Zbigniew Mazurak's Blog

A blog dedicated to defense issues

F-35 Test Pilot Confirms: F-35 Is Useless In Dogfights, Can’t Beat the F-16

Posted by zbigniewmazurak on July 1, 2015


This author, along with several others, has been warning for a long time that the F-35 “Joint Strike Fighter” is decidedly inferior even to legacy aircraft, let alone to the latest Russian and Chinese jets and air defense systems.

This conclusion has been drawn from several publicly-known facts, including the F-35’s limited stealthiness, poor weapons payload, limited range and endurance, poor situational awareness, and lack of maneuverability (i.e. sluggishness).

But until this year, any debate about the F-35’s performance and capabilities was purely academic. It could have been conducted only based on paper data and the laws of physics.

That debate is no longer academic.

It has now been established, through realistic testing, that the F-35 is indeed so sluggish, so unmaneuverable, and offers such poor situational awareness to its pilot, that it’s hopelessly outmatched in a dogfight (i.e. close range combat) – even by the legacy aircraft it’s intended to replace. In fact, those “legacy aircraft” can run circles around it.

It has now been publicly released that in January of this year, an F-35 engaged in a simulated dogfight against an F-16 Block 40. To make matters harder for the F-16, it was burdened with two heavy fuel tanks, while the F-35 flew without any external stores, thus impairing the F-16’s maneuverability and increasing the F-35’s odds of victory.

Yet, the F-16 trashed the F-35. It proved far more maneuverable, and it repeatedly sneaked upon the F-35 without the latter’s pilot being aware, because his helmet is so big that he can’t move his head freely in the F-35’s small, cramped cockpit.

WarIsBoring‘s David Axe narrates (emphasis mine):

The fateful test took place on Jan. 14, 2015, apparently within the Sea Test Range over the Pacific Ocean near Edwards Air Force Base in California. The single-seat F-35A with the designation “AF-02” — one of the older JSFs in the Air Force — took off alongside a two-seat F-16D Block 40, one of the types of planes the F-35 is supposed to replace.

The two jets would be playing the roles of opposing fighters in a pretend air battle, which the Air Force organized specifically to test out the F-35’s prowess as a close-range dogfighter in an air-to-air tangle involving high “angles of attack,” or AoA, and “aggressive stick/pedal inputs.”

In other words, the F-35 pilot would fly his jet hard, turning and maneuvering in order to “shoot down” the F-16, whose pilot would be doing his own best to evade and kill the F-35.

“The evaluation focused on the overall effectiveness of the aircraft in performing various specified maneuvers in a dynamic environment,” the F-35 tester wrote. “This consisted of traditional Basic Fighter Maneuvers in offensive, defensive and neutral setups at altitudes ranging from 10,000 to 30,000 feet.”

At top and above — F-35s and F-16s. Air Force photos

The F-35 was flying “clean,” with no weapons in its bomb bay or under its wings and fuselage. The F-16, by contrast, was hauling two bulky underwing drop tanks, putting the older jet at an aerodynamic disadvantage.

But the JSF’s advantage didn’t actually help in the end. The stealth fighter proved too sluggish to reliably defeat the F-16, even with the F-16 lugging extra fuel tanks. “Even with the limited F-16 target configuration, the F-35A remained at a distinct energy disadvantage for every engagement,” the pilot reported.

The defeated flier’s five-page report is a damning litany of aerodynamic complaints targeting the cumbersome JSF.

“Insufficient pitch rate.” “Energy deficit to the bandit would increase over time.” “The flying qualities in the blended region (20–26 degrees AoA) were not intuitive or favorable.”

The F-35 jockey tried to target the F-16 with the stealth jet’s 25-millimeter cannon, but the smaller F-16 easily dodged. “Instead of catching the bandit off-guard by rapidly pull aft to achieve lead, the nose rate was slow, allowing him to easily time his jink prior to a gun solution,” the JSF pilot complained.

And when the pilot of the F-16 turned the tables on the F-35, maneuvering to put the stealth plane in his own gunsight, the JSF jockey found he couldn’t maneuver out of the way, owing to a “lack of nose rate.”

(…)

And to add insult to injury, the JSF flier discovered he couldn’t even comfortably move his head inside the radar-evading jet’s cramped cockpit. “The helmet was too large for the space inside the canopy to adequately see behind the aircraft.” That allowed the F-16 to sneak up on him.

In the end, the F-35 — the only new fighter jet that America and most of its allies are developing — is demonstrably inferior in a dogfight with the F-16, which the U.S. Air Force first acquired in the late 1970s.

The test pilot explained that he has also flown 1980s-vintage F-15E fighter-bombers and found the F-35 to be “substantially inferior” to the older plane when it comes to managing energy in a close battle.

None of this is any secret to those of us who are knowledgeable about military aircraft and the F-35 program. These issues have been publicly known since at least 2008, when Dr John Stillion and Scott Perdue – both veteran military pilots – released their damning report on the F-35, which, they complained, “Can’t Climb, Can’t Turn, Can’t Run.”

Sadly, the Pentagon and 8 allied defense departments/ministries completely ignored their warning and proceeded full speed ahead with the development and procurement of the F-35, while also killing the only 5th generation stealthy alternative to it available to the US – the much better (and now also cheaper) F-22 Raptor.

Now the US and eight of its allies are stuck with a useless, hyperexpensive jet that is decisively inferior even to legacy aircraft – including those it is designed to replace – to say nothing of modern Russian and Chinese fighters like the Su-27/30/33/35/J-11/15/16 Flanker/Sinoflanker family, the J-10 Vigorous Dragon, the PAK FA, the J-20, and the J-31. The USAF itself has recognized that the F-35 stands no chance of surviving combat against the latest Russian and Chinese fighters and is now developing a sixth-generation fighter.

But that aircraft will not be available for purchase until at least two decades from now. Yet, the US and its allies need new fighters to replace their worn-out aircraft now.

Luckily, there are several options available. The most cost-effective, from both a military and a fiscal standpoint, is the procurement of European Generation 4+ fighters – the Rafale, the Typhoon, or the Gripen.

Obviously, the US will not procure a foreign fighter, but other F-35 program participant countries should not slavishly follow Washington’s diktats. They are under no obligation to do so.

Procuring the Rafale, the Typhoon, or the Gripen would cost-effectively equip their air forces with a modern, capable fighter and allow them to protect their countries for decades to come, at an affordable cost to taxpayers. This is especially true of the Rafale.

Moreover, the Rafale’s manufacturer, Dassault Aviation, offers the best economic benefits (including offsets) to countries now shopping for fighters. For Canada, for instance, it has pledged a full transfer of technology and of intellectual property, and would probably build jets for the RCAF in Canada itself.

There is absolutely no reason for America’s F-35 partner nations to remain involved in that completely failed and utterly unaffordable program. These nations should bail out of that program ASAP.

A Dassault Rafale fighter taking off. Photo credit: Dassault Aviation/S. Randé

Posted in Air combat | Tagged: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Obama’s Appeasement of Iran: Idiocy or Treason?

Posted by zbigniewmazurak on June 29, 2015


As everyone knows, Barack Obama has been pushing to get a nuclear deal signed between the P5+1 group (US, Russia, China, France, Britain, Germany) and Iran by June 30th, ostensibly in order to regulate that country’s nuclear program. Obama claims that the agreement will “forever foreclose” Iran’s path to a nuclear weapon and that, if Iran cheats, the US will have at least a year to stop the Iranian nuclear program by military means. He has also claimed that Iran had “frozen” its nuclear enrichment activity for the duration of the negotiations.

Evidence has now emerged that Obama was, as always, dead wrong.

During the last 18 months of negotiations, Iran has actually INCREASED its enriched uranium stockpile by 20%. The preliminary agreement signed in Lausanne, Switzerland, in March, obligates the Iranians – as will the final agreement expected to be signed on June 30th in Vienna – to dismantle 96% of their existing enriched uranium stockpile. But rather than dismantle it, or at least freeze their enrichment program, the Iranians have dramatically INCREASED their enriched uranium stockpile – by as much as 20%!

Not only that, but the Iranian Supreme Leader, Ali Khamenei, has categorically ruled out any Western inspections of any Iranian military installations!

Not only that, but the accord’s few restrictions on the Iranian nuclear program would expire after 15 years, and it contains NO restrictions whatsoever on the Islamic Republic’s ballistic missiles, nor would it obligate Tehran to stop supporting terrorist organizations.

Still worse, the Obama administration has dropped its previous demand that Iran reveal the entire scope of its past nuclear weapons work, which means the West will not know how far the Iranians have advanced already.

With Iran rejecting those inspections, and with such blatant Iranian cheating, how can one trust any agreement signed by Iran? One cannot. An agreement with Iran would not be worth the paper it would be printed on.

Yet, the NY Slimes and Obama administration officials are still deluding themselves – and the NYT’s readers – that Iran is a trustworthy partner and that the increased enriched uranium stockpile is a “problem” for Iranians which they will have to “solve.” They don’t realize at all that the Iranians consider their enriched uranium stockpile to be a great asset (for future nuclear weapon production), not a problem.

Iran is not negotiating in good faith. It is does not want to end its international isolation. It wants to develop nuclear weapons – and is apparently ready to do so at any cost, including crippling economic sanctions and international isolation.

It should be underlined that the only Western country to have taken a firm stance on the Iranian nuclear program (although that stance is not firm enough) is France, which has bravely and steadfastly resisted American pressure to agree to a Munich-style accord that would legalize Iran’s nuclear program without providing for any meaningful inspections or any strict limitations on that program.

That being the case, it is no wonder that the Arab monarchies of the Persian Gulf are increasingly looking towards France, rather than the US, as their primary military partner and arms vendor. Qatar has already ordered 24 Rafale jets, and the UAE are expected to follow suit later this year. Paris is also negotiating arms sales with Riyadh. Already, $12 bn worth of military and civilian sales have been concluded recently by French FM Laurent Fabius and the Saudi Defense Minister.

This confirms what I’ve recently said: being a poodle of Washington does not pay off. It’s far better to rely on France.

Further reading:

http://www.nytimes.com/2015/06/02/world/middleeast/irans-nuclear-stockpile-grows-complicating-negotiations.html?_r=2

http://www.nytimes.com/2015/05/28/world/middleeast/france-rejects-iran-leaders-ban-on-unlimited-nuclear-inspections.html

http://foreignpolicy.com/2015/03/30/how-france-became-an-iran-hawk/

http://www.lefigaro.fr/international/2015/03/25/01003-20150325ARTFIG00431-tensions-franco-americaines-sur-le-nucleaire-iranien.php

Posted in Nuclear deterrence, Obama administration follies, World affairs | Leave a Comment »

The Battle of Waterloo 200 years ago: The French Defeat That Did Not Have To Be

Posted by zbigniewmazurak on June 18, 2015


Today is the 200th anniversary of the Battle of Waterloo, won by an Anglo-Dutch-German coalition against Napoleonic France. Although this is hailed by many Francophobes to this day as a military masterpiece by Field Marshal Wellesley, the Duke of Wellington, this battle could’ve been won by the French if they only hadn’t made a number of mistakes that proved fatal.

The first was made by Marshal Michel Ney at the Battle of Quatre-Bras. On June 16th, he attacked the avant-garde of Wellington’s Coalition army. Wellington suffered losses and was forced to retreat to Waterloo hills; he was unable to defeat Ney alone. But he was nonetheless able to withdraw his army to Waterloo safely, and Ney made a fatal mistake during that battle.

