des moyens dans les dépenses courantes (de fonctionnement de l’armée), et renforcer les armées de la République Française.

Les économies

D’abord, pour dégager plus de l’argent, il faut:

  1. Réduire nettement le nombre des fonctionnaires civils du ministère de la défense, de 66 000 à 22 000, ce qui devrait permettre au ministère d’économiser au moins 1 Md d’Euros par an.
  2. Vendre tous les A319 et la moitie des Falcon de l’Armée de l’Air (AdlA).
  3. Empecher Bercy de s’emparer des economies deja generees par le ministere de la Defense. Toutes les economies realisees par la Defense doivent absolument y rester. (
  4. Réduire le coût annuel des vols des avions des VIP de 6.8M EUR a 3.4M EUR.
  5. Fermer et vendre les bases aériennes de Velizy-Villacoublay (78) et de Dijon (21), rouvrir la base aérienne de Taverny (95) et y faire démenager tous les unités de ces 2 premieres bases. La BA de Taverny devrait aussi devenir à nouveau une base des Forces Aériennes Strategiques.
  6. Fermer la base aérienne de Cazaux, qui est située trop près de Bordeaux, et faire démenager toutes ses unites au Mont de Marsan, Pau, Perpignan, Bergerac, Nîmes, Avignon, ou Rodez. Ouvrir un centre international d’entrainement des pilotes à Rodez, à Avignon, à Clermont-Ferrand, ou dans la Côte Mediterrainée (par exemple, à Nimes).
  7. Réduire le budget de la Gendarmerie Nationale d’au moins 700 millions d’Euros par an (en commencant par cesser de protéger l’appartement de Julie Gayet et en réduisant la Garde Républicaine par 75%; il faut supprimer complètement la cavalerie de la Garde et le 2ème Régiment de la Garde) afin de permettre à l’AdlA d’acheter 10 Rafale supplementaires par an (pour un coût de 680 millions d’Euros par an). Cette réduction du budget de la GN pourrait être cependant diminue si la GN et la police cessent leur lutte contre les automobilistes sur les autoroutes, supprimer les radars sur les routes pas dangereuses, et rédeploient leurs effectifs aux lieux qui sont maintenant protégés par des soldats, ce qui permettrait à l’armée de cesser de participer au Plan Vigipirate et terminer son deploiement de soldats à la métropôle. Cela lui permettrait d’economiser le coût de leur déployement (365 millions d’Euros). Il faut aussi remplacer les Agents de Securité de Paris par une police municipale et l’équiper (ainsi que les services de sureté de la RATP et de la SNCF) avec des armes à feu et des gilets pare-balles.
  8. Réduire le nombre des généraux et admiraux dans l’armée et les grades associées avec des différentes postes dans l’armée. Par exemple, les chefs des quatres services militaires devraient avoir seulement 4 étoiles, pas 5. Le rang du général d’armée, général d’armée aérienne, ou amiral devrait être reservé seulement au CEMA et à certains officiers français servant dans les commandements de l’OTAN. Les rangs de 4 étoiles devraient être reservés seulement aux chefs des quatre services militaires, l’Amiral Commandant de la Force Océanique Stratégique (ALFOST), et le commandant des Forces Aériennes Stratégiques. Il faut aussi réduire le nombre d’autres officiers.
  9. Supprimer la DGRIS, le Bureau des Officiers Généraux, le CAJ, etc.
  10. Réorienter les priorites et les moyens de la Gendarmerie de la lutte contre les automobilistes à la défense nationale. Aussi cesser de protéger les bâtiments gouvernementaux – c’est le devoir de la police nationale et de la GSHP.
  11. Immediatement terminer toutes les Opérations Externelles, sauf celle en Irak/Syrie, pour économiser 1 Md d’Euros par an. Le surcoût des OPEX pèse très lourd sur le budget du ministère et doit être immédiatement eliminé. (
  12. Vendre tous les 254 chevaux de l’armée française, chacun pour au moins 500 000 euros, ainsi que les costumes/uniformes de la cavalerie de la Garde Républicaine. La vente des chevaux toute seule produiserait 127 millions d’euros de recettes exceptionnelles. Ce qui permettrait, par exemple, l’achat de 2 avions Rafale ou de 8 missiles ASMP-A supplementaires.
  13. Joindre tous les programmes des helicoptères des armées et faire de sorte qu’elles soient toutes sous le contrôle de l’AdlA.
  14. Supprimer le service de patrimoine des armées et céder ses fonctions, biens, et personnel au Ministère de la Culture.
  15. Mettre en oeuvre toutes les propositions de l’IFRAP devoilées ici et ici. L’IFRAP propose (sauf certaines sur l’europeisation de la défense), inter alia, une réduction des effectifs de soutien et administratifs, une externalisation des fonctions de soutien, la vente de l’immobilier de la défense, la fermeture des bases peu utilisées, et une réduction du nombre d’officiers (qui devrait être importante – le nombre d’officiers de l’armée de terre et de l’armée de l’Air a peu diminu depuis 1996, et le nombre d’officiers de la Marine s’est même augmenté!) (,14674.html)
  16. Vendre l’Hôtel de Brienne, l’Hôtel de la Marine, les bâtiments des états-majors de l’Armée de Terre et de l’Armée de l’Air, la base aérienne de Velizy, celle de Creil, et le Château de Vincennes. Il ne faut pas utiliser l’Hôtel de la Marine comme un musée; Paris en a déjà assez. (
  17. Réduire fortement (de 75%) le nombre et les renumerations des conseillers au Ministère.
  18. Vendre tous les avions CASA et tous les drones Harfang de l’AdlA et acheter des drones RQ-170 Sentinel ou RQ-4 Global Hawk au lieu de ces derniers. (
  19. Utiliser les avions Atlantique 2 SEULEMENT pour la lutte contre les sous-marins.
  20. Permettre aux annonceurs (donneurs des publicités) d’afficher leurs réclames aux côtés du Balardgone, dans les ascenseurs des bâtiments du ministère, aux murs autour des bâtiments du ministère (y compris autour des Invalides), à l’arrière des sièges dans les bus et les fourgons du ministère, sur les sites web du ministère et des armées, et aux palissades autour de l’Hôtel de Brienne et de la base militaire de Lyon.
  21. Annuler la contribution française au nouvel siège de l’Otan (110 millions d’Euros) ou, si le ministère l’a déjà payé, exiger un remboursement total du côté de l’Otan. Ne jamais transférer l’argent du contribuable français à l’Otan. (D’ailleurs, pour recuperer sa souverainete, la France devrait se retirer de l’Otan.)
  22. Faire payer à l’heure la facture pour tous les vols presidentiels et ministeriels par tous les institutions de l’Etat et réduire leur cout de 50%, ce qui permettrait, par exemple, à l’AdlA d’acheter de nouveaux missiles.
  23. Appliquer la methode Lean Six Sigma dans l’ensemble du ministère.
  24. Retirer les soldats français des DOM-TOM, sauf la Guyenne.
  25. Supprimer la 2ème section.
  26. Réduire les effectifs de l’armée en supprimant quelques parmi les 18 000 postes épargnes par François Hollande le 29 avril 2015. (
  27. Réduire le budget de la DGSE et la joindre avec la Direction du Renseignement Militaire.
  28. Vendre tous les C-130 Hercules et C-295 utilisés maintenant par l’AdlA afin d’accélérer les livraisons des A400M et même en acheter plusieurs exemplaires supplementaires si besoin.
  29. Annuler la 3eme commande de drones Reaper (de 2015) et celle prevue pour 2016. Vendre 75% des drones Reaper de l’AdlA et les remplacer avec des drones de longue portée IAI Eitan ou BAE Taranis en attendant que l’industrie europeenne travaille sur ses propres drones. N’oublions pas que 90% des victimes des frappes de drones sont des civils, ce qui produit beaucoup plus de terroriste que ne’en tue. Les economies resultantes permettront l’achat d’un avion-ravitailleur supplementaire.
  30. Supprimer le poste du major-général des armées; le CEMA devrait diriger personellement l’EMA, et les sous-chefs de l’EMA devraient lui être subordonnés directement. En plus, faire en sorte que l’EMA et son Chef aient – sous la supervision du Président de la République et du Ministre de la Défense – autorité totale sur le commandement, les budgets, l’organisation, l’équipement, la doctrine, la stratégie, et les tactics des armées et des services militaires. L’EMA devrait consister exclusivement des officiers très experimentés, éprouvés comme commandants, très bien instruits, et tres competitivement selectionnés. Donc la mission de l’EMA devrait être tant le commandement des armées que la définition de leurs besoins et l’allocation des moyens disponibles. Il faut aussi avoir des états-majors permanents dans chaque zone des opérations militaires (p.e. un continent) pour y conduire les opérations militaires de la France, au lieu des commandements créés ad-hoc. (;
  31. Réduire le cabinet civil du ministre de la Défense par 50%.
  32. Vendre tous les ouvrages d’art exposés dans le Musée de la Marine à Paris et certains exposes a l’Hotel de Brienne et aux Invalides (comme p.e. les portraits des marechaux de Napoleon).
  33. Automatiser les activités de bureau au ministère de la Défense autant que possible et remplacer la paperasse avec des ordinateurs et des tablettes.
  34. Reduire nettement le cout d’utilisation des services au Balardgone (
  35. Reformer les brigades de l’armee de terre selon le modele propose par le colonel americain Douglas MacGregor, ce qui augmenterait nettement leur puissance et economiserait a la fois de l’argent. (
  36. Outsourcer la comptabilite du ministere et automatiser autant des operations informatiques du ministere que possible.
  37. Imprimer seulement ces documents qui doivent absolument être imprimés.
  38. Completement arreter toute initiative d’utilisation des “sources renouvelables de l’energie”. (
  39. Completement supprimer tous les apanages et privilegies des ancients presidents de la Republique et premiers ministres (y compris les bureaux, voitures, etc.) et consacrer 100% des economies resultantes aux renovations des casernes de l’armee. Les bureaux des ex-presidents de la Republique, a eux seuls, coutent les contribuables 6,7 millions d’Euros par an.
  40. Reduire nettement les cabinets du ministre, des chefs d’etat-major et des autres dirigeants du ministere.
  41. Reduire le rang des prefets maritimes de la Manche et de l’Atlantique a 2 etoiles (c’est-a-dire, au rang de contre-amiral).

