3 BIG reasons why Pope Francis is dead wrong


In his new encyclical, and in his “Angelus prayer” made this midday in the Vatican, Pope Francis has made 3 arrogant claims that are plain wrong. He has specifically been wrong (as usual) on economics, geopolitics, and defense issues (including defense budgets). True to his form, he continues to advance his far-left ideology and to dress is in the form of religious teaching.

Specifically, the Pope claims that :

  1. Free market capitalism has failed and the coronavirus crisis supposedly proves this.
  2. The right to own private property is “secondary” and subordinate to helping needy people (the poor).
  3. War is never justified and neither is maintaining a military; all defense budgets should be turned towards feeding hungry people.

On all counts, the Pope is dead wrong, as usual, and has shown abysmal ignorance of these issues (which I’ve been studying since high school). Here, we’ll correct the record on each count. So, let’s look at the Pope’s claims, one by one:

Claim : Free market capitalism has failed and the coronavirus crisis supposedly proves this.

Fact : Free market capitalism is by far the most successful economic system in world history. It is, in fact, the only system under which countries prosper.

Free market capitalism has lifted more people out of poverty than any other system. Under it, the Western world has prospered and become very wealthy, Eastern Europe and China have developed from abject poverty to a medium level of wealth, and now, India is also catching up with the West (and China).

The system that Pope Francis advocates – socialism – has proven itself to be an undisputable disaster; to say it has been a failure would be a vast understatement. It has spawned nothing but poverty, want, despair, and tyranny in EVERY country in which it has been tried : the former Soviet bloc, China, Vietnam, Laos, Cambodia, Zimbabwe, Cuba, and more recently, Venezuela, which is so abjectly poor now that it’s mired in a civil war.

And, of course, socialist policies have prevented most other Latin American countries – including the Pope’s native Argentina – from developing.

With the brief 4-year interlude of Mauricio Macri (2015-19), Argentina has been run by Peronists or other statists since the last Junta (which then-Father Jorge Mario Bergoglio, the future Pope Francis, fervently supported) fell from power. No wonder why the country has been an economic basket case.

If you want to know what the world would look like according to Pope Francis, look no further than Venezuela.

By contrast, look at the country whose free market system Pope Francis hates the most: the United States. Under Donald Trump, until the Wuhan virus (Covid-19) arrived, the US had full employment (with record low unemployment rates for women, youth, and minorities) and rapid economic growth, greatly outpacing Europe and Japan. For more details, see here.

Similarly, here in Europe, free market societies such as Austria, Switzerland, Ireland, and Estonia have greatly outcompeted statist countries such as France, Italy, Spain, and Greece (as well as all statist countries around the world).

In these countries, economic growth, employment rates, GDP per capita, and most importantly, real purchasing power per habitant are considerably higher than in other European countries (and comparable to those of the US).

Some people will say that all this wealth is concentrated in the hands of a few individuals; that free market capitalism inevitably leads to huge inequalities.

In fact, in socialist countries such as Venezuela and Argentina, wealth inequality is much greater than in capitalist or even semi-statist European countries.

The Gini index (of income inequality) for Argentina is 41.7, and for Venezuela, it’s 39. Zimbabwe is one of the worst offenders on this planet, at 50.1, even higher than the US!

By contrast, the free-market United Kingdom is at 32.4, Estonia is at 32.9, Ireland is at 33.9, and ultraliberal Switzerland is at 28.7 !

By the way, other than the UK, these countries have managed the coronavirus epidemic (and the resulting economic problems) very well. They certainly need no lessons from Pope Francis or anyone else.

Claim: The right to own private property is “secondary” and subordinate to helping needy people (the poor).

Fact: Private property is not “subordinate” to the goal of helping the needy. It is supreme.

NO ONE has any right to take away my property (or yours) for any purpose or reason whatsoever, and certainly not in the name of “helping” other people – which is ALMOST ALWAYS an excuse used by politicians to redistribute wealth to certain social groups whose votes they depend on.