It was being waged at the same time that the main part of Napoleon’s army was fighting the Prussians at Ligny. At one point, Napoleon sent a messenger to General D’Enlon, ordering him to bring corps as a reinforcement to Ligny. D’Enlon set out immediately for Ligny, but Ney, upon hearing of this, fell into anger and ordered D’Enlon to return to Quatre-Bras. As a result, D’Enlon’s corps wasted all day without firing a shot. His corps would’ve been used to crush either Wellington (at Quatre-Bras) or von Bluecher’s Prussians (at Ligny). As a result of Ney’s insubordination to Napoleon, it was not used at either battlesite.

The second mistake was made personally by Napoleon himself. At Waterloo, 200 years ago, he attacked Wellington’s Anglo-Dutch army frontally, headfirst, trying to break its rectangular formation. But although French troops assaulted Anglo-Dutch troops with admirable bravery, without the slightest fear of death, they couldn’t break the Coalition army’s formation. British and Dutch rectangles – placed on the Waterloo hills – withstood every single assault the French launched at them, even though Coalition troops were tired, exhausted after the march from Quatre-Bras (conducted in heavy rain), and hungry. In addition, every French attack was met with heavy artillery fire and ferocious counterattacks by the Anglo-Dutch cavalry. At one point, at a place called La Haye Sainte, some British formations did break down for a moment, but Wellington – always carefully monitoring the events and reacting to them quickly – plugged the gap with reserve troops.

At Waterloo, Napoleon made the same fatal mistake that defeated generals throughout history had made: he attacked the enemy frontally, headfirst, instead of trying to swing at his flank or strike his rear – which is how Napoleon won all of his great victories, by the way, from Rivoli in 1797 to Jena in 1806.

The French army’s third mistake – and a well-known one – was not to spike the Coalition army’s guns upon taking its artillery positions. As a result, after the French were driven back from British lines, the Coalition army was able to use its guns again.

Finally, the fourth fatal mistake was the one made by Marshal Emmanuel de Grouchy: he let Prussian Field Marshal von Bluecher fool him by fighting only one corps of the Prussian army at Wavre – which von Bluecher used as a bait – while the other three corps marched under the Prussian Field Marshal’s command to Waterloo. They arrived there at about 9PM, striking the French army’s right flank and routing it completely.

Wellington’s entire operational plan for the battle of Waterloo was simple: to resist all French onslaughts until the Prussians would arrive – and he believed the Prussians WOULD eventually come to his aid. He was proven right.

The Waterloo campaign needs to be studied carefully in military academies throughout the world as an example of what not to do.

Posted in Uncategorized | Tagged: , , | Leave a Comment »

Comment debarrasser la France de la domination américaine et renforcer la position de la France au monde

Posted by zbigniewmazurak on June 16, 2015


Sous la présidence de François Hollande, la France est devenue un larbin de Washington, tout comme elle l’était sous la IVème République. En effet, Washington continue à reserrer sa domination sur le continent européen (en utilisant tous les moyens possibles, surtout la soi-disante “construction européenne” dont laquelle il est le “fédérateur non-européen”) et d’autres régions du monde. Cette domination des USA nuit gravement à la securité et les interêts nationaux de la France.

Comment debarrasser la France de cette hégémonie américaine?

Il faut utiliser la même stratégie que celle utilisée Francois Ier pour libérer la France de l’étau habsburgien dans le XVIème siècle et celle mise en oeuvre par le général de Gaulle pour deserrer la domination américaine sur l’Europe occidentale dans le XXème siècle : une politique d’alliances alternatives. Il faut augmenter la puissance économique et militaire de la France et a la fois chercher des allies alternatives qui pourraient faire les contrepoids contre l’hegemonie américaine.

Ce deuxieme enjeu strategique est le focus de ce dossier.

Pour contrer la superpuissance américaine, il faut nouer des alliances avec les pays (ou blocs des pays) qui pourraient faire les contrepoids contre les USA, notamment avec la Chine, l’Inde, la Turquie, les pays arabes du Golfe arabo-persique (qui sont devenus tres méfiants de Washington), et les pays de l’Amerique Latine (surtout le Méxique et le Brésil).

francechinecommerce

Infographie par LCI/TF1, 2014.

Pour nouer une alliance stratégique avec la Chine et ouvrir le gigantesque marché chinois, il faut :

  • La France devrait reconnaitre publiquement les Iles Diaoyu/Senkaku, Spratly, et Paracelsus comme territoire chinois et partie intégrale de la Chine, soutenir diplomatiquement (notamment en Conseil de Sécurité de l’ONU) les efforts de la Chine de s’en emparer, interdir le Dalai Lama de venir en France, soutenir la Chine contre les manifestants hongkongais, offrir des visas Schengen valables pour 10 ans aux citoyens chinois, et ordonner aux avions civils français d’obeir au contrôle aérien chinois dans la zone d’identification aérienne chinoise autour des Iles Diaoyu, si la Chine ouvre son marché, sans limitations et sans aucun tarif, à TOUS les produits français dans TOUS les secteurs de l’économie, si les compagnies aériennes chinoises achètent EXCLUSIVEMENT d’avions d’Airbus, si la Chine achète EXCLUSIVEMENT des reacteurs nucléaires d’Areva (et pas d’autres) et EXCLUSIVEMENT des avions Airbus, si elle permettra aux investisseurs étrangers d’acheter des participations dans des aéroports chinois, et si les elites chinoises achètent des voitures françaises et pas d’autres. Il faut que la Chine ouvre son marché à TOUS les produits francais, pas seulement le porc et le vin. (http://www.wantchinatimes.com/news-subclass-cnt.aspx?cid=1101&MainCatID=11&id=20150309000110)
  • La France devrait vendre à la Chine la mine d’uran à Fanay pour exploitation, et de la terre cultivable actuellement non utilisée pour la cultivation du vin aux vignards et milliardaires chinois.
  • La France devrait commencer l’exploitation de ses réserves de manganium sous-maritimes (sous la mer) autour de Tahiti et de la Reunion et exporter le manganium à la Chine (mais aussi aux autres marchés émergents, comme l’Inde et la Corée du Sud).
  • L’Etat français devrait negocier la vente de ses actifs en PSA Peugeot Citroen et Renault au constructeur chinois Dongfeng pour le prix le plus haut possible, et la vente de ses nombreux châteaux et hôteaux particuliers aux millionnaires chinois.
  • La Chine devrait créer beaucoup plus des Zones Economiques Franco-Chinoises partout en France, surtout en régions les plus touchées par le chômage (la Languedoc-Roussillon, la région PACA, le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie, la Champagne-Ardennes, les départements de Seine-Saint-Denis et du Val de Marne etc.).
  • La France devrait augmenter, de manière significative, sa production agroalimentaire, afin d’exporter plus de nourriture au marché chinois.
  • La France devrait faire signer un accord de voyage sans visa à l’Union Européenne et la Chine.
  • La France devrait augmenter le tempo de l’exploitation des ressources de nickel à la Nouvelle Caledonie si les marchés émergents en ont besoin.
  • Quand le budget français est met en équilibre, la France devrait vendre toutes ses ressources minérales sous-maritimes à la Chine afin de se désendetter.
  • Il faut créer un agence qui fera une promotion constante des produits français dans le monde, particulierement en Chine. Il faut notamment promouvoir les voitures, boissons alcooliques, et les autres produits de luxe français.
  • Garantir que les touristes chinois pourront recevoir une visa francaise en 24 heures, afin d’attirer plus de touristes chinois en France et afin qu’ils achete plus en France. (http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/20130830trib000782407/le-voyageur-chinois-nouvelle-vache-a-lait-d-aeroports-de-paris.html)
  • Coopérer avec la Chine et les autres pays du groupe BRICS dans le sens de dédollarisation du monde; cesser immédiatement d’utiliser le dollar dans les transactions internationales, sauf celles conduités avec les USA eux-mêmes.
  • Acceder à l’accord d’échange libre proposé par la Chine.
  • Signer avec la Chine un accord de non-espionage (no spy agreement) et de défense mutuelle en espace cyber.
  • Garantir mutuellement l’utilisation des constellations de satellites de navigation Galileo et Beidou par les forces de missiles des deux nations.
  • Signer avec la Chine un accord qui permettrait au CEA des achats d’uran de haut et de bas enrichement, et de pluton, à la Chine, si besoin.
  • Mettre en ouvre des exercises annuelles jointes des armées aériennes française et chinoise, notamment dans le domaine du combat aérien, afin que l’AdlA puisse pratiquer des maneuvres du combat aérien avec des pilotes chinois des J-7, J-10, J-11/15/16, Su-27/30, et J-31.
  • Signer un accord qui permettra à l’AdlA française d’utiliser le vaste espace aérien chinois pour l’entrainement de ses pilotes et pour des exercises.
  • Acheter des avions discrets J-20 ou J-31 à la Chine dans l’avenir, ou même mieux, les developper ensemble avec la Chine.
  • Proposer a la Chine de fournir des engins spatiaux Ariane pour la base lunaire planifiée par la Chine si Pekin donne a la France l’accès à cette base, une fois construite.
  • Faire abroger l’embargo sur la vente d’armes à la Chine par l’UE.

Afin de nouer une veritable amitie avec les pays de l’Amerique Latine, il faut :

  • Offrir un asile et une transportation securisée à Julian Assange et Edward Snowden;
  • Présenter des excuses au président bolivien Evo Morales pour le deni injustifié de l’entrée a l’espace aérien francais a son avion en 2013;
  • Pénaliser lourdement toute compagnie qui collabore avec les services sécrets américains ou britanniques ou qui espionne sur les Francais;
  • Offrir aux armées latinoaméricaines de l’équipement francais moderne, notamment au Brésil qui aura besoin de remplacer son porte-avions Sao Paulo et les avions de son groupe aeronaval;
  • Faire enseigner l’espagnol et le portugais à beaucoup plus des éleves français au lieu du focus singulaire sur l’allemand;
  • Décerner la Légion d’Honneur à l’ex-président brésilien Luis Inacio Lula da Silva et aux joeurs de foot Ronaldinho, Thiago Silva, et David Luiz;
  • Acheter quelques avions d’entrainement et d’attaque bresiliens Super Tucano sous licence si le Bresil achete des avions Rafale et des helicopteres francais pour son porte-avions Sao Paulo. Les Super Tucano seraient tres utiles contre les terroristes en Afrique et on Myen Orient, beaucoup plus efficaces que tout drone;
  • Ouvrir plus de consulats au Brésil et au Méxique; et
  • Faciliter l’obtention des visas touristiques et visas d’étudiant par les touristes et étudiants latinoaméricains; ou mieux encore, faire signer un accord permettant des voyages touristiques sans visa entre l’UE et le Brésil.
  • Soutenir la candidature de Brasilia au siege permanent au Conseil de Securite de l’ONU.

Pour nouer une alliance stratégique avec l’Inde et ouvrir le gigantesque marche indien, il faut:

  • Reconnaitre publiquement toutes les pretensions territoriales de l’Inde, notamment en Cachemire;
  • Offrir a New Delhi la construction des sous-marins nucleaires, des fregates FREDA et FREMM, et des BPC de la classe Mistral, in situ en Inde;
  • Donner des cadeaux personnels au Premier Ministre Narendra Modi;
  • Offrir a l’Inde des systemes de defense anti-aerienne et anti-missiles de courte, moyenne, et longue portee, y compris Aster-15 et Aster-30;
  • Developper des armes hypersoniques a l’Inde; et
  • Soutenir la candidature de l’Inde au siege permanent au Conseil de Securite de l’ONU.