Cooperation au niveau europeen en matiere de la Défense

  1. Tous les membres de l’UE peuvent aussi économiser des moyens en évitant de créer de programmes d’armament duplicatifs et en établissant un quartier-general europeen (avec des clauses opt-out pour certains pays qui les veulent).
  2. On peut aussi mutualiser des moyens, sans les diminuer, en créant des flottes communes des équipements similaires à l’European Air Transport Command. Il faut créer telles flottes communes des avions de ravitaillement, d’helicopteres de tous types, des navires de ravitaillement, des navires de lutte contre les mines, des drones, des avions AWACS, et des avions de patrouille maritime.
  3. Il faut aussi standardiser les équipements des armées européennes au point auquel c’est pratiquement possible. Il faut aussi interdire, au niveau européen, l’importation d’armes et d’equipment militaire non-européen (a l’exception de l’equipement bresilien) au moins que aucun pays européen ne soit pas capable de le produire.
  4. Toutes les bases militaires d’un membre de l’UE ou l’OTAN (sauf les bases les plus sensitives) devraient être disponibles à tous les autres membres de l’UE et l’OTAN, et les deux organisations devraient établir un centre commun d’entrainement des pilotes de chasse (et des autres pilotes) à une des bases aériennes des pays scandinaves (la Norvège, la Suéde, la Finlande, ou la Danemark), parce que ces pays disposent, au Nord Arctique, des gigantesques espaces.
  5. L’OTAN ou l’UE devrait établir – avec la participation des pays scandinaves, ainsi que du Canada et des USA – une force multinationale capable des opérations dans l’Arctique dans toutes conditions météorologiques et géographiques, comprenant au moins deux brigades terrestres et 48 avions de chasse en provenance de tous les pays membres de l’UE et de l’OTAN.
  6. Tous les pays membres de l’UE devraient contribuer au budget du programme nEUROn et au developpement du nouveau bombardier europeen. Ces technologies devraient etre accessibles a tous les pays membres.
  7. En plus, l’Europe devrait créer un stock commun des munitions de précision pour que chaque pays membre puisse l’utiliser si besoin.
  8. L’Italie devrait reduire le budget des Carabinieri, attribuer (confier) leurs missions a la police et la Guardia di Finanza, reduire d’une maniere importante le nombre et le cout de ses fonctionnaires publics et le nombre de ses ministeres, et consacrer les economies resultantes au projet de developpement du drone europeen conjoint avec la France et l’Allemagne (base sur le nEUROn).

Il faut aussi developper un systeme integre de commandement et de controle comme le Integrated Air & Missile Defense Battle Command System (ICBS) americain. (

Qui plus est, il faut que la societe Ariane et Airbus Defence & Space developpent ensemble un engin spatial reutilisable qui pourra atterir sur une plateforme maritime tout comme la fusee spatiale de SpaceX.

Il faut egalement faire en sorte que le centre otanien d’operations aeriennes en Italie ait toujours assez de specialistes europeens de ciblage et de conduite des operations aeriennes pour ne pas dependre des USA pour ces specialistes.

Il faut aussi faire ouvrir, à Rodez, Clermont-Ferrand, Castres, Perpignan, Bastia, Ajaccio, Bergerac, Nîmes, Pau, Tarbes, ou Vatry (préferablement à Pau ou Clermont-Ferrand), un centre européen et OTAN d’entrainement des pilotes de l’UE et de l’OTAN, bien que l’Italie soit en concurrence pour en être le pays-hôte.

Qui plus est, l’Europe devrait developper et mettre en service actif un nouvel avion de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marins qui aura les memes capacites que le P-8 Poseidon americain et qui le concurrencera. Un tel avion devrait etre une derivative de la famille d’avions Airbus A320.

Mais surtout, tous les pays membres de l’UE devraient augmenter les credits dedies à la défense et reconstruire leurs armées – particulierement la Suéde, dont l’armée a subi telles coupes qu’elle est totalement incapable de defendre son propre pays, et l’Allemagne, qui possède des excedents budgetaires annuels et dont l’armee est dans un etat pitoyable. Berlin et Stockholm devraient dorenavant consacrer tous leurs excedents budgetaires a la defense.

D’abord, les chars suedois doivent avoir assez de personnel, et au moins une compagnie de chars devrait avoir sa base dans l’ile de Gotland. La défense de cette ile doit être augmentée aussi d’autres façons. L’Allemagne doit augmenter a 80% le taux de disponibilite de tout son materiel militaire (avions de combat, avions de transport, navires de surface, sous-marins, chars, etc.) et en augmenter le nombre. (

L’Allemagne devrait aussi payer la grande plupart du cout de la modernisation du systeme SAMP/T et une partie du developpement du drone nEUROn ainsi que des systemes de defense antimissiles base sur des lasers. Elle devrait aussi etre le contributeur principal a un fonds europeen qui couvrira le cout des OpEx militaires des pays membres de l’UE. (

L’Allemagne devrait egalement reduire nettement le nombre de fonctionnaires civils de son ministre de la defense.

La Pologne devrait cesser de gaspiller ses credits de defense sur des milices inutiles et reduire nettement le nombre des ses generaux et officiers (

Il faut aussi trouver et constituer un noyau dur de pays europeens qui seraient interesses a une mutualisation presque complete (ou au moins importante) de leurs moyens militaires existants.