There is no middle ground here. Either your private property is sacred and inviolable, or it can be taken away from you by politicians and self-proclaimed do-gooders under the pretext of “helping the needy”.

And once that line is crossed, there’s no limit to how much they can take from you, and under what pretext. And you can be sure as hell they won’t consult you.

Don’t get me wrong: I’m sure all of you want to help poor people. So do I. But when you let politicians confiscate private property, and your hard-earned money, in the name of “fighting poverty” and “helping the needy”, you won’t be deciding where that money goes. Politicians will.

And they will inevitably redirect that money towards their electorate, NOT the truly needy.

I’ve worked hard to earn EVERYTHING I have. NOBODY has the right to take that away from me. (And if you want to try, you’ll only pry it from my cold, dead hands. I’m serious.)

Don’t get me wrong. I’m not against helping other people. But each of us has, first of all, an obligation to provide for ourselves and our families, BEFORE helping others.

And while helping others, we must not take upon ourselves a burden that we cannot carry and that rightly belongs to them, like the donkey did in the parable of the donkey and the ox.

Claim : War is never justified and neither is maintaining a military; all defense budgets should be turned towards feeding hungry people.

The Pope should tell this to Vladimir Putin, China’s Communist ruler Xi Jinping, North Korea’s dictator Kim Jong Un, and Islamic terrorists of all stripes! Funny… Somehow I don’t see these thugs disarming in the foreseeable future, even if we do.

Fact: It would be suicidal to disarm and not have a properly financed, manned, trained, and equipped military.

Why? Because potential aggressors and evildoers have always existed, and always will. In the past, it has been Kaiser Wilhelm, Nazi Germany, and the Soviet Union, among others. Now it is Islamic terrorists, and potentially, Putin’s Russia and Communist China.

To disarm in the face of these (or any other) thugs would be pure suicide. Yet, this is precisely what Pope Francis suggests.

Militaries have always existed and always will, and no wishful thinking or sanctimonious sermons will change that.

I’ve spent the last 12 years warning about these threats and even writing a book about them. Apparently, Pope Francis doesn’t give a damn about these facts.

Every country in history which has chosen to disarm unilaterally has committed suicide.

And every country in history which, for whatever reason, was unable to provide for its defense has either fallen prey to an aggressor or been forced to accept the protection (and thus the supremacy) of a more powerful protector.

This is the case for dozens of countries around the world today, which have no choice but to remain vassals to the US, because they need its military umbrella.

Meanwhile, Russia, China, North Korea, and Iran are threats to many but protectors to nobody.

The ultimate irony is that Pope Francis himself lives in perfect security ONLY because the Vatican and Italy enjoy US military protection.

Conclusion: Pope Francis has shown abysmal ignorance

There you have it. All of the Pope’s major claims, made earlier today and in his encyclical, are biting dust. He has been wrong on EVERY major political issue on which he has spoken.

No, Pope Francis, free market capitalism has not failed; statism has. No, the West should never disarm; it would be suicidal to do so. No, wars are not inherently unjust. And it’s certainly not up to YOU to decide what is moral and what isn’t.

Mon livre sur la dissuasion nucléaire est paru, juste avant la Fête Nationale


Projet de couverture

Bonjour à tous, je m’excuse de mon absence longue. Il y a eu une bonne raison pour celle-ci : mon livre sur la dissuasion nucléaire vient de paraître fin juin. Depuis ce moment, j’ai été engagé en une campagne de promotion fervente pour celui-ci. Vous pourrez d’ores et déjà le commander sur Amazon et chez la Fnac, et il paraîtra bientôt aussi sous forme physique dans les boutiques de la Fnac et dans des librairies indépendantes !

Il était vraiment important pour moi de finaliser ce livre et le faire paraître avant le 14 juillet, la Fête Nationale. Pourquoi ? Car elle est traditionellement l’une des rares journées de l’année où les discussions sur le sujet de la défense nationale sont prominents.

Mais qu’est-ce que la dissuasion nucléaire ?

C’est la première question, et la plus importante, à laquelle mon livre répond. La plupart des citoyens ordinaires ne savent pas qu’est-ce que la dissuasion, je l’explique donc en de simples termes.