Posted in Defense exports, Economic affairs, World affairs | Leave a Comment »

Two China threat deniers leave the Obama administration

Posted by zbigniewmazurak on June 15, 2015


Two highly-ranking officials responsible for handling East Asian affairs left the Obama administration a few days ago. These two officials were reputed to be China threat deniers – blind about the Chinese government’s intentions towards the US and its allies, desperate to please Beijing, and determined to hide from the public the scale of the Chinese military buildup. The officials in question are Paul Heer, former national intelligence officer for East Asia, and Evan Medeiros, a “senior China specialist for the White House.”

For many years, China realists – including this author – have been working hard to reveal the true nature of China’s military buildup and its bellicose intentions towards the US and its allies. We have been toiling hard for several years now to obtain, and share with the public, the facts about Chinese military capabilities and intentions, rather than China threat deniers’ spin and wishful thinking.

Have you ever wondered, Dear Readers, why the Pentagon, the State Department, and the intelligence community have been dramatically downplaying the Chinese military threat for the last decade, especially under the Obama administration?

It was because many highly-ranking administration officials – up to and including then-SECDEF Robert M. Gates, then-SECSTATE Hillary R. Clinton, and these two officials – Paul Heer and Evan Medeiros – blinded by their naivete towards China – were determined to play down and hide China’s military capabilities and aggressive designs from the public.

That is why the US military and the State Department have been very late and very slow to respond to China’s huge military buildup. This is why key weapon platforms, including the F-22 Raptor, that would’ve effectively countered China’s military capabilities, were killed. This is why report after report from US government agencies – as well as administration officials’ rhetoric – was dramatically downplaying China’s military capabilities and offensive designs. This is why the US federal government was completely surprised – time after time – by China’s new weapon platforms, tests, and military capabilities.

But now that these officials have left the administration, the policy is slowly changing, as is the rhetoric. As Bill Gertz reports:

“The Obama administration appears to be in the early phase of a policy shift on China. Tougher rhetoric and policies, most recently demonstrated by remarks in Asia from Defense Secretary Ashton Carter, coincide with the departures of two key officials long known for advocating more conciliatory policies toward Beijing.

Paul Heer, who for years held the influential post of national intelligence officer for East Asia, retired recently, a spokesman for the Office of the Director of National Intelligence said. From his position as the most senior intelligence official on China, Mr. Heer was known for a steadfast bias that sought to play down the various threats posed by China in favor of more conciliatory views. His influence also is said to have extended to personnel appointments within the CIA’s analytical section, which critics say resulted in “groupthink” on China.

A second major personnel change was the departure last week of the White House’s senior China specialist, Evan Medeiros, who left after a reported dispute with White House National Security Adviser Susan E. Rice. Ms. Rice has a reputation as a prickly manager known for swearing profusely at subordinates. Mr. Medeiros was regarded by critics as among the most pro-China policymakers in the White House’s highly centralized foreign policy and national security power structure.

Congressional Republicans have said Mr. Medeiros was behind the White House decision several years ago to deny sales of advanced U.S. F-16 jet fighters to Taiwan to bolster its flagging air forces.

Mr. Medeiros, in academic writings before his White House posting, has asserted that the Chinese military posed little or no threat and that Beijing’s policies are generally benign.”

One should not celebrate too jubilantly yet, but this may be the first step in the right direction.

Also in the last few days, following China’s test of its WU-14 hypersonic strike weapon, some commentators have repeated the usual ballyhoo that the missile designed to carry it – the DF-41 ICBM – is only “in development” and not deployed yet, whereas it has already been deployed; and that the Chinese would have a heck of a time sinking an American aircraft carrier, even with anti-ship missiles, because the Chinese would need to detect the carrier, keep tracking it, guide the missiles towards it, correct the guidance midcourse because the carrier is moving, and then, overwhelm the carrier group’s defenses.

But detecting American aircraft carriers – the largest ships in the world – is extremely easy, especially with the Over-the-Horizon radars China has, and guiding missiles towards it won’t be difficult, either, using those radars, as well as satellites… not to mention Sunburn or Sizzler hypersonic anti-ship cruise missiles, which can be carried by Chinese surface ships, submarines, aircraft, and coastal platforms.

Visit this site regularly, Dear Readers, for more updates on China’s military buildup.

Posted in Ideologies, Obama administration follies | 7 Comments »

Contre les mensonges de Christophe-Alexandre Paillard

Posted by zbigniewmazurak on May 28, 2015


Je suis maintenant en train de lire le livre Les nouvelles guerres économiques par Christophe-Alexandre Paillard. Ce livre traite de beaucoup de sujets divers, y compris la question si la France est encore une puissance mondiale.

La réponse de cet auteur, qui est evidemment un fataliste, est non : selon lui, la France ne fait pas et ne peut pas faire le poids sur la scène internationale:

“La France se trouve donc dans l’obligation la encore de fonder les bases de sa puissance au sein d’une intégration européenne renforcée (euro, marché unique) et a du mal a justifier ses specifités aupres de ses partenaires.” (Les nouvelles guerres économiques, Editions Ophrys, Paris 2011, p. 152)

Selon M. Paillard, la seule façon de laquelle la France peut peser sur la scène mondiale et contrer (s’opposer effectivement à) la puissance des Etats-Unis est de se fondre (s’autodissoudre) dans un état supranational européen. C’est-à-dire, seulement un France complétement fondée, dissoute, et disparue dans un état fédéral européen peut influencer le monde et contrer l’hyperpuissance américaine crainté par l’ex-ministre des affaires étrangères Hubert Vedrine. En plus, selon M. Paillard, l’Union Européenne est un instrument très utile de parer la puissance des USA:

“L’Union européenne est un moyen d’accroître sa puissance pour la France, bien que cette position montre aussi qu’elle a reduit ses ambitions en tant que Etat-nation souverain. Pour la France, l’Europe est aussi un moyen d’équilibrer la puissance américaine apres avoir été l’instrument de lutte contre l’expansionisme sovietique et de faire face à la concurrence des puissances emergentes.”

D’ailleurs, M. Paillard pretend que le general de Gaulle avait mis en oeuvre la construction europeenne et en était en faveur:

“Depuis 1951 et la signature du traite CECA, la France s’est engagee sur la voie de la construction européenne, d’abord dans un but de reconciliation avec l’Allemagne, puis, dans un objectif d’unification politique du continent europeen, comme le suggerait l’expression du general de Gaulle <<L’Europe de l’Atlantique a l’Oural>>.”

Ce sont tout simplement des mensonges, et je vous démontrerai pourquoi.

1.    Dire que la France ne fait pas et ne peut pas faire le poids sur la scène internationale est mensongère

Malgre toutes ses problèmes – et la politique des majorités récentes UMP et PS qui les a aggravés et qui affaiblit la France chaque jour – la France reste une puissance disposant des capabilités mondiales. Comme même M. Paillard a admis dans son livre, la France est une puissance nucléaire, l’un de seulement 5 membres permanents du Conseil de Securite de l’ONU, et dispose d’un réseau diplomatique vaste, comparable à celui des USA, la Russie, et la Chine. Il faut y ajouter le fait que :

•    La France est, parmi les 190 pays du monde, la 6ème puissance économique, juste derrière le Royaume-Uni (la cinquième, que la France pourrait facilement dépasser avec des réformes économomiques simples) ;
•    Au contraire de la vaste majorité des pays du monde, elle dispose des compagnies dans tous les secteurs de l’économie moderne, y compris l’aéronautique, le nucléaire, le naval, l’automobile, le missilier, le spatial, etc.) et ne depend des autres pays pour rien ;
•    Elle est le seul pays du monde dont la langue est parlée sur tous les continents du monde sauf l’Australie et est à la tête de la deuxieme plus grande organisation mondiale après l’ONU – la Francophonie, qui comprend 57 pays membres et observateurs de tous les continents du monde sauf l’Australie ;
•    Son arsenal nucléaire est le 4eme plus grand au monde et au contraire de la Chine (qui détient le troisième arsenal le plus grand), ses sous-marins lanceurs d’engins ont fait des patrouilles d’une manière constante depuis 1972 ;
•    Elle est aussi l’un des pays du monde les plus forts militairement, avec une armée qui, malgré tous les coups et affaiblissements lui faits par présidents Sarkozy et Hollande, reste l’une des plus puissantes et capables, d’une manière globale, au monde (sur un envergure globale, ses capabilités sont comparables à celles de la Russie et dépassent celles de tout autre pays sauf les USA – parce qu’être capable de conquêter ses voisins, c’est une chose, mais projeter de la force militaire aux continents et régions distants, c’est une autre chose – la France est aujourd’hui le seul serieux partenaire militaire des USA, le Royaume-Uni s’étant retrenché et effectivement retiré de la scène mondiale) ;
•    Elle possede aussi une culture admirée partout au monde et est l’une des destinations preferées des étudiants étrangers, européens et non-européens ; en effet, il en attire le troisième plus grand nombre au monde, depassée seulement par les USA et le Royaume-Uni.

Pensons donc ca quel point la France serait puissante si ses dirigeants étaient capables de mettre en œuvre des réformes économiques serieuses qui redémarraient enfin son économie et permettraient plus d’investissements dans son armée !

2.    Loin d’etre un moyen d’accroitre sa puissance, l’Union europenne est un instrument qui sert les USA a renforcer leur domination sur l’Europe, contraindre la France, et l’effacer de la carte du monde

L’Union européenne n’accroit la puissance de la France en rien, elle la diminue. Elle limite dramatiquement la liberté d’action de la France et la fait obeir aux diktats de Washington (comme par exemple sur la question de sanctions contre la Chine et la Russie, les OGM, l’accord de libre-échange entre l’UE et les USA, etc). En effet, l’UE est, de très loin, la plus grande menace à l’indépendendance, la securité, la puissance, et le bien-être de la France.

Ce n’est pas par hasard. L’Union européenne marche toujours comme ça. Son principe d’opération – son modus operandi – n’est pas la « subsidiarité «  prétendue, mais au contraire, l’imposition des diktats sur les états-membres de l’Union par des bureaucrates non-elus à Bruxelles.

Ces diktakts sont souvent transmis à Bruxelles par Washington… et ce n’est pas par hasard. Toute la « construction européenne » est, en effet, une invention américaine concue exactement dans le but de contraindre la liberté d’action des états européens, de les fondre dans une construction supranationale, et donc de les assujettir complement à Washington. Voila les vrais buts de la construction européenne. Voila pourquoi la France ne peut plus, par exemple, vendre des navires de guerre aux acheteurs qui sont prêts à les payer – parce que Washington y est opposé, et l’Union européenne execute les diktats de Washington. Voila aussi pourquoi l’Union européenne est sur le point de signer un traité de « libre-échange » qui ouvrira complètement les portes du Marché Unique Européen aux compagnies américaines, généreusement soutenues par son gouvernement fédéral.

Le général de Gaulle – le sujet du troisième mensonge de M. Paillard – l’avait compris avant tout le monde. Lors de sa fameuse conférence de presse du 15 mai 1962, le général de Gaulle a averti contre la construction européenne, le plan de fondre les états souverains de l’Europe dans une telle construction supranationale, et le « fédérateur non-européen » qui était le moteur de cette construction et qui ne pouvait être autre que les USA.

Il faut répéter : le général de Gaulle avait compris avant tout le monde que l’UE était une arnaque, un schème conçu pour assujettir la France et les autres pays des Six aux USA, et que son origine était a Washington – et il nous en a averti en mai 1962, il y a 53 ans.

Passons donc enfin à la troisième mensonge de M. Paillard : que l’Homme du 18 juin était en faveur de la construction européenne.