Le renforcement

Afin de renforcer l’armée française, il faut – et avec les économies ci-dessus, il sera possible – de renforcer l’armée de la manière suivante. Pour l’Armée de l’air:

  1. Commander au moins 10 Rafale supplementaires par an (50 Rafales en total entre 2019 et 2024), financés par une réduction du budget de la Gendarmerie Nationale de 700 millions d’Euros par an. Cela renforcera l’armée aérienne et à la fois réduira le coût unitaire de chaque Rafale, le faisant plus attractif sur le marché mondial. Il est incontestable que l’AdlA a trop peu d’avions de combat – 180 est un nombre totalement insuffisant. (;
  2. Ne retirer aucun Mirage 2000 avant 2030, prolonger leur service operationnel pour autant de temps que possible, et reprendre les Mirage F1 en service. Dedier ces avions a la mission de la police du ciel et aux frappes contre l’EI et d’autres organisations terroristes.
  3. Dedier seulement un escadron de Rafale au soutien aux exports, au lieu des deux. L’autre escadron devrait etre utilise exclusivement aux buts militaires (soit la police du ciel, soit les OPEX). (
  4. Augmenter le nombre des avions de l’AdlA dediés à la dissuasion nucleaire de 40 à 60, en récréant le troisième escadron des avions dediés à la dissuasion nucléaire (l’escadron de chasse 1/4 Dauphiné, dissout par Nicolas Sarkozy pour plaire au mouvement anti-nucléaire). Cet escadron serait équipé de 20 parmi les 50-60 Rafale supplementaires prévus ci-dessus. Les autres chasseurs Rafale devraient être dediés à la défense de l’espace aérien français.
  5. Faire en sorte qu’i y ait toujours assez de chasseurs pour intercepter et, si nécessaire, abattre tout avion qui pourrait tirer des missiles vers la France (notamment, mais non exclusivement, des bombardiers russes) et que ces chasseurs et leurs équipages soient toujours prêts à intercepter tels avions.
  6. Augmenter le nombre des Têtes Nucleaires Aériennes de 47 à 70 et le nombre des missiles ASMP-A de 79 à 80, financé par la vente de tous les chevaux et costumes de la cavalerie de la Garde Républicaine. Le coût à l’unité d’un missile ASMP-A égale 15M d’Euros.
  7. Disperser les escadrons des Forces Aériennes Stratégiques entre les bases d’Istres, de Saint-Dizier, de Luxeil, et de Taverny et renforcer les hangars et les magasins d’ammunition de tous les avions basés là-bas. Demander aux EAU de renforcer l’infrastructure de la base aérienne d’Al Dhafra.
  8. Developper, avec tous les autres pays européens, un nouvel avion d’entrainement comme l’Alphajet (ou acheter une licence pour produire en France l’avion britannique BAE Hawk).
  9. Convertir les 3 A310 de l’escadron de Villacoublay, les 2 A340 de l’escadron de Velizy-Villacoublay, et l’A330 originel de la compagnie Airbus, en avions de ravitaillement (A330 MRTT et A310 MRTT). Cela augmenterait le nombre des avions de ravitaillement projetés par l’AdlA de 12 à 18 (donc par 50%) et en conséquence permettrait à la France d’être totalement indépendante, dans la matière de ravitaillement de ses avions, des Etats-Unis et de tout autre pays. Si besoin, il faudra commander plus des avions de ce type.
  10. Acheter des avions C-17 ou An-124 afin de ne pas être dependent sur aucune armée aérienne étrangere pour la logistique.
  11. Acheter une licence pour la production des missiles israeliens air-air Python-5.
  12. Faire démenager les centres d’entrainement des pilotes de l’AdlA de La Rochelle à Rodez, Perpignan, Pau, et/ou Clermont-Ferrand.
  13. Faire ouvrir, à Rodez, Clermont-Ferrand, Castres, Perpignan, Bastia, Ajaccio, Bergerac, Nîmes, Pau, Tarbes, ou Vatry (préferablement à Pau ou Clermont-Ferrand), un centre européen et OTAN d’entrainement des pilotes de l’UE et de l’OTAN, bien que l’Italie soit en concurrence pour en être le pays-hôte.
  14. Faire les aéroports sous-utilisés du sud de la France toujours disponibles pour les armées, et faire de l’un d’eux la nouvelle base principale des forces aériennes navales, puis fermer la BAN de Landivisiau.
  15. Augmenter la portée des missiles M51 (à 11 000 km), SCALP EG (à 1 000 kilomètres), MdCN, et MBDA MICA IR. Cela renforterait aussi l’industrie spatiale et missilière française et ferait ces produits plus attractifs aux acheteurs étrangers. Ces travaux seraient financés par la réduction du nombre et des rangs des généraux et admiraux et des officiers non-généraux.
  16. Faire en sorte que les pilotes de l’AdlA et du Groupe Aéronaval volent au moins 180 heures par an afin qu’ils soient suffisament entrainés.
  17. Installer de nouveaux radars anti-aériens (dont des radars Over The Horizon) dans l’est et le nord-est de la France.
  18. Commander plus des missiles AASM et en maintenir la chaine de production en luttant pour son exportation. (
  19. Faire en sorte que parmi les 185 avions de combat de l’AdlA prévus par la LPM 2014-2019, et parmi les 235 avions de combat de l’AdlA prévus par la publication présente, une grande majorité (au moins 75%) – et non seulement 12 – soient disponibles pour opérations exterieures et la défense de l’espace aérien de la France. (
  20. Renouveler TOUS les 71 chasseurs Mirage 2000D de l’AdlA – pas seulement 45 comme c’est actuellement prevu. (
  21. Remplacer la perte des avions (2 Alphajet et 2 Mirage 2000D détruits, 2 Rafale endommagés) dans l’accident qui s’est produit en Espagne en janvier 2015. Exiger à la Grèce (dont le chasseur F-16 a provoqué cet accident) une indemnisation complète pour les payer.
  22. Acheter le moteur hypersonique du type ramjet essayé par les Britanniques en 2001 et 2007, les moteurs hypersoniques essayés dans les années 2010 (particulierement ceux du missile FALCON et de l’avion X-51) et les missiles hypersoniques essayés par les Chinois, et les utiliser pour construire un missile hypersonique qui pourra porter des têtes nucléaires et, dans une longue perspective, remplacer les Rafale et leurs missiles ASMP-A. Il serait aussi utile d’acheter quelques exemplaires du missile BrahMos avec une moteur hypersonique (a vitesse de Mach 5) et quelques exemples des missiles et vehicules hypersoniques américains. Le missile hypersonique envisagé ici et son moteur devraient étre co-developpés et co-financés avec le Royaume-Uni et/ou la Chine et/ou l’Inde. La France devrait aussi co-developer un missile hypersonique portant une téte nucleaire avec la Chine et lui acheter une licence de produire des missiles chinois DF-21, DF-26C, ou DF-31 et de véhicules aériens hypersoniques que ces missiles sont capables de porter. Il faut que la France ait un missile hypersonique capable de frapper n’importe quelle cible au monde en une heure ou moins. (;;;
  23. Augmenter la commande pour les systèmes de défense anti-aérienne Aster 30 de 8 à un nombre suffisant pour protéger tous les sites militaires clés de la France, y compris la base navale de l’Ile Longue et toutes les bases des FAS, ainsi que les frontières de l’espace aérien français du côté du nord, financés par une réduction de 75% du nombre et des salaires des conseilleurs du ministère. Recréer tous les régiments de défense aérienne équipés du système Aster qui ont été dissouts. L’un des régiments équipés de ce systeme devrait être basé dans le nord-est de la France, et l’autre en Bretagne, pour défendre la France contre des attaques aériennes et missilières russes. Il faut également que les alliés de la France, notamment le Royaume-Uni, la Norvège, la Belgique, et les Pays-Bas, fassent à ses escadrons de chasseurs patrouiller la Mer du Nord d’une manière permanente. Avec ces allies, il faut construire un reseau impenetrable des defenses antiaeriennes et des escadrons de chasse qui protegeront le nord et nord-est de la France, les pays du Benelux, et le Royaume-Uni contre l’aviation militaire et les missiles de croisiere russes. S’il le faut, la France et ses allies devraient y deployer plus d’avions de chasse et plus de systemes de defense antiaerienne.
  24. Developper, avec les partenaires européens de la France, un drone de renseignement, de surveillance, et de combat, dote des capabilités de port de bombes importantes, pour utiliser au sein de l’AdlA et pour offrir aux clients étrangers, notamment les USA, l’Inde, et le Brésil. Les USA visent a developper seulement un drone de surveillance; renseignement, et reconnaissance, pas capable du combat important, dans le cadre de leur programme UCLASS. Il parait que l’Europe va commettre la même erreur. Il faut developper un drone arme, avec un plein assortissement de bombes, pas seulement un drone de renseignement. (
  25. Ne pas commander aucun avion américain – et donc aucun C-130 Hercules – et accélerer les livraisons des A400M. Si besoin, il faut en commander plus. (
  26. Reprendre en service tous les Mirage F1 et les Mirage 2000 déjà rétirés, et en plus, prolonger la vie opérationelle de tous les Mirage 2000 (et tous les autres avions de l’AdlA et la Marine Nationale). Assurer un inventaire copieux de parts pour les Rafale et les Mirage; prolonger le service des Mirage 2000N et de tous les autres avions Mirage pour autant que possible. Il faut aussi renforcer structuralement tous les avions de l’AdlA (et de la Marine) avec des lasers et de tous autres moyens disponibles et, quand nécessaire, conduire un zero-timing sur eux afin de prolonger encore leur vie opérationelle. Ceci permettra une augmentation de la flotte d’avions de combat de l’AdlA bien au-délà du niveau insufissant de 185 appareils prévu par la LPM 2014-2019. (
  27. Acheter quelques avions d’entrainement et d’attaque brésiliens Super Tucano sous licence si le Brésil achète des avions Rafale et des helicoptères français pour son porte-avions Sao Paulo. Les Super Tucano seraient très utiles contre les terroristes en Afrique et au Moyen Orient, beaucoup plus efficaces que tout drone.
  28. Cesser d’acheter des bombes américaines (à l’exception temporaire des GBU-28 et des bombes des series Paveway) et developper des bombes homologues françaises ; ces bombes devraient être similares à ses homologues américains mais devraient avoir des ailes et des petits turbomoteurs qui augmenteront leur portée d’une manière importante; il faut aussi équiper les avions de combat français des fausses-bombes et petites bombes pas chères pour saturer les défenses aériennes de l’ennemi. Enfin, il faut également développer une version conventionnelle du missile ASMP-A (ou augmenter la portee du missile SCALP) et, si possible, acheter une licence de produire des missiles de croisière CJ-10/20 ou JASSM-ER à la Chine ou aux USA. (
  29. Acheter plus de munitions de précision, notamment des missiles SCALP EG et JASMM-ER ou CJ-20 ainsi que des bombes SDB II, HOPE/HOSBO, Paveway IV et GBU-28 (qui devraient être integrés avec les Rafale). Il faut en avoir des reserves suffisantes pour toute opération et les produire toutes en France afin qu’elle ne depend pour ses armements de quelconque puissance etrangere. (
  30. Construire des hangars, réservoirs du carburant d’aviation, depôts d’ammunition, et centres de commandement ultra-renforcés souterrains à toutes les bases de l’AdlA (d’abord à toutes les bases des FAS), ce qui devrait être financé exclusivement par les régions et les départements.
  31. Integrer tous les missiles utilisés et proposés pour le Rafale avec le casque (le haume) du pilote. Ce casque devrait etre un haume du type Helmet Mounted Cueing System.
  32. Faire des exercises réguliers en Scandinavie avec les armées de l’air de la région, qui offre des vastes espaces peu peuplés.
  33. Reouvrir la base aérienne de Creil et y démenager un escadron de chasse pour protéger le nord de l’espace aérien français; en revanche, fermer la base aérienne de Dijon.
  34. Faire en sorte que les pilotes de chasse de l’AdlA et de la MN participent a toute exercise etrangere possible et qu’ils se preparent pour le combat contre de grands chasseurs (comme les Flanker et les F-15) autant que contre de petits chasseurs tres maneuverables (comme les MiG-29, MiG-21/J-7, et les F-16).
  35. Armer les drones Reaper, avec ou sans permission des USA, et acheter des drones chinois et/ou israeliens. Considérer un achat de drones armés israeliens IAI Eitan.
  36. Faire les avions Rafale, Mirage 2000 et nEUROn plasma-furtifs.
  37. Acheter des moteurs hypersoniques chinois développés par le professeur Wang Zhengou, les miniaturiser, et les utiliser dans des missiles hypersoniques. Coopérer très étroitement avec les Chinois en cette matière. (
  38. Continuer de développer des engins de missile développés par Onera mais y ameliorer la gouvernance et lui donner une bonne stratégie afin de répondre au criticisme de la Cour des Comptes. (
  39. Equiper tous les chasseurs de l’AdlA et de la Marine des leurres toués/tractés/remorqués, des jammers (brouilleurs) DRFM, et des leurres déployables contre des missiles ennemis.
  40. Faire en sorte que le taux de disponibilité de tous les avions de combat de l’AdlA et de la MN soit au moins 75%.
  41. Organiser plus souvent des exercises avec les autres armees de l’air occidentales. (
  42. Developper des armes de guerre electronique pour les avions de l’AdlA. (;;
  43. Deployer beaucoup plus d’avions de combat aux basex situees aux theatres des operations exterieures pendant les periodes des OpEx, ce qui multiplie la frequence de vols par 5 (un avion stationne aux TOE peut executer des missions dans ces theatres 5 fois plus souvent qu’un avion stationne en France). Surtout aux pays arabes et – si possible – en Israel afin d’intensifier les bombardements aeriens de Daech.
  44. Faire des exercises regulieres avec l’armee de l’air israelienne, canadienne et indienne.
  45. Acheter, si les credits budgetaires le permettront, des avions de transport An-124.
  46. Veiller a ce que les armees aient toujours un nombre suffisant d’helicopteres.
  47. Acheter des encombreurs americains Next Generation Jammer pour l’AdlA et la MN (