En bref, la dissuasion est le principe selon lequel nous pouvons décourager (“dissuader”) un adversaire potentiel de nous attaquer si nous sommes plus forts que lui. Craignant l’affrontement qu’il risquerait de perdre, il ne nous attaquera pas.

La dissuasion nucléaire, spécifiquement, est le principe politique de menacer une riposte nucléaire dévastatrice contre tout Etat hostile qui puisse s’aventurer à attaquer la France … raison pour laquelle nous n’avons pas été attaqués.

Souvenez-vous : les agresseurs potentiels s’en prennent à des proies faciles. Cela s’applique aux hommes aussi bien que les animaux. Si vous êtes en présence d’un animal potentiellement dangereux (un chien, un loup, ou un requin) et vous en avez peur, il le ressentira.

 

Et qu’est-ce que votre livre apporte que les autres n’ont pas ?

Plusieurs choses.

D’abord, comme dit, il commence par expliquer le principe même de la “dissuasion” et son fonctionnement. C’est un livre très pédagogique ; il commence avec les fondamentaux avant de passer aux détails. Il a été conçu pour le Français moyen qui ne connaît pas grande chose aux affaires militaires ni géopolitiques.

Deuxièmement, une fois cette explication générale donnée, il donne des raisons concrètes pour le renouvellement de la force de dissuasion française. Il analyse trois menaces concrètes à la sécurite de la France et de l’Europe : la Russie, la Corée du Nord, et de l’Iran.

Dans le livre, comme sur ce blog, je ne mache pas les mots ; je dis clairement pourquoi ces pays posent une menace grave à notre sécurité et j’en apporte des preuves concrètes : les programmes nucléaires et missiliers, ainsi que le comportement agressif, de ces trois pays (surtout de la Russie).

Au grand contraire de presque tous les autres auteurs français sur ce sujet, je ne m’auto-censure pas ; je dis clairement ce qu’il faut dire, surtout sur la Russie, n’en déplaise à ses sycophants en France, Marine Le Pen et le “Rassemblement national” en tête.

Ensuite, et aussi au grand contraire d’autres auteurs, je pèse avec attention les arguments éthiques, politiques, financiers, et même militaires contre la dissuasion nucléaire, et pas seulement pour. Il y a donc le pour et le contre. Mais, selon mon analyse, les arguments “pour” l’emportent finalement.

Enfin, et là je difère encore une fois de mes confrères, je propose des pistes de réformes, tant du Ministère des Armées que de l’Etat en général, qui devraient générer des économies permettant le financement de la force de dissuasion nucléaire.

 

D’accord, mais pourquoi bigre moi, civil, je devrais m’y intéresser ?

Car les affaires de défense nationale ne peuvent EN AUCUN CAS être laissées aux seuls politiciens. Sinon, ils risquent de les mal gérer. La défense est l’affaire de tous.

Au-delà de simples questions sécuritaires, il s’agit du rang de la France parmi les puissances mondiales, de son influence sur les affaires du monde. Et non d’une simple “bombinette de de Gaulle”.

Regardez l’Ukraine pour voir ce qui se passe lorsqu’un pays néglige sa défense nationale. Regardez l’Allemagne, dont Trump veut maintenant retirer une partie des troupes américaines y stationnées et qui a pourtant besoin de son protecteur d’outre-Atlantique.

Peut-être que vous ne vous intéressez pas aux affaires militaires ni na géopolitique, mais ces affaires s’intéressent à VOUS.

The Security Dilemma theory: is it correct?


Cold War definition : USA vs the USSR
A cartoon about the Cold War, depicting Uncle Sam (the US) trying to contain the US and the Russian Bear trying to expand its reach. Cartoon source : Mr Rick’s Cold War History Show.

Have you ever wondered why the Cold War escalated into an arms race and why both superpowers often made bold moves to put the other at a disadvantage ? As during the Cuban Missile Crisis ? Want to understand power politics and defense policy?