3.    Le général de Gaulle n’était jamais en faveur de la construction européenne

Les eurofanatiques qui cherchent à dissoudre la France dans un état supranational européen font beaucoup de bruit autour des propos du Fondateur de la Vème République, comme « L’Europe de l’Atlantique à l’Oural », du traite de l’Elysée, et des autres propos et actions du président de Gaulle tirés de leur contexte historique. Pour contrer ces mensonges, rappelons donc quelques faits.

S’il est vrai que l’Homme du 18 juin n’avait initialement denoncé les traites CECA-CEE-EUROATOM, c’est simplement parce que, jusqu’à la ratification des Accords d’Evian, le Fondateur de la Cinquième République était trop occupé avec les problèmes graves lui laissés par les gouvernements incompétents de la Quatrième République : une économie stagnante, une inflation rapide, la nécessité de réformer profondement les institutions de l’Etat, et surtout, la guerre d’Algérie qui menait la France tout droit à guerre civile en métropole. Régler ces questions, et surtout celle de la guerre algérienne, était la priorité numéro un du général de Gaulle. Et pour y réussir, il avait besoin d’une majorité parlementaire, ce qui necessitait la participation des centristes pro-européens et atlantistes du MRP (le soutient du PS et des communistes étant exclu). Donc jusqu’à la fin de la guerre algérienne, le Fondateur de la Cinquième République gardait un profil bas sur ce sujet.

Mais une fois la question algérienne, la réforme économique et monetaire, et la mise en œuvre des institutions républicaines reformées reglées, l’Homme du 18 juin s’est heurté frontalement à la prétendue construction européenne. Lors de sa fameuse conférence de presse du 15 mai 1962, l’Homme du 18 juin avait averti contre

  • la construction européenne,
  • le plan de fondre les états souverains de l’Europe dans une telle construction supranationale, et
  • le « fédérateur non-europeen » qui était le moteur de cette construction et qui ne pouvait être autre que les USA. Le général de Gaulle avait compris et averti que le but de la construction européenne était d’effacer la France et les autres pays du Six afin de les subjuger et subordonner envers les Etats-Unis.

Les ministres du MRP étaient si agacés par cette révélation qu’ils ont quitté le gouvernement sur-le-champ.

Au début de 1963, lors d’un entretien avec son ministre et confidant Alain Peyrefitte, le général de Gaulle a dit :

« Nous avons procédé à la première décolonisation jusqu’à l’an dernier. Nous allons passer maintenant à la seconde. Après avoir donné l’indépendance à nos colonies, nous allons prendre la nôtre. L’Europe occidentale est devenue, sans même s’en apercevoir, un protectorat des Américains. Il s’agit maintenant de nous débarrasser de leur domination. »

Pour la période de deux années suivantes, 1962-1964, le général de Gaulle essayait d’utiliser la construction européenne contre son inventeur – Washington – afin de libérer la France de la domination américaine. Le but de l’Homme du 18 juin était d’établir un bloc des états européens souverains – mené bien sûr par la France, qui était de très loin le pays le plus puissant des Six – qui serait un contrebloc, un contrepoids d’une sorte, pour les USA et le bloc sovietique – et serait inseré entre les deux. Dans le projet de l’Homme du 18 juin, si les autres pays du Six avaient coupé leurs liens de subordination envers les USA, ils auraient recherché un autre protecteur contre la menace sovietique, et ce ne pouvait autre que la France, le seul pays occidental disposant d’une force de dissuasion nucleaire indépendante des USA. Comme l’a dit le général de Gaulle lui-même :

« Dans cette Europe, en réalité, nous tiendrons les rênes parce que nous aurons la bombe. »

Cette stratégie – que l’Homme du 18 juin cachait sous des slogans comme « une Europe européenne » ou « une Europe indépendante » – aurait eu une chance de réussir… mais seulement si les autres membres de la CEE – l’Allemagne de l’Ouest, l’Italie, et les pays du Benelux – avaient consenti a joindre les forces avec la France, devenir ses partenaires dans ce projet, accepter la protection militaire française, et se libérer des diktats de Washington.

C’était une tâche très difficile, et le Fondateur de la France Libre le comprenait parfaitement. Il s’est même plaint en 1963 que « la difficulté, c’est que les colonisés ne cherchent pas vraiment à s’émanciper [des Américains.] » Les Italiens, les Néerlandais, et les Belges avaient vite deçu l’Homme du 18 juin, donc il a dû se tourner vers l’Allemagne de l’Ouest, la plus grande puissance économique des Six. Il a fait tout ce qu’il pouvait pour tirer la RFA vers la France et la séparer des USA. Il croyait que son projet était près de fruition au moment de la signature du fameux Traité de l’Elysée par lui-même et le chancelier ouest-allemand Konrad Adenauer le 22 janvier 1963.

Les Americains étaient, en effet, très inquiets par ce traité qui, dans sa forme originale, ne mentionnait nulle part ni les USA, ni l’OTAN, ni la Grande Bretagne, ni le GATT. Ils ont donc pressionné fortement (et avec succès) le gouvernement Adenauer pour rédiger ce traite. Juste avant sa ratification, le Bundestag y a introduit des mentions explicitées :

•    Des USA et d’une integration militaire étroite dans le cadre de l’OTAN ;
•    De la Grande Bretagne et la certitude du Bundestag qu’elle deviendrait, un jour, un membre de la CEE ; et
•    De l’échange-libre entre l’Europe et les USA dans le cadre du GATT.

Le général de Gaulle était agacé par tout cela. Les Allemands viennent de vider le Traité de l’Elysée de toute sa substance ! L’exclusion totale de toute mention des USA, de la Grande-Bretagne, de l’OTAN, et du GATT, et le coupage de tous les liens de subordination de l’Europe envers les USA, en était l’essence et le but primordial ! Or, les Allemands viennent de réintroduire tout cela dans le Traite de l’Elysee !

Le général de Gaulle se sentait (justement) trahi par les Allemands : « les Allemands se conduisent mal. Ils se mettent complètement à la botte des Américains. Ils trahissent l’esprit du traité franco-allemand. Et ils trahissent l’Europe », a-t-il dit. Tout comme il avait précédemment observé, « la difficulté, c’est que les colonisés ne cherchent pas vraiment à s’émanciper. »

Donc, la stratégie entière du Fondateur de la Cinquième République concernant la construction européenne a donc totalement echoué. Les autres pays de la CEE ne voulaient pas s’emanciper des USA.

Il a donc dû changer complétement sa strategie. Au lieu de perdre plus de temps avec les « partenaires » européens de la France, il a commencé une grandiose stratégie mondiale d’alliances alternatives dont le but était de noyer des liens avec toute puissance non-ouest-européenne qui pourrait servire à un contrepoids aux USA. Cette stratégie etait modelée sur les alliances du roi François Ier avec Soleiman le Grand (le sultan turc dans la plupart du XVIème siecle) et les princes protéstants de l’Allemagne pour contrer l’empereur saint-romain germanique Charles Quint.

La première étape dans ce sens était la reconnaissance diplomatique, le 27 janvier 1964, de la République Populaire de Chine, qui stupéfia tout le monde. La France a donc desobéit aux USA, qui exigaient que tout le monde reconnaisse le régime nationaliste de Chiang kai-shek. En reconnaissant la Chine de Mao, le général de Gaulle a envoyé un message clair aux USA, aux “partenaires” européens de la France, et à tous les pays du monde que la France était suffisament puissante et determinée de conduire une politique étrangère indépendante et chercher des alliances alternatives – même si les autres pays de la CEE étaient contents de rester des larbins de Washington.

C’était suivi par un voyage du général de Gaulle en Mexique en mars 1964 et à l’Amerique du Sud en octobre 1964; par le boycott des réunions des institutions et conseils européens par les répresentants français jusqu’au Compromis de Luxembourg pour arreter les atteintes de la CEE contre la souveraineté de la France; la vente des stocks français du dollar et l’achat d’or; le retrait total de la France du commandement integré de l’OTAN en 1966; les voyages de l’Homme du 18 juin en URSS et Pologne; son fameux discours a Phnom Penh (Cambodge) lors duquel il a averti les Américains contre leur enlisement vietnamien; et son aussi fameux discours à Montréal où il a exclamé “Vive le Quebec libre!”

Certains déclarent que l’Homme du 18 juin était en faveur de l’intégration européenne parce qu’il a parlé de “l’Europe de l’Atlantique à l’Oural.” Mais ils ont tort. Ce n’était pas du tout une déclaration de foi dans la construction européenne, mais – comme l’explique l’Union Populaire Républicaine – un pied-de-nez aux Sovietiques pour réclamer la liberte des nations de l’est-européen et la dissolution des deux grands blocs.

Parce que l’Homme du 18 juin était aussi mefiant des Sovietiques que des Américains. Il était absolument contre la domination des USA et de l’URSS sur le monde et leur division de la planète entre eux-même dans deux grands blocs. En plus, il se souvenait toujours que les Russes, comme les Américains et les Britanniques, ne l’avaient jamais invité aux conférences de Téhéran, Yalta, et Potsdam.

Conclusions

Il est totalement mensongère de dire – comme l’a écrit M. Paillard – que l’Union européenne est un moyen d’accroître l’influence mondiale de la France et que notre pays n’a aucun choix que se fondre dans un état supranational européen. Il est de même mensongère de dire que le général de Gaulle en était en faveur. Il faut completement rejeter les mensonges de M. Paillard.

Posted in Media lies, Nuclear deterrence, Politicians, World affairs | 1 Comment »

Why the Rafale Is Likely To Win More Export Orders & The Typhoon Is Not

Posted by zbigniewmazurak on May 24, 2015


As the Paris Air Show approaches, the press is marvelling at France’s success in winning three export orders for its Dassault Rafale fighter this year and speculating whether this French jet or its competitors will be selected by more foreign customers in the years ahead.

The first new opportunities will be in Saudi Arabia, which is looking to buy 48 or more fighter jets, and its satellite state Bahrain, which will shop for about a squadron’s worth (i.e. 12) of aircraft. The UAE will also be shopping for fighters – around 60.

Afterwards, Malaysia, Indonesia, Denmark, Belgium, Finland, and Poland will be looking for fighter jets to buy, as they need to replace their old, obsolete fleets of previous-generation aircraft.

Analysts and journalists are praising the French government’s active, close involvement in the bids – which is what probably tipped the scales in Dassault’s favor – but some are still deluding themselves that the Typhoon, manufactured by Dassault’s rival Eurofighter, can somehow outcompete the Rafale. DefenseNews reports:

“Justin Bronk, an air power analyst at the RUSI think tank in London, has published a report looking at Typhoon’s potential to meet Europe’s air power requirements, which concludes the jet is already the best air superiority fighter outside of the F-22 Raptor but is outclassed for the moment by the more mature Rafale in the air-to-ground role.

“In the Eurofighter, the European states have the most formidable non-stealth air-superiority platform in the world,” Bronk said.

With the entry into service of Storm Shadow and Brimstone II missiles, on contract to the UK Royal Air Force in 2018, and with an active electronically scanned array radar in development, Typhoon capabilities “should surpass that of the Rafale in many respects,” he said.”https://zbigniewmazurak.wordpress.com/wp-admin/post-new.php

This utter nonsense, evidently written by a person who doesn’t have a clue what he’s talking about.

The fact is that the Rafale is superior to the Typhoon in both the air-to-air and air-to-ground role. The Rafale, not the Typhoon, is the best Western air superiority fighter after the F-22 Raptor.