Pour renforcer l’armée de terre :

  1. Augmenter le nombre des chars Leclerc de 200 à 400, c’est-à-dire, reprendre en service les chars Leclerc retirés, et les moderniser pour prolonger leur vie opérationelle jusqu’au moins 2040 (financés par la supprimation des bureaucraties inutiles et la fermeture des bases peu utilisées). Le successeur du Leclerc devrait être developpé dans les années 2030 et produit dans la décennie suivante.
  2. Retourner le programme Scorpion à son envergure originale.
  3. Ne pas réduire aucune flotte des vehicules de l’armée de terre, sauf les vehicules obsolètes.
  4. Récréer la 5e division blindée.
  5. Réorganiser l’Armée de Terre sur la base du MacGregor Transformation Model.
  6. Développer, avec les autres pays membres de l’UE, un nouveau type de char et l’exporter en Arabie Saoudite et en Chine.
  7. Augmenter la commande pour les helicoptères Tigre de 67 à 80 appareils, ce qui était prevu par le Livre Blanc sur la Défense Nationale de 2008. La réduction de 80 à 67 unites, ordonnée par Jean-Yves Le Drian, n’a produit aucune économie, car le coût unitaire s’est augmenté. (
  8. Annuler la commande pour les fusils Beretta et acheter des fusils seulement aux societés françaises. Remplacer aussi les fusils HK G3 et les autres fusils de la compagnie HK) utilisés par la police et la gendarmerie avec des fusils français. En relancer la production. (
  9. Relancer le programme PAPOP.
  10. Réduire les poids portés par les soldats de l’armée de terre.
  11. Acheter des fusils de precision L115A3 britanniques. (
  12. Insister à ce que GIAT Industries possède au moins 51% des actions du nouvel groupe d’armement terrestre franco-allemand KANT (
  13. Remplacer les fusils FAMAS avec des fusils F90 de Thales. (
  14. Dissoudre la brigade franco-allemande et utiliser les unités françaises de cette brigade pour des OPEX.
  15. Faire en sorte que tous les soldats de l’armée possèdent les jumelles de vision nocturne les plus modernes.
  16. Developper un nouveau char lourd avec les Britanniques et/ou les Allemands. Le nouveau char devrait avoir une tour completement automatisee et un equipage de trois, ainsi qu’un canon de 130mm. Il devrait aussi avoir de l’armure du type Chobcham, utilisant de l’uranium appauvrise, et de l’armure explosive reactive pour protection contre l’ammunition HEAT. Il faut aussi le doter des autres equipements que le nouveau char russe T-14 possedera.  Il faut que la France, l’Allemagne et la Grande Bretagne developpent un tel char ensemble afin de ne pas gaspiller leurs moyens sur des programmes duplicatifs.(;
  17. Doter les chars Leclerc (dont l’Armee de Terre doit avoir 400, pas seulement 200) des canons 130mm.
  18. Equiper l’artillerie de l’Armee de Terre (et l’artillerie navale) des projectiles comme le Hyper Velocity Projectile americain pour qu’ils puissent abattre des missiles (balistiques ou de croisiere) hostiles. (;
  19. Equiper les soldats de l’armee de terre avec des cartouches les plus meurtrieres comme celles utilisees dans le fusil M16 americain.
  20. Dénoncer le traite CFE.
  21. Doter les soldats des lunettes de vision nocturne les plus modernes.
  22. Augmenter le nombre des vehicules blindes de l’Armee de Terre de 500 (preferablement VBCIs) et remplacer tous les vehicules ERC-90 Sagaie avec un vehicule neuf, donc un vehicule nouveau pour un ERC-90. Ne jamais reduire le parc de vehicules blindes de l’AdT.
  23. Reconstituer le 12e regiment de chasseurs en tant que regiment blinde, dote de chars lourds, et le 25e regiment d’infanterie en tant que regiment d’infanterie parachutiste.