Obviously, a lot of appealing theories about these issues about, propagated by both the Left and the Right, doves and hawks alike. Sometimes, it may be difficult to separare wheat from chaff.

Today, we’ll subject one such theory to careful scrutiny : the “Security dilemma” theory.

This thesis holds that a country facing adversaries and seeking to increase its security through a military buildup will only make its adversaries feel less secure by that.

This, proclaims the theory, will only lead your adversaries to respond with a military buildup of their own, in order to catch up with you. And so, a never-ending, spiralling arms race will ensue.

Is this what happened during the Cold War? Does this theory apply to the US and China today? And where does this theory come from, anyway ?

 

Military Strength: Warmongering or Common Sense?

Obviously, all of us want to be secure. This is true for both individuals and nations. The only question, then, is how to ensure that security.

Since time immemorial, the two sides of the debate have been pro-defense hawks and pacifist doves.

Pacifists claim that our adversaries are sensible humans just like us (even though may have a different ideology or religion). And just like us, they simply want to live in peace and security on their territory, worship as they like, and govern themselves according to the political system of their choosing.

President Carter’s first Secretary of State, Cyrus Vance, even claimed that his boss and Soviet leader Leonid Brezhnev held “similar dreams and aspirations about fundamental issues.”

Therefore, claim the doves, conflicts between nations are the result of either excessive appetites of some rulers on one or both sides, or, more often, the result of misunderstanding and miscalculation.

And so, they claim, the Cold War was the result of misunderstanding between the US and the Soviet Union.

During that time, doves claimed (as they do today) that if only the US  disarmed itself unilaterally (or cut its arsenals unilaterally, or pursued a unilateral “freeze”), Russia would gladly do the same, and we could then all live in peace.

Hawks beg to differ. They believe that, while their country is righteous, there are (and will always be) evil people in the world: terrorists and potential aggressors ruling over certain countries. These potential foes will not hesitate to attack weak, unprepared victims.

Therefore, say hawks, a strong military is necessary to maintain the peace by deterring potential adversaries. The latter won’t dare attack us if they know our retaliatory response would be extremely painful for them. US President Ronald Reagan (1981-1989) was the foremost advocate of this policy.

Enter the “Security Dilemma” theory

But thirty years before Ronald Reagan became President,  a different theory emerged: the Security Dilemma theory, coined by  the German scholar John H. Herz in his 1951 book Political Realism and Political Idealism. At the same time British historian Herbert Butterfield described the same situation in his History and Human Relations, but referred to it as the “absolute predicament and irreducible dilemma”.

This theory, as we noted above, holds that any security increase on the part of one of the superpowers would force the other one to respond in kind, leading to a never-ending arms race.

For example, were the US to build up its nuclear arsenal by 1,000 warheads, the Soviet Union would be forced to respond in kind. Were the US to deploy 10 new ballistic missile submarines, the Soviet Union would have no choice but to follow suit. And so on.

The same theory is now being applied by some scholars with regards to the ongoing Sino-American Cold War.

And so, say the theory’s proponents, it’s better to remain weak and NOT to increase your strength. In total contrast to Reagan’s approach, these people claim military strength is actually dangerous. Better to be weak, they say; that way, you don’t threaten your adversary, and he has no reason to fear you.

 

Has It Actually Worked?

The theory was rejected by President Dwight D. Eisenhower (1953-1961) and his Administration. Instead, they adopted a policy of nuclear superiority over the Soviet Union and threatened massive nuclear retaliation in case of Soviet aggression.

This policy ensured that, for the entire Eisenhower era after the Korean War Armistice (1953), there was no confrontation between the two superpowers.

But by the late 1960s, the Soviet Union gained nuclear parity with the US. Civilian political theorists in the West had thus claimed that it was dangerous to be strong, that the two superpowers faced a “security dilemma”, and that any further increase in Western military strength would lead the Soviet Union to respond in kind.

And so, following this theory, the West (and especially the US) embarked on a naïve policy of détente ‘(read: appeasement) of the Soviet Union. And under this policy, the US began to gradually disarm itself and to forego some of its key defense programs, such as the B-1 Lancer bomber.