With regard to air-to-air combat, the Rafale clearly outclasses the Typhoon as it accelerates and climbs faster, is lighter and more maneuverable, can carry more ordnance, carries better weapons (e.g. the MBDA MICA IR far outranges the IRIS-T, at 50+ kms vs the IRIS-T’s 25 kms), is cheaper to buy and fly, has highway basing capability, and requires less maintenance than the Typhoon – and far less so than the F-22. Moreover, the Rafale already has an active electronically-scanned array radar, while the Typhoon does not and will not for years to come.

If that were not enough, the Rafale is carrier-capable, while the Typhoon is not and will never be, as it is too heavy and was EXPLICITLY designed not to be carrier-capable.

Adding Storm Shadow and Brimstone II missiles and equipping the Typhoon with an AESA will change nothing. This will just barely bring the Typhoon up to par with the Rafale in some respects – several years from now (by which time the Rafale will have likely been upgraded further). France already uses the Storm Shadow missile under the name of SCALP EG; the Brimstone II changes nothing; and equipping the Typhoon with a radar will barely bring it up to par with the Rafale on that score.

Contrary to what Mr Bronk says, the Typhoon does not, and will not, exceed the Rafale in capability on any score whatsoever.

This fact, coupled with Britain’s strong support for the Obama administration’s capitulation to Iran, its growing isolationism (and thus isolation in the world), and its retreat from the world stage, will only undermine any export prospects the Typhoon might still enjoy.

For – as France has learned – it is not enough to produce a good or even outstanding fighter to win export orders for it; one has to establish very friendly relations – indeed, strategic partnerships – with prospective customers, and maintain these friendly ties for many years.

French leaders have done so. British leaders have not. And considering their insular thinking, their myopic preoccupation with domestic affairs, and their growing isolationist tendencies, they aren’t likely to learn that lesson anytime soon.

Indeed, the Cameron years have been a time of a stunning loss of influence in the world by Britain. And the worst part of it is that the Tory Cabinet is pleased with itself and doesn’t realize anything bad has happened. But years ago, the Daily Telegraph expressed that worry openly in its pages.

This is, in particular, a defeat for the UK: it, along with West Germany and Italy, forced France to leave the Eurofighter program in 1984 because they didn’t want to develop a carrier-capable fighter (while France wanted it). Now, as my fellow blogger Picard says, France has a fighter that has not only arrived sooner, but is carrier-capable and better, in most respects, than the Typhoon – while the UK is stuck buying crappy F-35s for its carriers (which will be STOVL and not CATOBAR).

But British analysts are hardly the only ones who have manifested unwarranted optimism recently. Saab executives have also done so (though this is not surprising – they have to display optimism publicly).

Saab estimates it can win orders for up to 200 aircraft in the years ahead. But the only countries likely to order the Saab Gripen are poor countries that cannot afford more expensive (and more capable) aircraft like the Rafale and the Typhoon and/or do not face any significant threats – such as Brazil. The Latin American country ordered 36 Gripens in 2013, but as even Richard Aboulafia of the Teal Group admits, Brazil doesn’t face any real threats at this moment – all of its neighbors are either economic basket cases or military weaklings.

http://www.defensenews.com/story/defense/air-space/air-force/2015/05/23/france-rafale-uk-eurofighter-gripen-paris-air-show-political-government-dassault-gulf-saab/27582313/

Posted in Air combat, Defense exports | Tagged: , , , , , , , , | 1 Comment »

Comment réformer et renforcer l’armée française – 3ème édition

Posted by zbigniewmazurak on May 4, 2015


142074.439nuclear_explosion

N.b.: Ceci est la 3ème édition de ma liste des réformes proposées, Comment réformer et renforcer l’armée française , publiée pour la première fois en juillet.

L’armée française subit beaucoup de coupes budgetaires injustes et déstructives en ce moment. Il faut les arrêter, dégager des moyens dans les dépenses courantes (de fonctionnement de l’armée), et renforcer les armées de la République Française.

Les économies

D’abord, pour dégager plus de l’argent, il faut:

  1. Réduire fortement le nombre des fonctionnaires civils du ministère de la défense, de 66 000 à 22 000, ce qui devrait permettre au ministère d’économiser au moins 1 Md d’Euros par an.
  2. Vendre tous les A319 et la moitie des Falcon de l’Armée de l’Air (AdlA).
  3. Réduire le coût annuel des vols des avions des VIP de 6.8M EUR a 3.4M EUR.
  4. Fermer la base aérienne de Villacoublay, reouvrir la base aérienne de Taverny (95), et y faire démenager tous les unités des bases de Villacoublay et de Creil. La base aérienne de Taverny devrait aussi devenir à nouveau une base des Forces Aériennes Strategiques.
  5. Fermer la base aérienne de Cazaux, qui est située trop près de Bordeaux, et faire démenager tous ses unites au Mont de Marsan, Pau, Perpignan, Bergerac, Nîmes, Avignon, ou Rodez. Ouvrir un centre international d’entrainement des pilotes à Rodez, à Avignon, à Clermont-Ferrand, ou dans la Côte Mediterrainée (par exemple, à Nimes).
  6. Réduire le budget de la Gendarmerie Nationale par au moins 700 millions d’Euros par an (en commencant par cesser de protéger l’appartement de Julie Gayet et en réduisant la Garde Républicaine par 75%; il faut supprimer complètement la cavalerie de la Garde et le 2ème Régiment de la Garde) afin de permettre à l’AdlA d’acheter 10 Rafale supplementaires par an (pour un coût de 680 millions d’Euros par an). Cette réduction du budget de la GN pourrait être cependant diminue si la GN cesse sa lutte contre les automobilistes sur les autoroutes et rédeploie ses effectifs aux lieux qui sont maintenant protégés par des soldats, ce qui permettrait à l’armée de réduire le coût de sa participation au Plan Vigipirate et son deploiement de soldats à la métropôle.
  7. Réduire le nombre des généraux et admiraux dans l’armée et les grades associées avec des différentes postes dans l’armée. Par exemple, les chefs des quatres services militaires devraient avoir seulement 4 étoiles, pas 5. Le rang du général d’armée, général d’armée aérienne, ou amiral devrait être reservé seulement au CEMA et à certains officiers français servant dans les commandements de l’OTAN. Les rangs de 4 étoiles devraient être reservés seulement aux chefs des quatre services militaires, l’Amiral Commandant de la Force Océanique Stratégique (ALFOST), et le commandant des Forces Aériennes Strategiques. Il faut aussi réduire le nombre d’autres officiers.
  8. Supprimer la DGRIS, les bureaux des officiers généraux, le CSFM, le CAJ, etc.
  9. Réorienter les priorites et les moyens de la Gendarmerie de la lutte contre les automobilistes à la défense nationale. Aussi cesser de protéger les bâtiments gouvernementaux – c’est le devoir de la police nationale et de la GSHP.
  10. Immediatement terminer toutes les Opérations Externelles, sauf celle en Irak/Syrie, pour économiser 1 Md d’Euros par an. Le surcoût des OPEX pèse très lourd sur le budget du ministère et doit être immédiatement eliminé. (http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/04/29/20002-20150429ARTFIG00010-engagee-sur-plusieurs-fronts-l-armee-francaise-a-besoin-de-materiels-neufs.php)
  11. Vendre tous les 254 chevaux de l’armée française, chacun pour au moins 500 000 euros, ainsi que les costumes/uniformes de la cavalerie de la Garde Républicaine. La vente des chevaux toute seule produiserait 127 millions d’euros de recettes exceptionnelles.
  12. Joindre tous les programmes des helicoptères des armées et faire de sorte qu’elles soient toutes sous le contrôle de l’AdlA.
  13. Supprimer le service de patrimoine des armées et céder ses fonctions, biens, et personnel au Ministère de la Culture.
  14. Mettre en oeuvre toutes les propositions de l’IFRAP devoilées ici et ici. L’IFRAP propose (sauf certaines sur l’europeisation de la défense), inter alia, une réduction des effectifs de soutien et administratifs, une externalisation des fonctions de soutien, la vente de l’immobilier de la défense, la fermeture des bases peu utilisées, et une réduction du nombre d’officiers (qui devrait être importante – le nombre d’officiers de l’armée de terre et de l’armée de l’Air a peu diminu depuis 1996, et le nombre d’officiers de la Marine s’est même augmenté!) (http://www.ifrap.org/Bilan-de-15-ans-de-reduction-des-effectifs-au-sein-de-la-Defense,14674.html)
  15. Vendre l’Hôtel de Brienne, l’Hôtel de la Marine, les bâtiments des états-majors de l’Armée de Terre et de l’Armée de l’Air, la base aérienne de Velizy, celle de Creil, et le Château de Vincennes. Il ne faut pas utiliser l’Hôtel de la Marine comme un musée; Paris en a déjà assez. (http://www.opex360.com/2014/01/12/nouveau-changement-de-cap-pour-lhotel-de-la-marine/)
  16. Réduire fortement (d’au moins 66%) le nombre et les salaires des conseillers au Ministère.
  17. Vendre tous les avions CASA et tous les drones Harfang et Reaper de l’AdlA et acheter des drones RQ-170 Sentinel ou RQ-4 Global Hawk au lieu de ces derniers. (http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/04/29/20002-20150429ARTFIG00010-engagee-sur-plusieurs-fronts-l-armee-francaise-a-besoin-de-materiels-neufs.php)
  18. Utiliser les avions Atlantique 2 SEULEMENT pour la lutte contre les sous-marins.
  19. Permettre aux annonceurs (donneurs des publicités) d’afficher leurs réclames aux côtés du Balardgone, dans les ascenseurs des batiments du ministere, aux murs autour des batiments du ministere (y compris autour des Invalides), et aux palissades autour de l’Hôtel de Brienne et de la base militaire de Lyon.
  20. Annuler la contribution française au nouvel siège de l’Otan (110 millions d’Euros) ou, si le ministère l’a déjà payé, exiger un remboursement total du côté de l’Otan. Ne jamais transférer l’argent du contribuable français à l’Otan.
  21. Faire payer à l’heure la facture pour tous les vols presidentiels et ministeriels par tous les institutions de l’Etat et réduire leur cout de 50%, ce qui permettrait, par exemple, à l’AdlA d’acheter de nouveaux missiles.
  22. Appliquer la methode Lean Six Sigma dans l’ensemble du ministère.
  23. Retirer les soldats français des DOM-TOM, sauf la Guyenne.
  24. Supprimer la 2ème section.
  25. Réduire les effectifs de l’armee en reduisant quelques parmi les 18 000 postes epargnes par Francois Hollande le 29 avril 2015. (http://www.lepoint.fr/politique/hollande-3-8-milliards-d-euros-de-credits-supplementaires-pour-la-defense-29-04-2015-1925031_20.php)
  26. Réduire le budget de la DGSE.
  27. Vendre tous les C-130 Hercules et C-295 utilisés maintenant par l’AdlA afin d’accélérer les livraisons des A400M et même en acheter plusieurs exemplaires supplementaires si besoin. http://www.defensenews.com/story/breaking-news/2015/05/20/france-budget-hercules-c130-boost-sahel-africa-inflight-refueling-tiger-helicopter-frigate/27652679/

Europe de Défense

Tous les membres de l’UE peuvent aussi économiser des moyens en évitant de créer de programmes d’armament duplicatifs et en établissant un état-major européen permanent. On peut aussi mutualiser des moyens, sans les diminuer, en créant des flottes communes des équipements similaires à l’European Air Transport Command. Il faut créer telles flottes communes des avions de ravitaillement, des navires de ravitaillement, des navires de lutte contre les mines, des drones, des avions AWACS, et des avions de patrouille maritime. Il faut aussi standardiser les équipements des armées européennes au point auquel c’est pratiquement possible. Il faut aussi interdire, au niveau européen, l’importation d’armes et d’equipment militaire non-européen (a l’exception de l’equipement bresilien) au moins que aucun pays européen ne soit pas capable de le produire. En plus, toutes les bases militaires d’un membre de l’UE ou l’OTAN (sauf les bases les plus sensitives) devraient être disponibles à tous les autres membres de l’UE et l’OTAN, et les deux organisations devraient établir un centre commun d’entrainement des pilotes de chasse (et des autres pilotes) à une des bases aériennes des pays scandinaves (la Norvège, la Suéde, la Finlande, ou la Danemark), parce que ces pays disposent, au Nord Arctique, des gigantesques espaces. En plus, l’OTAN ou l’UE devrait établir – avec la participation des pays scandinaves, ainsi que du Canada et des USA – une force multinationale capable des operations dans l’Arctique dans toutes conditions météorologiques et géographiques, comprenant au moins deux brigades terrestres et 24 avions de chasse.