Pour renforcer la Marine Nationale et la force de dissuasion nucléaire:

  1. Commencer la construction du premier et deuxième SNLE de 3ème génération en 2020, financé par la vente des immobiliers du ministère (dont l’Hôtel de Brienne, l’Hôtel de la Marine, et le Chateau de Vincennes), la vente des bases dont le ministère n’a pas de besoin, et, si necessaire, aussi par la réduction du nombre de fonctionnaires du ministère par 66%. La construction du troisième SNLE de 3ème génération pourrait être financée par la vente des frequences de très hauts debits. La région Bretagne devrait aussi contribuer à lachat des SNLE de la 3ème génération. Les SNLE et SNA de la nouvelle generation devraient avoir des reacteurs qui n’auront pas besoin d’etre ravitailles pendant le service actif du sous-marin (comme les SNA americains de la classe Virginia et les futurs SNLE americains du programme SSBNX).
  2. Dans l’avenir, construire des sous-marins (pour la MN et pour export) entoures de bulles de gaz, ce qui leur permettra d’atteindre des vitesses mesurees en des centaines de kilometres a l’heure sans augmentant leurs emissions de bruit (;
  3. Reprendre la production du plutonium et de l’uranium tres enrichi.
  4. Developper des lasers, des armes a mcrio-ondes, des projectiles d’hypervelocite et des rail guns pour la defense des bases militaires francaises (en particulier au Moyen Orient) et pour les navires de surface de la MN et les installer à bord de ces navires pour les défendre contre des avions et missiles anti-navire ennemis, mais aussi progressivement au sol francais (il faut cooperer dans ce defi avec les USA,  le Royaume-Unile Japon, les pays sunnites du Golfe arabo-persique et l’Inde; il faut qu’ils paient la plupart du coût de ces programmes. Il faut aussi cooperer dans ce domaine avec l’Allemagne, notamment avec la societe Rheinmetall. (;;;;;;;;; suite a leur mise en oeuvre, il faut reserver les Systèmes de Lancement Verticaux (SYLVER) seulement aux missiles offensifs, tels comme l’Exocet, le MdCN, le SCALP, ou le futur missile Pegasus. ( Equiper les navires de surface de la MN des projectiles d’artillerie de Raytheon pour detruire des petits navires d’attaque hostiles. (;
  5. Faire en sorte qu’il y ait toujours deux SNLE en patrol, pas seulement un, et les armer avec un nombre maximum possible de têtes nucléaires.
  6. Maintenir tous les 27 avions Atlantique-2 (pas seulement 15 comme c’est maintenant prevu) jusqu’à 2032 et, en partant d’environ 2029, les remplacer avec de nouveaux avions de patrouille maritime, basés sur un avion civile de la famille A320 d’Airbus, sur l’ATR-72 d’Aerospatiale-Alenia, ou la famille Dassault Falcon; il faut avoir plus d’avions de ce type que 22 si possible.  Ces avions de lutte anti-sous-marins A320 doivent avoir les memes capacites que les P-8 Poseidon americains. (
  7. Draguer le chemin de sortie de la base navale d’Ile Longue (pour que les SNLE français puissent sortir de cette base déjà immergés, comme les sous-marins chinois sortants de la base Yulin) et rénover cette base (la région de Bretagne devrait payer cela).
  8. Embaucher beaucoup plus d’ingenieurs physiques (physiciens nucléaires) de tout le monde, particulierement des alumni des université européennes, et faciliter leur immigration en France.
  9. Faire en sorte que les aéroports d’Avignon, de Montpellier, et de Perpignan soient toujours disponibles pour l’aviation navale et l’AdlA. Démenager l’escadron nucléaire de la Marine de Landivisiau à l’aéroport de Nîmes, celui de Perpignan, celui de Toulon-Hyeres, ou à celui d’Avignon.
  10. Acheter ou louer l’ex-USS Kitty Hawk de la Marine américaine afin que la France ait deux porte-avions, dont un toujours disponible pour des missions.
  11. Envoyer des officiers sous-mariniers français aux Pays-Bas pour étudier au Dutch Submarine Command Course.
  12. Prolonger la vie opérationnelle des frégates de la MN. Reprendre en service les fregates Georges Leygues et Dupleix et l’aviso Détroyat. Annuler le plan de rétirer des missiles mer-mer Exocet des avisos du type A69 (classe d’Estienne d’Orves) et de rétirer le TCD Siroco et le ravitalleur Meuse (;
  13. Installer des lanceurs des missiles Aster 15 a bord des fregates de la classe La Fayette.
  14. Re-embaucher les 213 specialistes des technologies missilieres licenciés par EADS a Saint-Médard-en-Jalles et les 396 specialistes des technologies de satellites licenciés par EADS a Toulouse. (
  15. Créer en Europe du Nord un réseau de monitoring de la mer (similaire au réseau SOSUS américain), y compris entre l’Angleterre et la France, entre Dover et Calais, ainsi qu’entre Penzance et la Bretagne, entre le sud-est de l’Angleterre et le sud de la Norvège et dans les détroits danois. Patrouiller la Manche et la Mer du Nord d’une manière permanente avec les alliés de la France.
  16. Equiper toutes les frégates des sonars et des radars de Thales les plus modernes. (;
  17. Equiper les E-2C Hawkeye du Groupe Aéronaval avec de noveaux radars comme ceux installés sur les E-2D américains ou israeliens ou ceux utilises par l’armée de l’air turque ou sud-coréenne.
  18. Augmenter la precision (c’est-a-dire, reduire le Circular Error Probable – CEP) du missile M51. (
  19. Ouvrir les bases navales aux annonceurs.
  20. Reprendre les chasseurs de mines Verseau et Persee en service et en construire davantage.
  21. Acheter (ou louer) pas cher les USS Nassau et USS Peleliu, ainsi que le porte avions l’ex-USS John F. Kennedy pour la projection des forces.
  22. Doter tous les navires de combat de surface des sonars les plus modernes de Thales (les Sonars 2076). (
  23. Faire en sorte que les missiles Aster-15/30 soient plus capables que le missile americain SM-6 (
  24. Dénoncer le TNP et le TICE et retirer la France de la Conférence sur le désarmement de l’ONU.
  25. Developer un tel systeme pour la Marine Nationale :
  26. Faire en sorte que le porte-avions Charles de Gaulle (R91) porte son groupe entier de 40 aeronefs quand il est deploye pour des OPEX.
  27. Faire en sorte que les fregates FREMM et FTI aient les memes capacites et equipements que les nouvelles fregates planifiees par la marine americaine (
  28. Considerer la construction de corvettes armees aussi lourdement que celles de la Russie:
  29. Acheter ce systeme de defense anti-torpilles aux Etats-Unis et en equiper tous les navires importants de la Marine, dont tous les SNA, les SNLE, les fregates, les BPC et le porte-avions “Charles de Gaulle” :

Pour renforcer les forces speciales :

  1. Remplacer leurs vieillisants helicopteres Puma et Gazelle et leurs vieux avions de transport C-130H Hercules (avec des avions Airbus A400M, pas C-130J).
  2. Subordonner le 2e Regiment Parachutiste Etranger, le 8e RPIMA et la GIGN directement au Commandement des Operations Speciales (COS).
  3. Reduire nettement leurs etats-majors a moins de 200 hommes.
  4. Demander aux autres pays europeens (notamment l’Allemagne) de fournier les 24 helicopters NH90 (ou equivalents) dont les Forces Speciales francaises ont besoin et que l’Allemagne annule sa reduction de ses commandes d’helicopteres NH90 et Tigre de 2013 ( Si ce n’est pas possible, commander des helicopteres supplementaires de ce type afin que l’armee en ait 24.