These peace initiatives, however, were not reciprocated by the Soviet Union. Quite the contrary. During the 1970s, the Kremlin embarked on the biggest peacetime military buildup in history. This put the West at a disadvantage vis-à-vis the USSR.

Yet, the peaceniks who coined (or used) the “security dilemma” theory” never learned from their mistake – because they are utterly incapable of doing so.

And so, when Ronald Reagan re-established strategic balance through his military buildup in the 1980s, the doves claimed that the buildup would present the USSR with a “security dilemma” and force it to pursue a new armament programme. And so, they claimed, this would lead to an escalation of the arms race and ultimately to nuclear war!

Yet, nothing of the sort happened. Ronald Reagan won the Cold War without firing a shot, and the Soviet Union peacefully dissolved in 1991.

 

The Fundamental Difference That Reagan Saw

There’s a good reason why Ronald Reagan succeeded, and why the “Security Dilemma” theory was proven wrong: there was no moral equivalence between the West and the Soviet Union. Consequently, the two camps did not “hold similar aspirations” at all, contrary to what Carter’s incompetent Secretary of State, Cyrus Vance, wrongly claimed.

The West (led by the US) was a voluntary grouping of free, democratic states. These countries simply wanted to defend themselves against the threat of Soviet expansion.

By contrast, the Soviet Union was an evil, totalitarian empire which not only denied freedom to its own citizens, but constantly sought to expand its tyrannical rule around the world. The Cold War bloc dominated by Moscow – its satellite states – consisted of enslaved, formally sovereign but actually dependent republics, most of them occupied by the Soviet military. Whenever any of them tried to break free,  or even when their citizens reclaimed their basic rights, the Soviet Armed Forces immediately brought them back in line. Moscow ruled its empire with a grip of steel.

Ronald Reagan, better than anyone else, understood what the root cause of the Cold War really was. It wasn’t the arms race or the city of Berlin.

The root cause of the Cold War was the Soviet Union’s totalitarian nature and its insatiable appetite for expanding its tyrannical rule.

Accordingly, in 1983, the year of his “Evil Empire” speech, President Reagan signed National Security Decision Directive 75, which defined changing the nature of the Soviet regime as the key objective of American grand strategy.

Ronald Reagan clearly understood that there could have been no durable peace between Washington and Moscow as long as the Soviet Union remained a totalitarian state. As he said:

“The real fight with this new totalitarianism belongs properly to the forces of liberal democracy, just as the battle did with Hitler’s totalitarianism. There is really no difference except for the cast of characters.”

And again in 1987, this time at the Brandenburg Gate in Berlin:

“We must remember a crucial fact: East and West do not mistrust each other because we are armed; we are armed because we mistrust each other. And our differences are not about weapons but about liberty.”

 

Conclusion: the “Security Dilemma” theory is false

As we conclude, we can clearly see that the “Security Dilemma” theory is false, and was wrong from the start. The root cause of the Cold War (and the arms race that dominated it) was not the military strength of the US or of the Soviet Union; it was the totalitarian and expansionist nature of the latter.

The real question facing Western policymakers today is therefore not, “are we increasing our security at their expense?”. It is: “is our partner a democratic state who respects the rule of law, or a totalitarian regime with expansionist ambitions?”.

That is the fundamental question they need to ask themselves.

How The World Should Respond to the Coronavirus COVID-19


COVID cases around the world - map and stats by Newsweek and Statista
Number of coronavirus (Covid-19) cases around the world according to Newsweek and Statista. Map source : Newsweek.

 

Where did the coronavirus originate from? How did this crisis happen and spread around the world? And how to overcome it? What is the solution?

These and similar questions are on everyone’s minds as the world deals with the infectious pandemic known as COVID-19 (popularly called the coronavirus, though that’s actually an entire family of strains of the virus).

Though I’ve been absent from the blog for a few months, busy with my work, I’ve decided to speak today on the issue. I hope I will reassure you, dispel false stories being spread about it, and propose a path to the solution.