Le renfortement

Afin de renforcer l’armée française, il faut – et avec les économies ci-dessus, il sera possible – de renforcer l’armée de la manière suivante. Pour l’AdlA:

  1. Commander au moins 10 Rafale supplementaires par an (50 Rafales en total entre 2019 et 2024), financés par une réduction du budget de la Gendarmerie Nationale de 700 millions d’Euros par an. Cela renforcera l’armée aérienne et à la fois réduira le coût unitaire de chaque Rafale, le faisant plus attractif sur le marché mondial.
  2. Augmenter le nombre des avions de l’AdlA dediés à la dissuasion nucleaire de 40 à 60, en récréant le troisième escadron des avions dediés à la dissuasion nucléaire (l’escadron de chasse 1/4 Dauphiné, dissout par Nicolas Sarkozy pour plaire au mouvement anti-nucleaire). Cet escadron serait équipé de 20 parmi les 50-60 Rafale supplementaires prévus ci-dessus.
  3. Faire en sorte qu’i y ait toujours assez de chasseurs pour intercepter et, si nécessaire, abattre tout avion qui pourrait tirer des missiles vers la France (notamment, mais non exclusivement, des bombardiers russes) et que ces chasseurs et leurs équipages soient toujours prêts à intercepter tels avions.
  4. Augmenter le nombre des Têtes Nucleaires Aériennes de 47 à 70 et le nombre des missiles ASMP-A de 79 à 80, financé par la vente de tous les chevaux et costumes de la cavalerie de la Garde Républicaine. Le coût à l’unité d’un missile ASMP-A égale 15M d’Euros.
  5. Disperser les escadrons des Forces Aériennes Strategiques entre les bases d’Istres, de Saint-Dizier, de Luxeil, et de Taverny, et renforter les hangars et les magasins d’ammunition de tous les avions basés là-bas. Demander aux EAU de renforter la base aérienne d’Al Dhafra.
  6. Developper, avec tous les autres pays européens, un nouvel avion d’entrainement comme l’Alphajet (ou acheter une licence pour produire en France l’avion britannique BAE Hawk).
  7. Convertir les 3 A310 de l’escadron de Villacoublay, les 2 A340 de l’escadron de Velizy-Villacoublay, et l’A330 originel de la compagnie Airbus, en avions de ravitaillement (A330 MRTT et A310 MRTT). Cela augmenterait le nombre des avions de ravitaillement projetés par l’AdlA de 12 à 18 et en conséquence permettrait à la France d’être totalement indzpendante, dans la matière de ravitaillement de ses avions, des Etats-Unis et de tout autre pays.
  8. Acheter des avions C-17 afin de ne pas être dependent sur aucune armée aérienne étrangere pour la logistique.
  9. Acheter une licence pour la production des missiles israeliens air-air Python-5.
  10. Faire démenager les centres d’entrainement des pilotes de l’AdlA de La Rochelle à Rodez, Perpignan, Pau, et/ou Clermont-Ferrand.
  11. Faire ouvrir, à Rodez, Clermont-Ferrand, Castres, Perpignan, Bastia, Ajaccio, Bergerac, Nîmes, Pau, Tarbes, ou Vatry (préferablement à Pau ou Clermont-Ferrand), un centre européen et OTAN d’entrainement des pilotes de l’UE et de l’OTAN, bien que l’Italie soit en concurrence pour en être le pays-hôte.
  12. Faire les aéroports sous-utilisés du sud de la France toujours disponibles pour les armées.
  13. Augmenter la portée des missiles M51 (à 12 000 km), SCALP EG, MBDA MICA IR, et MBDA Meteor (à 180 km). Cela renforterait aussi l’industrie spatiale et missilière française et ferait ces produits plus attractifs aux acheteurs étrangers. Ces travaux seraient financés par la réduction du nombre et des rangs des généraux et admiraux et des officiers non-généraux.
  14. Faire en sorte que les pilotes de l’AdlA et du Groupe Aéronaval volent au moins 180 heures par an afin qu’ils soient suffisament entrainés.
  15. Installer de nouveaux radars anti-aériens (dont des radars Over The Horizon) dans l’est et le nord-est de la France.
  16. Commander plus des missiles AASM et en maintenir la chaine de production en luttant pour son exportation. (http://www.lesechos.fr/journal20141231/lec2_industrie_et_services/0204040754646-lavenir-de-lun-des-armements-les-plus-sensibles-du-rafale-en-suspens-1079208.php#gauche_article)
  17. Faire en sorte que parmi les 185 avions de combat de l’AdlA prévus par la LPM 2014-2019, et parmi les 235 avions de combat de l’AdlA prévus par la publication présente, une grande majorité (au moins 75%) – et non seulement 12 – soient disponibles pour opérations exterieures et la défense de l’espace aérien de la France. (http://www.huffingtonpost.fr/2015/01/13/prevention-des-attentats-intervention-irak-armee-defi-double-mobilisation_n_6456616.html)
  18. Remplacer la perte des avions (2 Alphajet et 2 Mirage 2000D détruits, 2 Rafale endommagés) dans l’accident qui s’est produit en Espagne en janvier 2015. Exiger à la Grèce (dont le chasseur F-16 a provoqué cet accident) une indemnisation  pour le payer.
  19. Acheter le moteur hypersonique du type ramjet essayé par les Britanniques en 2001 et 2007, les moteurs hypersoniques essayés dans les années 2010 (particulierement ceux du missile FALCON et de l’avion X-51) et les missiles hypersoniques essayés par les Chinois, et les utiliser pour construire un missile hypersonique qui pourra porter des têtes nucléaires et, dans une longue perspective, remplacer les Rafale et leurs missiles ASMP-A. Il serait aussi utile d’acheter quelques exemplaires du missile BrahMos avec une moteur hypersonique (a vitesse de Mach 5) et quelques exemples des missiles et vehicules hypersoniques américains. Le missile hypersonique envisagé ici et son moteur devraient étre co-developpés et co-financés avec le Royaume-Uni et/ou la Chine et/ou l’Inde. La France devrait aussi co-developer un missile hypersonique portant une téte nucleaire avec la Chine et lui acheter une licence de produire des missiles chinois DF-21, DF-26C, ou DF-31 et de v&hicules a&riens hypersoniques que ces missiles sont capables de portr. (http://www.telegraph.co.uk/news/uknews/1358702/British-engine-test-heralds-5000mph-flight.html; http://en.wikipedia.org/wiki/SABRE_%28rocket_engine%29; http://nationalinterest.org/blog/russia-developed-new-fuel-power-mach-5-hypersonic-missiles-12266)
  20. Augmenter la commande pour les systèmes de défense anti-aérienne Aster 30 de 8 à un nombre suffisant pour protéger tous les sites militaires clés de la France, y compris la base navale de l’Ile Longue et toutes les bases des FAS, financés par une réduction de 50% du nombre et des salaires des conseilleurs du ministère. Recréer tous les régiments de défense aérienne équipés du système Aster qui ont été dissouts. L’un des régiments équipés de ce systeme devrait être basé dans le nord-est de la France, et l’autre en Bretagne, pour défendre la France contre des attaques aériennes et missilières russes. Il faut également que les alliés de la France, notamment le Royaume-Uni, la Norvège, la Belgique, et les Pays-Bas, fassent à ses escadrons de chasseurs patrouiller la Mer du Nord d’une manière permanente.
  21. Developper, avec les partenaires européens de la France, un drone de renseignement, de surveillance, et de combat, dote des capabilités de port de bombes importantes, pour utiliser au sein de l’AdlA et pour offrir aux clients étrangers, notamment les USA, l’Inde, et le Brésil. Les USA visent a developper seulement un drone de surveillance; renseignement, et reconnaissance, pas capable du combat important, dans le cadre de leur programme UCLASS. Il parait que l’Europe va commettre la même erreur. Il faut developper un drone arme, avec un plein assortissement de bombes, pas seulement un drone de renseignement. (http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/04/29/20002-20150429ARTFIG00010-engagee-sur-plusieurs-fronts-l-armee-francaise-a-besoin-de-materiels-neufs.php)
  22. Ne pas commander aucun avion américain – et donc aucun C-130 Hercules – et accélerer les livraisons des A400M. (http://www.defensenews.com/story/breaking-news/2015/05/20/france-budget-hercules-c130-boost-sahel-africa-inflight-refueling-tiger-helicopter-frigate/27652679/)
  23. Reprendre en service les Mirage F1 et les Mirage 2000 déjà rétirés, et en plus, prolonger la vie opérationelle de tous les Mirage 2000 (et tous les autres avions de l’AdlA et la Marine Nationale). Assurer un inventaire copieux de parts pour les Rafale et les Mirage; prolonger le service des Mirage 2000N et de tous les autres avions Mirage pour autant que possible. Il faut aussi renforcer structuralement tous les avions de l’AdlA (et de la Marine) avec des lasers et de tous autres moyens disponibles et, quand nécessaire, conduire un zero-timing sur eux afin de prolonger encore leur vie opérationelle. Ceci permettra une augmentation de la flotte d’avions de combat de l’AdlA bien au-délà du niveau insufissant de 185 appareils prévu par la LPM 2014-2019. (http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/exportation-du-rafale-les-inquietudes-de-l-armee-de-l-air-482410.html)
  24. Acheter quelques avions d’entrainement et d’attaque brésiliens Super Tucano sous licence si le Brésil achète des avions Rafale et des helicoptères français pour son porte-avions Sao Paulo. Les Super Tucano seraient très utiles contre les terroristes en Afrique et on Myen Orient, beaucoup plus efficaces que tout drone.
  25. Cesser d’acheter des bombes américaines et developper des bombes homologues françaises; ces bombes devraient être similares à ses homologues américains mais devraient avoir des ailes et des petits turbomoteurs qui augmenteront leur portée d’une manière importante; il faut aussi équiper les avions de combat français des fausses-bombes et petites bombes pas chères pour saturer les défenses aériennes de l’ennemi. Enfin, il faut également développer une version conventionnelle du missile ASMP-A (ou augmenter la portee du missile SCALP) et, si possible, acheter une licence de produire des missiles de croisière CJ-10/20 ou JASSM-ER à la Chine ou aux USA. (http://breakingdefense.com/2015/06/we-cant-always-count-on-smart-bombs-csba-study/)
  26. Construire des hangars, réservoirs du carburant d’aviation, depôts d’ammunition, et centres de commandement ultra-renforcés souterrains à toutes les bases de l’AdlA (d’abord à toutes les bases des FAS), ce qui devrait être financé exclusivement par les régions et les départements.
  27. Integrer tous les missiles utilisés et proposés pour le Rafale avec le casque (le haume) du pilote. Ce casque devrait etre un haume du type Helmet Mounted Cueing System.