  1. Augmenter, aussi vite que possible, le budget de la Defense a 2% du PIB.
  2. Investir 600M d’Euros par an en plus afin que tout l’équipement de l’armée soit maintenu dans un bon état et pret à utilisation. Tout le matériel des armées doit avoir une taux de disponibilité d’au moins 90%, et idéalement de 100%. Aujourd’hui, selon un général de 2 étoiles, la disponibilité du matériel des armées est bien souvent très inferieure a 50%. (;
  3. Investir assez de moyens afin que le CEA et la DGA disposent d’assez de personnel et d’argent. (
  4. Recouvrir tous les debris/decombrés des missiles ballistiques mer-sol essayés par la France, la Russie, la Chine, et les Etats-Unis, et les missiles essayés par la Corée du Nord, comme les USA le faisaient pendant la Guerre Froide.
  5. Ne transférer de l’équipement des armées, une fois acheté, à aucune sociète. Annuel les plans pour les “societés de projet.” Les armées doivent toujours être le seul proprietaire de tout son équipement et ne le devraient jamais louer de toute societé.
  6. Faire en sorte qu’aucune commande a exportation ne prive jamais l’armée francaise de son propre équipement. (
  7. Dépenser une somme suffisante pour que le taux de disponibilité opérationelle de tous les helicoptères des armées soit au moins 75%, parce que les helicoptères sont très en demande. Si cela ne suffit toujours pas, acheter plus d’helicopteres. (
  8. Conclure des accords avec les pays arabes sunnites du Golfe arabo-persique, l’Israel, l’Egypte, des pays de l’Asie de l’Est, l’Asie du Sud (notamment l’Inde, le Sri Lanka, la Thailande, et les Maledives) et du Pacifique, des pays de l’Amérique Latine, des pays de l’Afrique de l’Est pour que l’armée française (et particulièrement l’Armée de l’air et la Marine Nationale) puissent utiliser leurs bases militaires et y disposer des bases permanentes, notamment les bases Al Oudheid et Manama, la base navale de Bahrein, le port d’Aden, les bases de l’AdlA saoudite (particulièrement celle à Khamis Moushayt mais aussi d’autres bases), la base aérienne Clark, la base navale de Sasebo ou Yokosuka, le port de Havana, l’aéroport de Male, le port du Singapour, les bases de l’AdlA indienne, srilankaise et thailandaise, et la base aérienne portugaise des Azores. Il faut aussi encourager tous ces pays, et notamment les pays arabes, à cacher les elements clés de ces bases (notamment les magasins d’ammunition et de carburant et les centres de commandement) sous terre et de construire des hangars très renforcés pour les avions y basés. La priorite devrait etre l’acces a plus de bases au Moyen Orient (dans la Peninsule Arabe, en Egypte et a l’Israel) pour l’intensification des operations aeriennes contre le Daech. A toutes les bases aeriennes susvises, il faut deployer a l’avance des stocks d’ammunition et du carburant pour des avions francais (en magazines fortifies ou, mieux encore, souterrains) pour que l’AdlA puisse, a tout moment, commencer des operations depuis ces bases.
  9. Faire en sorte que l’Etat francais devienne l’actionnaire majoritaire de l’Airbus Group et que cette societe soit toujours geree par un Francais.
  10. Créer des groupes de projection de force interarmées, modélées sur les Marine Expeditionary Groups/Units de l’US Marine Corps et l’US Navy, qui consisteront des unités de l’armée de terre (y compris des unités de chars), des BPC de la classe Mistral, et des helicoptères de toutes les armées, et qui pourront projeter la force militaire partout au monde.
  11. Coopérer étroitement avec les USA dans le développement de tels intercepteurs:
  12. Augmenter d’une manière importante le nombre de soldats, de navires, et d’avions que la France pourrait déployer aux opérations exteurieures, idéalement à 50 000 comme prévu sous la LMP de 2008.
  13. Protéger toutes les bases aériennes de l’AdlA contre des oiseaux, par exemple avec des signaux sonores dissuadant des oiseaux.
  14. Doter l’armée française d’un tel laser et développer, avec le Royaume-Uni, l’Allemagne et d’autres pays européens, des lasers capables d’abattre tout avion et tout missile (
  15. Un jour, mettre en place un système de défense laser/rail gun contre les missiles ballistiques et croisières si c’est possible technologiquement et financièrement. Un tel système pourrait completer, mais jamais remplacer, la force de dissuasion nucléaire.
  16. Doter l’armée française des radios FM securisés, des systèmes de contrôle et de commandement permettant une collaboration étroite avec les armées alliées, des réseaux de communication numériques securisés permettant aux observeurs humains et radars d’appeler aux frappes d’artillerie en les liant aux canons d’artillerie eux-mêmes; et des données partagées entre les armées et avec les alliés de la France afin de leur permettre de voir toute la situation au champ de bataille, afin que chaque composante de l’armée française et des armées alliées voie la même chose (et voie la situation entière). (
  17. Reparer/renouveler tout l’equipement de l’armee mais aussi l’utiliser moins. Dégeler au moins partiellement la réserve de précaution dès le début de l’année, dont le montant est de 1,63 milliard d’euros pour la mission Défense.
  18. Donner a l’armee francaise tout autre equipement dont elle a besoin pour etre capable de conduire, pour une duree illimitee, des operations exterieures n’importe ou au monde independamment de tout pays etranger. Acheter plus de munitions de précision. (D’abord, il faut augmenter le stock des munitions de precision et des munitions a longue portee, notamment bombes guidees a laser de tous les types, bombes HOPE/HOSBO et missiles SCALP EG/MdCN.) Il faut aussi que le France puisse les produire elle-meme et qu’elle ne doive les importer d’aucun pays etranger.
  19. Donner a l’armee francaise la capabilite de resister au jamming de ses radars et de gagner le combat dans le spectrum electromagnetique. Developper des horloges atomiques et d’autres equipements pour les soldats pour qu’ils sachent ou ils sont et ou frapper l’ennemi sans dependre de la navigation geospatiale. (;;
  20. Nationaliser la division « électronique de défense » d’Airbus Defence & Space. (
  21. Reorganiser le commandement des forces francaises a l’etranger pour que la competence de l’ALINDIEN s’etende sur la zone autour de La Réunion et les TAAF.
  22. Creer une structure permanente de commandement pour toutes les forces militaires francaises au Moyen Orient qui gererait uniquement des operations militaires francaises dans cette region et qui serait sous l’autorité du CECMED. Ce commandement devrait avoir son propre centre de commandement (un batiment) situe dans un des pays du Moyen-Orient d’ou il pourrai gerer les operations de TOUTES les forces francaises dans cette region.
  23. Faire en sorte que toutes les armees travaillent ensemble dans le developpement de la doctrine militaire du pays, s’entrainent ensemble et simulent souvent des operations multi-services.
  24. Creer un centre de commandement global pour toutes les forces armees francaises.
  25. Créer un centre national intégré pour l’anti-terrorisme.
  26. Mettre en oeuvre dans l’armee francaise toutes les recomandations faites par ces 2 analystes americains a l’armee americaine :
  27. Signer des accords comme le Five Powers Defence Agreement britannique avec des pays le l’Asie Pacifique, tels la Malaysie, le Singapore, la Thaïlande, Le Sri Lanka ou les Maldives, pour que la France puisse y stationner des troupes. (

Les priorités absolues sont l’achat des 10 Rafale supplementaires par an, des deux premiers SNLE de nouvelle génération, des helicopteres TIgre supplementaires, et l’augmentation de la portée des missiles français, surtout du missile M51.


La justification

Certains poseront certainement la question, “Mais pourquoi ces commandes supplementaires sont-elles nécessaires? Pourquoi est-ce que l’armée a besoin de tous ces appareils et outils?”

La réponse: parce que toutes les interventions militaires de la France – d’intensite majeure, moyenne, ou basse – ont montré que c’est les vehicules blindés terrestres et les avions de combat (principalement les Rafale et Mirage 2000), de ravitaillement, et de transports qui jouent le rôle décisif dans chaque intervention et chaque guerre à laquelle la France participé, y compris celles en Libye, au Mali, et en Irak.

Il serait donc fou de réduire les flottes de ces vehicules et avions. Au contraire, il faut les augmenter pour que l’armée française puisse gagner ses guerres.

C’est-à-dire, ces vehicules et avions sont les outils-clès pour la victoire de la France dans toute intervention/guerre.

Dans toute opération exterieure menée récemment par la France – en Libye, au Mali, et en Irak – l’outil-clé, l’outil primordial qui a joué un role decisif, était le Rafale.