 

But first: Where does the coronavirus come from?

A satirical photo of the Coronavirus published in Al Jazeera
A satirical photo of the Coronavirus published in Al Jazeera. Photo credit : Al-Jazeera’s website.

Let’s put a rest to conspiracy theories immediately: the coronavirus is NOT a lab virus. It’s not man-made as some people allege. It is a naturally-existing virus originally found in animals and belongs to the same family of pathogenes as the SARS virus.

The cause of its spread to humans was evidently contact with infected animals, most likely bats at that famous seafood market in Wuhan, China. Once the first humans had been infected, the virus spread quickly like the flu – and with symptoms similar to it.

This is, by the way, similar to how the HIV virus came about. It is a direct descendant of SIV, a slightly harmful (but not deadly) virus found among monkeys in Africa. It was transmitted to humans (most likely through contact with those monkeys’ blood) and became HIV.

However, HIV is only transmitted through blood or sexual contact, or through infected syringes. COVID-19, on the other hand, can spread easily through cough and sneeze.

 

Where the Chinese Government Got It Wrong

The epidemic broke out in December in Wuhan. By now, most people have probably heard of the lockdown the Chinese government imposed on that city.

However, in fact, the Chinese government reacted late to the problem, only taking the required drastic measures a month later, on January 23rd, just two days before the Chinese New Year. And at first, it categorically denied any crisis and silenced any critics, including scientists who didn’t mean to challenge the Communist Party’s rule over China.

Moreover, when the epidemic first broke out in Wuhan, China refused any aid from the World Health Organization.

Yet, a recent study by researchers at Southampton University in England has shown that had the same drastic measures been taken just a week earlier, around January 16th, 86% of all cases in China could’ve been avoided. And had those restrictions been applied on January 1st or 2nd, 95% of all reported cases in China would’ve been averted!

Yes, you’ve read that right: 95% of ALL detected cases in China could’ve been avoided, if only the Chinese Government had reacted long enough!

 

Shades of Chernobyl 33 Years Later

However, the ruling Chinese Communist Party has made EXACTLY the same errors as the Communist Party of the Soviet Union almost 34 years ago after the Chernobyl disaster. It initially tried to cover up the crisis, denied its gravity, and silenced any critics. It was also slow to take the necessary drastic measures.

Failure to recognize a problem’s gravity, covering it up, and procrastination only make that problem worse.

Unfortunately, this pattern of behavior is a vice inherent to the Communist system, not an accidental feature of it.

The fundamental problem is that the Chinese Communist Party drew exactly the WRONG lessons from the Soviet Union’s collapse. It believes it was caused by Gorbachev’s liberalization of the Communist system, rather than any vices it had.

Compare that to the drastic measures taken early on by Western governments: lockdowns, the closure of public places, and so forth.  They are drastic and may seem exaggerated, but at least they will help stem the spread of the virus. And they were enacted at the right time (I hope).

However, both China and the West – and indeed, the entire world – has made one HUGE error while trying to fight the disease …

 

What the West, and Everyone Else,  Got DEAD WRONG

And that problem is the utter lack of international cooperation or coordination to stop the disease.

As former British Foreign Secretary William Hague rightly says in the Telegraph, this lack of global cooperation, the go-it-alone “every country for itself” approach, is only making the problem MUCH WORSE.

Why? Because this pandemic – like all others, and like global warming, Iran’s nuclear program, financial crises, and Middle Eastern turmoil – threatens everyone. The entire world. Nobody is exempt from it.

And no nation, not even the world’s most powerful country, has the ability to stop this disease (or solve the other global problems) alone. Especially if it’s governed by a total ignoramus like Donald Trump.

The gravity and the global impact of these problems mean that they can only be solved by the entire civilized world working closely together.

It is illusory, and utterly foolish, to think that one can stop such problems at a country’s borders with border checks, travel bans, armed guards, or walls. These problems are impervious to such measures.

Only concerted cooperation between all of the world’s civilized nations can solve these issues, especially the danger posed by the coronavirus pandemic.