Pour renforcer l’armée de terre:

  1. Augmenter le nombre des chars Leclerc de 200 à 400, c’est-à-dire, reprendre en service les chars Leclerc retirés, et les moderniser pour prolonger leur vie opérationelle jusqu’au moins 2040 (financés par la supprimation des bureaucraties inutiles et la fermeture des bases peu utilisées). Le successeur du Leclerc devrait être developpé dans les années 2030 et produit dans la décennie suivante.
  2. Retourner le programme Scorpion à son envergure originale.
  3. Ne pas réduire aucune flotte des vehicules de l’armée de terre, sauf les vehicules obsolètes.
  4. Récréer la 5e division blindée.
  5. Developper, avec les autres pays membres de l’UE, un nouveau type de char et l’exporter en Arabie Saoudite et en Chine.
  6. Augmenter la commande pour les helicoptères Tigre de 60 à 80 appareils, ce qui était prevu par le Livre Blanc sur la Défense Nationale de 2008. La réduction de 80 à 60 unites, ordonnée par Jean-Yves Le Drian, n’a produit aucune économie, car le coût unitaire s’est augmenté. (http://www.defence24.pl/news_mniej-smiglowcow-tiger-dla-francji)
  7. Annuler la commande pour les fusils Beretta et acheter des fusils seulement aux societés françaises. Remplacer aussi les fusils HK G3 et les autres fusils de la compagnie HK) utilisés par la police et la gendarmerie avec des fusils français.
  8. Recommencer le programme PAPOP.
  9. Réduire les poids portés par les soldats de l’armée de terre.
  10. Acheter des fusils de precision L115A3 britanniques. (http://www.stripes.com/news/marine-corps/why-the-marines-have-failed-to-adopt-a-new-sniper-rifle-in-the-past-14-years-1.352452)

Pour renforcer la Marine Nationale et la force de dissuasion nucléaire:

  1. Commencer la construction du premier et deuxième SNLE de 3ème génération en 2020, financé par la vente des immobiliers du ministère (dont l’Hôtel de Brienne, l’Hôtel de la Marine, et le Chateau de Vincennes), la vente des bases dont le ministère n’a pas de besoin, et, si necessaire, aussi par la réduction du nombre de fonctionnaires du ministère par 66%. La construction du troisième SNLE de 3ème génération pourrait être financée par la vente des frequences de très hauts debits. La région Bretagne devrait aussi contribuer à lachat des SNLE de la 3ème génération.
  2. Reprendre la production du plutonium de grade militaire.
  3. Developper des lasers et des rail guns pour les navires de surface de la MN et les installer à bord de ces navires pour les défendre contre des avions et missiles anti-navire ennemis, mais aussi progressivement au sol francais; reserver les Systèmes de Lancement Verticaux (SYLVER) seulement aux missiles offensifs, tels comme l’Exocet, le MdCN, le SCALP, ou le futur missile Pegasus.
  4. Faire en sorte qu’il y ait toujours deux SNLE en patrol, pas seulement un, et les armer avec un nombre maximum possible de têtes nucléaires.
  5. Maintenir tous les 22 avions Atlantique-2 jusqu’à 2032 et, en partant d’environ 2029, les remplacer avec de nouveaux avions de patrouille maritime, basés sur un avion civile de la famille A320 d’Airbus ou la famille Dassault Falcon; il faut avoir plus d’avions de ce type que 22.
  6. Draguer le chemin de sortie de la base navale d’Ile Longue (pour que les SNLE français puissent sortir de cette base déjà immergés, comme les sous-marins chinois sortants de la base Yulin) et rénover cette base (la région de Bretagne devrait payer cela).
  7. Conduire un nouvel essai du missile M51 afin de faire certain que le missile fonctionne bien.
  8. Embaucher beaucoup plus d’ingenieurs physiques (physiciens nucléaires) de tout le monde, particulierement des alumni des université européennes, et faciliter leur immigration en France.
  9. Faire en sorte que les aeroports d’Avignon, de Montpellier, et de Perpignan soient toujours disponibles pour l’aviation navale et l’AdlA. Démenager l’escadron nucleaire de la Marine de Landivisiau à l’aéroport de Nîmes, celui de Toulon-Hyeres, ou à celui d’Avignon.
  10. Acheter ou louer l’ex-USS Kitty Hawk de la Marine américaine afin que la France ait deux porte-avions, dont un toujours disponible pour des missions.
  11. Envoyer des officiers sous-mariniers français aux Pays-Bas pour étudier au Dutch Submarine Command Course.
  12. Prolonger la vie opérationnelle des frégates de la MN. Reprendre en service la fregate Georges Leygues et l’aviso Détroyat. Annuler le plan de rétirer des missiles mer-mer Exocet des avisos du type A69 (classe d’Estienne d’Orves) et de rétirer le TCD Siroco et le ravitalleur Meuse (http://www.lemarin.fr/articles/detail/items/marine-nationale-cinq-batiments-desarmes-en-2015-plus-de-500-postes-supprimes.html; http://www.opex360.com/2014/12/10/le-tcd-siroco-pourrait-aussi-interesser-la-marine-bresilienne/).
  13. Re-embaucher les 213 specialistes des technologies missilieres licenciés par EADS a Saint-Médard-en-Jalles et les 396 specialistes des technologies de satellites licenciés par EADS a Toulouse. (http://www.upr.fr/actualite/france-europe/crash-en-vue-pour-la-defense-francaise-par-regis-chamagne)
  14. Créer en Europe du Nord un réseau de monitoring de la mer (similaire au réseau SOSUS americain), y compris entre l’Angleterre et la France, entre Dover et Calais. Patrouiller la Manche et la Mer du Nord d’une manière permanente avec les alliés de la France.
  15. Equiper toutes les frégates des sonars et des radars de Thales les plus modernes. (http://www.defensenews.com/story/breaking-news/2015/05/20/france-budget-hercules-c130-boost-sahel-africa-inflight-refueling-tiger-helicopter-frigate/27652679/; http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/05/20/20002-20150520ARTFIG00346-les-armees-auront-de-nouveaux-equipements-d-ici-a-2019.php)
  16. Equiper les E-2C Hawkeye du Groupe Aeronaval avec de noveaux radars comme ceux installes sur les E-2D americains ou israeliens ou ceux utilises par l’armee de l’air turque ou sud-coreenne.

Globalement:

  1. Investir 600M d’Euros par an en plus afin que tout l’équipement de l’armée soit maintenu dans un bon état et pret à utilisation. Tout le matériel des armées doit avoir une taux de disponibilité d’au moins 90%, et idéalement de 100%. Aujourd’hui, selon un général de 2 étoiles, la disponibilité du matériel des armées est bien souvent très inferieure a 50%. (http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20140930trib176ebda11/defense-la-facture-de-la-maintenance-des-materiels-va-t-elle-tuer-la-loi-de-programmation-militaire.html; http://www.asafrance.fr/item/libre-opinion-la-situation-de-nos-armees-est-grave.html)
  2. Investir assez de moyens afin que le CEA et la DGA disposent d’assez de personnel et d’argent. (http://www.rbmfrance.com/la-dissuasion-fait-partie-de-lavenir-de-la-france-par-aymeric-chauprade/)
  3. Recouvrir tous les debris/decombrés des missiles ballistiques mer-sol essayés par la France, la Russie, la Chine, et les Etats-Unis, et les missiles essayés par la Corée du Nord, comme les USA le faisaient pendant la Guerre Froide.
  4. Ne transférer de l’équipement des armées, une fois acheté, à aucune sociète. Annuel les plans pour les “societés de projet.” Les armées doivent toujours être le seul proprietaire de tout son équipement et ne le devraient jamais louer de toute societé.
  5. Faire en sorte qu’aucune commande a exportation ne prive jamais l’armée francaise de son propre équipement. (http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/exportation-du-rafale-les-inquietudes-de-l-armee-de-l-air-482410.html)
  6. Un jour,  mettre en place un système de défense LASER/rail gun contre les missiles ballistiques et croisières si c’est possible technologiquement et financièrement. Un tel système pourrait completer, mais jamais remplacer, la force de dissuasion nucléaire.

Les priorités absolues sont l’achat des 10 Rafale supplementaires par an, des deux premiers SNLE de nouvelle génération, et l’augmentation de la portée des missiles français, surtout du missile M51.

dassaultrafale

La justification

Certains poseront certainement la question, “Mais pourquoi ces commandes supplementaires sont-elles nécessaires? Pourquoi est-ce que l’armée a besoin de tous ces appareils et outils?”

La réponse: parce que toutes les interventions militaires de la France – d’intensite majeure, moyenne, ou basse – ont montré que c’est les vehicules blindés terrestres et les avions de combat (principalement les Rafale et Mirage 2000), de ravitaillement, et de transports qui jouent le rôle décisif dans chaque intervention et chaque guerre à laquelle la France participé, y compris celles en Libye, au Mali, et en Irak.

Il serait donc fou de réduire les flottes de ces vehicules et avions. Au contraire, il faut les augmenter pour que l’armée française puisse gagner ses guerres.

C’est-à-dire, ces vehicules et avions sont les outils-clès pour la victoire de la France dans toute intervention/guerre.

Dans toute opération exterieure menée récemment par la France – en Libye, au Mali, et en Irak – l’outil-clé, l’outil primordial qui a joué un role decisif, était le Rafale.

Pour faire certain que les soldats français puissent vaincre, il faut les transporter à la zone de combat, leur donner des vehicules blindés qui offrent une protection et une puissance de feu suffissante, et les soutenir de l’air avec des avions de combat – ravitailles, bien sûr.

En plus, la France est un grand pays, et pour le protéger (dont son espace aérien), il faut beaucoup plus que les 185 avions que l’Armée de l’Air possédera sous les plans du gouvernement socialiste en fonction. Comme l’a révélé Le Monde, l’AdlA est epuissée et au bout de souffle – tous ses moyens sont deja utilisés.

Il faut aussi garantir la credibilité de la dissuasion nucleaire française, affabliée par Nicolas Sarkozy en 2008 avec sa decision injustifiable de réduire la composante aérienne de la force de dissuasion nucleaire d’un tiers – ce qui n’a pas du tout encouragé les autres puissances nucleaires à réduire ses propres arsenaux nucléaires. Au contraire, la Russie, la Chine, le Pakistan, l’Inde, l’Israel, et la Corée du Nord ont tous augmenté leurs arsenaux nucléaires. Depuis 2007, l’Inde et le Pakistan ont doublé ses arsenaux nucléaires, lorsque celui de la Chine comprend entre 1 600 et 3 000 têtes nucléaires.

Quand au premier SNLE de la 3ème generation, pour garantir la permanence de la composante maritime et donc une flotte des 4 SNLE, il faudra le commander en 2020. Ce que la termination de toutes les guerres inutiles et la vente des fréquences de haut debit, et la vente de l’Hôtel de Brienne, l’Hôtel de la Marine, et du Château de Vincennes permettraient.

Les exports

Enfin, dans la matière d’exports d’armes, il faut les vendre à chacun qui peut payer. Il faut donc livrer les 2 navires de la classe Mistral commandés par la Russie. Il faut aussi seduire l’Egypte, le Canada, les pays arabes, la Pologne, et l’Indonesie à acheter des armes françaises et encourager l’Inde à acheter 4 navires Mistral.

Il faut aussi:

Pour que tout cela soit possible, il faudra nouer des rélations très étroites avec les pays-clients potentiels, ce qui sera le sujet de l’un de mes prochains articles sur ce site.