Pour faire certain que les soldats français puissent vaincre, il faut les transporter à la zone de combat, leur donner des vehicules blindés qui offrent une protection et une puissance de feu suffissante, et les soutenir de l’air avec des avions de combat – ravitailles, bien sûr.

En plus, la France est un grand pays, et pour le protéger (dont son espace aérien), il faut beaucoup plus que les 185 avions que l’Armée de l’Air possédera sous les plans du gouvernement socialiste actuel. Comme l’a révélé Le Monde, l’AdlA est epuissée et au bout de souffle – tous ses moyens sont deja utilisés.

Il faut aussi garantir la credibilité de la dissuasion nucléaire française, affabliée par Nicolas Sarkozy en 2008 avec sa decision injustifiable de réduire la composante aérienne de la force de dissuasion nucleaire d’un tiers – ce qui n’a pas du tout encouragé les autres puissances nucléaires à réduire ses propres arsenaux nucléaires. Au contraire, la Russie, la Chine, le Pakistan, l’Inde, l’Israel, et la Corée du Nord ont tous augmenté leurs arsenaux nucléaires. Depuis 2007, l’Inde et le Pakistan ont doublé ses arsenaux nucléaires, lorsque celui de la Chine comprend entre 1 600 et 3 000 têtes nucléaires.

Quand au premier SNLE de la 3ème generation, pour garantir la permanence de la composante maritime et donc une flotte des 4 SNLE, il faudra le commander en 2020. Ce que la termination de toutes les guerres inutiles et la vente des fréquences de haut debit, et la vente de l’Hôtel de Brienne, l’Hôtel de la Marine, et du Château de Vincennes permettraient.

Enfin, ce projet donnerait enfin a la France une capabilite d’intervenir militaire n’importe ou au monde sans besoin d’aide du quelconque pays etranger, en dotant l’armee francaise des:

  • Inventoires suffisants de munitions de précision;
  • Bases sur tous les continents du monde;
  • Avions de ravitaillement supplementaires;
  • Avions de transports d’une capabilité et capacité suffisante; et
  • Des avions (notamment des drones) d’une capabilité de conduire des missions de renseignement, surveillance, et reconnaissance pendant plus de 24 heures.


ATTENTION: Un politicien celèbre sud-coréen veut une force de dissuasion nucléaire


Suite aux essais nucléaires et missiliers par la Corée du Nord, des personnages importants de la vie politique de son voisin au sud ont fait un appel au gouvernement à Séoul à créer une force de dissuasion nucléaire indépendante des USA.

Leurs rangs comprennent notamment un ancien dirigeant de la partie actuelle de majorité en Corée du Sud, M. Chung Mong-joon, qui est toujours un parlementaire influentiel et l’un des politiciens les plus respectés du pays. M. Chung a ouvertement déclaré que son pays devrait construire sa propre force de dissuasion nucléaire, indépendante des USA, et se retirer du Traite sur la Non-Prolifération Nucléaire, ce qui est autorisé par l’article X dudit traite, qui autorise une telle mesure si le traite menace les interêts vitaux d’un état-adherent.

Le journal le plus lu du pays, le Chosun Ilbo, a aussi appelé au gouvernement à Séoul à créer une force de dissuasion nucléaire sud-coréenne.

Il faut remarquer que ce sentiment est partage, selon des sondages, par 66% des Sud-Coréens.

Pourquoi veulent-ils une force de dissuasion ? On nous dit que les armes atomiques sont “obsoletes” et ne répondent pas aux besoins sécuritaires de l’Occident, n’est-ce pas ?

Oui, c’est ce que l’on dit aujourd’hui sans cesse à l’Occident… mais 66% des Sud-Coréens, ainsi que les dirigeants des pays arabes, de la Turquie, et d’autres pays comprennent que tout ça est faux.

Ils comprennent – au contraire des opposants à la dissuasion – que seule la dissuasion nucléaire peut empêcher un agresseur potentiel de menacer leurs pays d’attaque nucléaire, chimique, biologique, ou conventionnelle majeure.

Ils comprennent également – au contraire des opposants à la dissuasion – que c’est la force militaire, pas la faiblesse et les actes de désarmement, qui créent une vraie sécurité.

Enfin, ils comprennent aussi qu’un pays ne peut en aucun cas dépendre pour sa sécurité et pour sa survie même d’un autre pays.

Encore une fois, le monde réel a demontré que les opposants à la dissuasion ont complètement tort.


On the F-35 and America’s nuke deterrent

The Pentagon’s chief weapons testing officer, Michael Gilmore, has just produced a scathing report on the F-35’s effectiveness in combat.

In that report, the DOD’s Director of Operational Test and Evaluation states outright that the F-35 is incapable of waging unsupported combat (i.e. fighting without the assistance of other weapon platforms) against any “serious” adversary.

In other words, without other aircraft coming to its aid, the hyper-expensive F-35 cannot survive in combat against any serious threat, be it the high-performance Sukhoi Flankers (and their Chinese derivative), the highly agile and well-armed J-10 Sinocanard, or 5th generation stealthy Russian and Chinese fighters such as the PAK FA, the J-20 and the J-31.

Bill Sweetman has obtained an advance copy of the report for Aviation Week. He sums it up thus:

The Block 2B version of the F-35 Joint Strike Fighter, which the Marine Corps declared operational in July last year, is not capable of unsupported combat against any serious threat, according to Michael Gilmore, the Pentagon’s director of operational test and evaluation (DOT&E).

The problem for the F-35 program is that, according to the program defenders’ hype and Lockheed Martin’s corporate spin, the F-35 was supposed to be stealthy enough and armed sufficiently to defeat even the most advanced enemy fighters and air defense systems, even ones operated by competent personnel.

“Serious adversaries” armed with such advanced fighters and air defense systems were, for the last several years, given as the raison d’être for the F-35 program.

Yet, as I’ve been warning for the last several years, and as the Pentagon’s chief weapon tester has now confirmed, the F-35 stands no chance of surviving in combat against cutting-edge enemy aircraft and ADS – unless supported by other platforms such as the F-22 or the F-15.

Yet, the Pentagon cannot afford to procure such pathetically underperforming weapons. In this era of fiscal restraint, platforms which soak up protective escorts will be huge LIABILITIES, rather than assets.

The solution for the Pentagon is simple: eliminate these liabilities. Immediately kill the F-35 program, resume F-22 production, and quickly develop the Sixth-Generation Fighter.

In other news, another expert, Energy Secretary Ernest Moniz has warned that America’s nuclear deterrent and its supporting infrastructure are woefully underfunded and urgently need modernization:

“North Korea’s nuclear test last week is a reminder that we’re living in a new era of nuclear proliferation. Now comes a warning from U.S. Energy Secretary Ernest Monizthat the Obama Administration is neglecting America’s nuclear umbrella.


Mr. Moniz went on to note that “a majority of NNSA’s facilities and systems are well beyond end-of-life.” Also, “infrastructure problems such as falling ceilings are increasing in frequency and severity,” as more than 50% of facilities are at least 40 years old and nearly 30% date to World War II. “The entire complex could be placed at risk if there is a failure where a single point would disrupt a critical link in infrastructure.” Yet the White House is set to request only half the funding needed for facilities between 2018 and 2021.”

The need to modernize the US nuclear deterrent and its supporting infrastructure is also an issue I’ve been warning about for years.

Once again, I have been proven right.

New START treaty: An Utter Failure

The State Department has released the newest (September 2015) data on U.S. and Russian strategic weapon inventories disclosed under the New START treaty.

And boy, is the data troubling!

Since the last disclosure (in July 2015, based on March 2015 numbers), Russia has significantly INCREASED its arsenal of deployed strategic nuclear warheads (i.e. ones aimed at the United States) from 1,582 then to 1,648 today, a hike of 66 warheads. Likewise, its fleet of deployed strategic warhead delivery vehicles (i.e. missiles and aircraft carrying those warheads) has grown from 515 then to 526 now. This does not count Russia’s fleet of 151 Tu-22M strategic bombers (not counted under New START) that are capable of carrying 10 nuclear-tipped cruise missiles each.

As Pavel Podvig explains on his blog:

“The increase of 66 deployed warheads and nine launchers is most likely due to the deployment of Bulava missiles on the Alexander Nevskiy submarine that was completed in April 2015. Also, some older missiles were probably withdrawn from service.”

This is because, as I’ve pointed out in numerous publications, including my forthcoming book on nuclear deterrence, Russia is replacing older, single- and four-warhead missiles with new ones carrying up to 10-12 warheads. The Bulava submarine-launched ballistic missile carries up to 10 warheads, as do new Russian Yars and Yars-M ICBMs.

By contrast, the US has unilaterally cut its inventory of deployed strategic warheads and launchers. It currently deploys 1,538 strategic warheads (1,597 in March) and 762 delivery systems (785 in March). This means the US is essentially unilaterally disarming itself while Russia is rapidly building up its strategic nuclear arsenal. In other words, the US is slowly committing national suicide.

This also means that the US is strictly complying with the New START treaty and has already gone below the limit of 1,550 warheads authorized by that accord, while Russia is ignoring the pact and is growing up, rather than cutting or even freezing the growth of, its strategic deployed nuclear stockpile. This is consistent with the United States’ record of rigorously complying with arms control treaties and with Russia’s record of systematically violating them.

All of this means that the pro-arms-control community – including the Arms Control Association, the Center for Arms Control and Nonproliferation, the Ploughshares Fund, et al., as well as the Obama Administration – were dead wrong when they extolled the New START treaty’s supposed virtues.

They claimed the treaty would keep check on Russia’s nuclear arsenal and even lead to cuts in it while promoting strategic stability and transparency. But the treaty has utterly failed to do so. Instead, it has led to a deep, unilateral cut in America’s nuclear arsenal while allowing Russia to embark on the largest strategic nuclear buildup since the Cold War. It has allowed Russia to significantly increase its strategic nuclear arsenal – and if recent experience is any indication, Russia’s nuclear arsenal will grow in the future still further.

Nor has the treaty led to greater strategic stability and transparency. On the contrary, Russia’s strategic nuclear buildup, coupled with America’s unilateral disarmament, are gravely undermining strategic stability – between the two countries as well as globally. And Russia’s transparency on nuclear matters, especially regarding its strategic missiles, has only declined since New START’s ratification.

Yet, these organizations still falsely claim that New START  is “doing its job”. But what is New START’s “job”? What is the treaty’s purpose?

If it is to make the U.S. cut its strategic nuclear arsenal unilaterally, New START is doing that job superbly.

However, if its purpose is, or was, to reduce or at least freeze the Russian nuclear arsenal and to promote strategic stability and nuclear transparency on Russia’s part, the treaty has utterly failed to fulfill any of these purpose. It is an utter, unqualified failure.

Contrary to the pro-arms-control community’s and the Obama Administration’s claims that the treaty – and nuclear arsenal cuts more broadly – advance US national interests, the contrary is true. New START, and cuts in America’s nuclear deterrent more arsenal, only undermine U.S. national interests and national security by undermining its deterring power while allowing America’s potential adversaries to build up their arsenals – and thus their ability to threaten the U.S. and its allies.

No accord is a better example of this than New START.

Making matters worse, the treaty:

  • Does not count Russia’s 151 Tu-22M strategic bombers as strategic, and therefore doesn’t limit this bomber fleet (and the nuclear weapons deployed on it) at all. Yet, the Tu-22M is clearly a strategic, intercontinental bomber. Even without aerial refueling, it can hit targets on the West Coast if flown from Chukotka. With air refueling, it can hit any targets anywhere in the US (or the world, for that matter).
  • Does not prohibit Russia from developing rail-based ICBMs – which Russia is doing right now.
  • Does not limit Russia’s nuclear-tipped submarine-launched cruise missiles (SLCMs). (The U.S. has no such missiles, only conventional ones. The nuclear-armed ones were withdrawn from service in 2010 by the Obama administration as part of the administration’s unilateral disarmament policy.)
  • Does not at all limit Russia’s tactical nuclear arsenal, which is 10 times greater than that of the U.S.

The New START treaty is, by any objective yardstick, an utter failure and a grave threat to U.S. national security.

What The U.S. Government Should Do

Congress should:

  • Fully fund, and where appropriate, increase funding for, U.S. nuclear arsenal modernization – the missiles, the submarines, the bombers, the warheads, and the facilities.
  • Require the USAF to make the Long Range Strike Bomber ready for, and certified for, nuclear missions as soon as the said bomber type enters service.
  • Completely cut off funding for New START implementation until Russia: a) starts significantly reducing its deployed strategic arsenal; and b) resumes compliance with the INF Treaty.
  • Impose the heaviest economic sanctions possible on Russia if it doesn’t comply with the above, and if it still doesn’t comply, permanently prohibit implementation of the New START treaty.

The Executive Branch should:

  • Impose the heaviest economic sanctions possible on Russia if it doesn’t comply with the above, and if it still doesn’t comply, abrogate the New START and INF Treaties.
  • If Russia does comply, renegotiate new START si that it will cover Russia’s 151 Tu-22M bombers, limit nuclear-tipped SLCMs, prohibit the deployment of multiple warheads on ICBMs, and prohibit the development of rail-based ICBMs. Counting the Tu-22M bombers would increase the number of deployed strategic Russian delivery systems from 526 to 787, and the total number of delivery systems from 890 to 1,041, requiring Russia to dismantle 241 such systems (e.g. all Tu-22Ms and a further 90 delivery systems).


Hans M. Kristensen shows his true face again: that of a pro-Russian propagandist

Unilateral disarmament advocate Hans M. Kristensen, a Danish pacifist who now runs the FAS’s “Strategic Security” program, has shown his true face – that of a pro-Russian propagandist – once again.

Commenting to the treasonous Arms Control Association on the Pentagon’s plans to develop an air-launched cruise missile (needed to replace the current, aging AGM-86 missile), Kristensen said that the Pentagon is “making a mockery of the New START treaty” by planning to deploy multiple cruise missiles on each bomber, which the New START treaty allows:

“The Air Force’s draft acquisition plan for the long-range missile “makes a mockery” of New START “by blatantly taking advantage” of the treaty “loophole” that attributes only one weapon to each bomber, said Kristensen. The Air Force plan “sends the wrong message” about U.S. intentions “and should be rejected,” he said.”

But Kristensen has no objections to Russia’s continued deployment of multiple nuclear-armed cruise missiles on each of its 231 strategic bombers (Tu-95s, Tu-160s, and Tu-22Ms), which can carry sixteen, twelve, and ten cruise missiles, respectively. Nor does he object to China’s deployment of nuclear-tipped CJ-10A and Kh-55 cruise missiles on its H-6K bombers. Nor does he object to Russia’s development and impending deployment of new air-launched nuclear-capable Kh-102 cruise missiles.

He only opposes America’s development of such missiles.

That shows his true face: that of a pro-Russian agitator advocating the West’s unilateral disarmament. And indeed, this is exactly what he has been doing for his entire adult life, since at least 1982 when he began his peacenik career as a Greenpeace pro-disarmament activist.

Needless to say, he’s lying. The US Air Force’s plan is not making a mockery of New START or taking advantage of any loopholes – not anymore than the Russians are. Nor does it send “the wrong message” about U.S. intentions. On the contrary, it sends the right message – to friend and foe alike -that the US will renew the airborne leg of its nuclear triad, including its cruise missile component, and thus protect itself and its allies from the threat of nuclear attack.

Given Kristensen’s ridiculous claims and ACA’s garbage screed about the new Air Force cruise missile program, it is hardly surprising that an Air Force official responded to their screed by writing the following:

The AF LRSO program is designed to replace current nuclear-armed air-launched cruise missiles (ALCM).  Replacement of our current ALCM is necessary to ensure that the U.S. nuclear deterrent remains safe, secure, and effective, in accordance with the President’s guidance.

The number of LRSO missiles to be acquired includes a large number of spare and test missiles that will be required throughout the life of the program.  This means that the planned purchase of 1,000 missiles includes far more missiles than we plan to operationally arm and deploy in our nuclear force.  There is no plan to operationally arm and deploy 1,000 LRSO missiles – the requirements for these systems in our guidance have not increased and we intend to deploy only a fraction of those we purchase.

Nuclear-armed cruise missiles, including the LRSO, are accountable under New START’s bomber counting rule.  The New START bomber counting rule is well understood and was fully debated during the Treaty’s ratification.  In counting one warhead per bomber, the New START Treaty advances the legacy of bomber stability and flexibility initiated under the original START Treaty. The LRSO program is fully consistent with the approach to reductions and strategic stability negotiated by Washington and Moscow.