Posted in Defense spending, Military issues | Tagged: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Qatar Orders 24 Rafale Jets, Takes An Option For 12 More

Posted by zbigniewmazurak on May 1, 2015


French-bashers around the world are having a lousy year. After Egypt and India placed orders for 24 and 36 Rafale fighter jets, respectively, Qatar has now become the third country to order these potent fighter aircraft. As Le Figaro (owned by the Dassault family, which also owns the Dassault Aviation company which manufactures the Rafales) has reported:

François Hollande en a recu la confirmation, mercredi 29 avril, par Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, émir du Qatar. Doha passe une commande ferme pour 24 avions de combat Rafale à la France. Un communiqué de l’Elysée a rendu publique cette bonne nouvelle ce jeudi 30 avril. Le contrat sera signé, lundi 4 mai à Doha, entre le Qatar et Dassault Aviation, le constructeur de l’appareil français, en présence du président de la République et de son ministre de la défense, Jean-Yves le Drian. Il porte également sur l’acquisition d’armements modernes (missiles air-air longue portée Meteor, missiles de croisière Scalp et bombes guidées air-sol AASM) ainsi que sur la formation, dispensée par l’Armée de l’air française à Mont de Marsans, de 36 pilotes Qatari et d’une centaine de mécaniciens spécialisés.”

This order brings the total tally of foreign orders for the Rafale up to 84 aircraft and France’s total weapons exports for this year to 12 bn euros, not counting the Indian order for Rafales and the Polish order for 70 Eurocopter Caracal helicopters. This alone will make France the world’s third arms exporter in the world this year.

It is interesting to note that Egypt, India, and Qatar all operate the Mirage 2000 – Dassault Aviation’s previous frontline fighter. Which will make integrating the Rafale into their air forces easier, as their pilots and ground personnel are all already familiar with Dassault fighters and will need only minimal retraining. Their base infrastructure, fit to accommodate Mirage 2000s, will also accommodate Rafales easily.

If the current trend continues and more deals (including those with India and Poland) are signed, French arms exports in 2015 will reach a record sum of 15 bn EUR, thus surpassing those of Russia, making France the second-largest arms exporter in the world.

Yes, you’ve read that correctly. France, a country of just 66 mn people, is the world’s third-largest arms exporter and on track to becoming the world’s second-largest, trailing only the US.

This is only the beginning of May, but it’s clear that 2015 will go down in history as a terrible year for French-bashers all around the world, and indeed for all those who wish France ill. It’s also a very lousy year for all those naysayers and fatalists in Europe – including in France itself – who claim that France must dissolve itself into a European superstate because she can no longer play any meaningful role on the world stage alone. These three successes of the French defense industry – and the above statistics – completely belie their claims.

This is likewise a very lousy year for all those Rafale-bashers who predicted the Rafale would hardly obtain any export orders, and certainly not in Qatar, including Richard Aboulafia, the VP of the Teal Group and a self-appointed “expert” on military aviation.

Not only has he claimed that France would not win an order for Rafales from Qatar, he has even falsely claimed that:

“Both of these planes [i.e. the Rafale and the Typhoon] are upper middle/heavy weight twinjets. The market for beasts like these is extremely limited.”

Wrong, wrong, wrong. Firstly, the Rafale and the Typhoon are NOT heavyweight fighters – they are middleweights. A heavyweight fighter is an aircraft like the F-15, F-22, F-35, Flanker, PAK FA, or J-20. THESE are heavyweights – not the Rafale, and not the Typhoon.

The Rafale’s MTOW is 24,500 kg (54,000 lb); the F-15’s is 30,845 kg (68,000 lb); the J-11 Sinoflanker’s is 33,000 kg, i.e. 73,000 lb. The F-22 Raptor is even heavier than that, at 38,000 kg (83,500 lb)!

Secondly, the market for the Rafale and the Typhoon is far from “extremely limited.” Between them, these two fighters have already been sold in hundreds of copies to 6 countries, with more orders coming. The Typhoon has been procured by Austria, Saudi Arabia, and Oman. The Rafale, as stated above, has been selected by Egypt, India, and Qatar – with more orders being within Dassault’s reach, in Canada, Malaysia, and potentially elsewhere around the world. On top of that, the Indian MRCA program continues, so Paris can count on selling an additional 126 Rafales to New Delhi.

Richard Aboulafia is not an “expert.” He’s an ignoramus – just like wannabe “experts” Hans M. Kristensen, Robert Norris, and Jeffrey Lewis are nuclear weapons ignorami.

In any event, this is shaping up to be a TERRIBLE year for French-bashers all around the world. Stay tuned, folks.

For an interactive overview of the Rafale’s performance and component assembly sites, see here.

 

Posted in Air combat | Tagged: , , , , | Leave a Comment »

India will order 36 Rafales; talks on the other 126 aircraft will continue

Posted by zbigniewmazurak on April 11, 2015


(Updated on 12th April 2015)

(Note: for my previous postings on and analysis of the Rafale in English and in French, please see here, here, here, here, here, and here.)

Yesterday afternoon, French and American media reported that France and India were discussing a sale of 63 Rafale jets, to be constructed in France and delivered to India in flyaway condition, so that the IAF could quickly replace at least some of its obsolete MiG-21 aircraft with these new French jets:

“PARIS — French and Indian officials are negotiating an off-the-shelf order worth €7.2 billion (US $7.6 billion) for 63 Rafale fighter jets to equip three Indian Air Force squadrons, during a visit by the Indian prime minister, daily Le Monde reported Friday. “The discussions lasted all night, they are continuing this morning,” a source close to the talks said, Le Monde reported. “The idea is to be able to announce this contract during the visit to Paris of Narendra Modi, the Indian prime minister, on Friday or Saturday.” Modi is on a two-day state visit. (…) While the number of aircraft has yet to be finalized, the order would be for Rafales built in France rather than assembled in India with technology transfer. This is available under an option agreed with Dassault in 2012 for an off-the-shelf purchase of 63 “supplementary” units, the afternoon daily reported. Negotiations have been conducted for three years for a purchase of 126 Rafales, of which 18 would be built in France and 108 in India. If agreed, this off-the-shelf deal would speed up acquisition for the Indian Air Force, the report said, while talks on the larger buy continued. “The Rafale question is still under discussion and we should be able to move ahead on a mutually agreed basis,” Modi told Le Figaro, the daily owned by the Dassault family.”

Yesterday afternoon, at a press conference with French President Francois Hollande at the Elysee Palace, Indian Prime Minister Narendra Modi announced India would place an initial order for 36 Rafales, while talks on the 126 fighters originally envisaged by the Indian MRCA [Medium Regional Combat Aircraft] program would continue. This means that those 36 Rafales India will urgently order are an arms package separate from, not part of, the 126 aircraft whose sale Dassault and India are still negotiating. Opex360 reports in French:

“À l’issue d’une rencontre avec le président Hollande, ce 10 avril, à l’Élysée, le Premier ministre indien, Narendra Modi, a en effet confirmé l’intention de New Delhi de commander 36 avions Rafale.

Plus tôt, des informations publiées par la presse indienne avait indiqué que l’Inde envisageait de revoir ses plans dans le cadre du programme M-MRCA (Medium Multi-Role Combat Aircraft), qui prévoyait l’acquisition de 126 appareils, dont 108 devaient être assemblés par le constructeur indien HAL. « J’ai demandé au président [ndlr, Hollande] la fourniture de 36 Rafale prêts à voler à l’Inde », a ainsi affirmé Narendra Modi. Toutefois, le Premier ministre indien a indiqué que les termes et les modalités du contrat restaient encore à préciser. « Nos fonctionnaires vont discuter de ces aspects plus en détail et poursuivre les négociations », a-t-il dit. En outre, et selon une source française citée par l’agence Reuters, cette commande serait distincte des négociations exclusives entamées en janvier 2012 dans le cadre de l’appel d’offres M-MRCA, remporté par Dassault Aviation et le Rafale, aux dépens de l’Eurofighter Typhoon.”

(Hat tip to mig31foxhound for the hint.) Thus, India may very well end up ordering 162 Rafale jets – almost as many as France has ordered so far (180) !

If this order for 36 jets is signed – and there’s every reason to believe it will be – it’ll be a great success for France and her defense industry, for the Dassault Aviation company, and for President Hollande and Defense Minister Jean-Yves Le Drian personally. These two men, despite their numerous failures on other policy fronts (including maintaining France’s own defense capabilities), have shown themselves quite competent in one regard: promoting, and successfully obtaining orders for, French weapons. As the La Tribune daily has noted, they’re a good, effective weapons exporting duo. They’ve already obtained orders for 60 Rafale jets in total – while previous French administrations were not able to sell a single Rafale jet anywhere. France might’ve been able to sell the Rafale to Switzerland, had then-President Nicolas Sarkozy not falsely accused that country of being a tax haven (when, in reality, cantonal taxes in that country can be high, depending on which canton you live in – French-speaking cantons generally have high levels of taxation). Indeed, for many years, the Rafale was known as a jet which, although a highly capable aircraft, was unable to obtain a single order anywhere, and was subject to widespread ridicule for that reason. Not anymore. In all fairness to Sarkozy, however, it was under his Presidency that India chose Dassault as the exclusive partner for negotiations on the sale of 126 fighter jets – talks that are continuing to this day. He therefore deserves at least some of the credit for yesterday’s success as well – it’s thanks to him that France and India are even having this conversation. (And before that, he obtained a firm contract for upgrading India’s Mirage 2000 jets.) This announcement by PM Modi also marks a painful defeat for certain parties:

  • The Russians, the British, the Germans, and the Italians. They (chiefly the Russians and the British) have invested a great amount of effort and money in smearing the Rafale and trying to convince India to ditch the French jet in favor of the Su-30, the MiG-35, or the Typhoon. They have failed miserably, however. India might actually end up ordering more Rafales than originally envisaged. This is, in particular, a defeat for the UK: it, along with West Germany and Italy, forced France to leave the Eurofighter program in 1984 because they didn’t want to develop a carrier-capable fighter (while France wanted it). Now, as my fellow blogger Picard says, France has a fighter that has not only arrived sooner, but is carrier-capable and better, in most respects, than the Typhoon – while the UK is stuck buying crappy F-35s for its carriers (which will be STOVL and not CATOBAR).
  • The naysayers (including so-called “experts” such as Richard Aboulafia of the Teal Group) who were completely surprised that Egypt ordered 24 Rafale jets and claimed this would likely be the sole order Dassault would win for those aircraft.

UPDATE: The Le Figaro daily, the main right-wing daily newspaper in France (and one of the most widely-read), owned by the Dassault family, trumpets Rafale’s export success from its first page, congratulates President Hollande and Defense Minister Le Drian and gives a very nice, detailed, interactive infographic about where in France various parts of the Rafale are made. The program benefits many regions of the country, but final assembly takes place at Merignac, next to the Merignac airport serving the city of Bordeaux, in the Aquitaine region. Now, with Rafale’s export successes, the region will be famous for more than its excellent wines.

That Le Figaro, France’s main right-wing daily, is congratulating a Socialist President and a Socialist Defense Minister, is not surprising, because this duo has proven very effective in winning export orders for the Rafale. So, naturally, the Dassault family wants them to continue. Defense Minister Jean-Yves Le Drian in particular has worked very hard on that front with India and France’s Arab partners. In recent times, he’s visited India every 2 months on average.

Let us not forget, however, that if it hadn’t been for India’s selection of Dassault Aviation as its sole partner for talks in January 2012 – thanks to President Sarkozy’s lobbying – India would’ve never placed this rush order for the Rafale in the first place; instead, Eurofighter would’ve received it. Let’s therefore give credit to all to whom it is due.

Posted in Air combat | Tagged: , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

 
Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 524 other followers