Compare that to the rapid, but most importantly, tightly coordinated response delivered by the G-20 (the G8 plus China, India, Spain, Saudi Arabia, and many other major economies) in 2009 in the wake of the global economic crisis. At that time, with another President in the White House, the world’s major economies all closely worked together to contain the damage from the global economic crisis.

 

The World’s Central Banks Also Got It Wrong

The world’s central banks have also made huge errors, both before and after the outbreak of the pandemic – and like national governments, they continue stubbornly on their erroneous path.

Before the pandemic, they helped a huge and unsustainable stock market and real estate bubble to form and build up around the world – in the US, Europe, China, and other places. They did so mostly by cutting interest rates to zero or near-zero levels, never seen before 2008.

This allowed many investors and pseudoinvestors to go on a stock- and real estate-buying binge, financed in the latter case by cheap credit, and consumers around the world to go on a shopping frenzy, also mostly financed by ultracheap credit.

But this stock market and real estate bubble was doomed to burst at some point; it only needed a sparking event, which the outbreak of this pandemic has proven to be.

Now that the bubble has burst and a crisis has broken out, what have central banks done?

Why, of course, print more empty money and cut interest rates even lower, to zero (in the US) or even below-zero (negative) levels (in Europe), meaning we’ll have to pay banks for the privilege of keeping money !

Which means that the savings we have will be rendered progressively less and less by increasing inflation. No wonder many investors have gone on a gold-purchasing frenzy.

By the way, this is very similar to how the previous global economic crisis started in 2007-2008.  Back then, lots of people also borrowed money to buy real estate, enabled by cheap credit courtesy of super-low interest rates.

The only difference is that, back then, there was no pandemic to burst the bubble ; it burst by itself when housing prices went so high that new buyers could no longer be found, so investors were no longer able to sell them – and thus lost their money.

By the way, despite the Fed cutting interest rates to zero, mortgage rates in the US have risen to their highest levels since January. Indeed, there’s now a real risk that many people (in the US and elsewhere) who bought real estate on credit won’t be able to pay their mortgages – and will be forced into foreclosure.

It is clear that governments and, most notoriously, central banks around the world have learned NOTHING from the 2007-2008 global economic crisis. They have repeated THE SAME mistakes. They have utterly refused to learn ANYTHING from that disaster (which they created).

And as George Santayana has said, “those who fail to learn from the lessons of history are doomed to repeat it.”

 

The Way Forward: What Governments Should Do

  1. Recognize that this is fundamentally a global health crisis, not a financial one and not a stock market crash – these two are merely among the consequences of the epidemic.
  2. Accordingly, pursue any health measures necessary to stop the spread of the virus, including quarantines and, in some cases, regional or national lockdowns, until the pandemic is defeated.
  3. At the same time, avoid overreacting in fiscal or monetary ways. Do not spend taxpayers’ money unless necessary. Do not debase your currency. Do not limit economic activity unless necessary, for the time being, as a health measure.
  4. Meanwhile, provide any funding necessary for treatment of coronavirus patients, for decontamination, quarantine, hygiene, and of course, for the development of a vaccine and a cure to the coronavirus.
  5. As soon as the pandemic is defeated, immediately lift all restrictions on economic and personal activity.
  6. Recognize that, to rebuild their economies after the pandemic is defeated, they will have to significantly liberalize their economies. That means lower taxes, lower government spending, and a heck of a lot less government regulation of businesses. Anything that impedes entrepreneurship in any way must be abolished. There can be NO social, fiscal, or environmental justification for barriers to entrepreneurship. For it is entrepreneurs, not governments, who create jobs. And after this pandemic is defeated, A LOT of new jobs will need to be created.
  7. STOP printing new money. DO NOT cut interest rates any lower, and as soon as the pandemic is defeated, raise them. Fight inflation and limit it to 1% year maximum. DO NOT allow people to be expropriated through inflation. DO NOT allow people’s savings to be rendered worthless.
  8. Any state aid should be distributed to ordinary workers only, not to CEOs, shareholders, or banks. They made their bets on such and such business and now they must accept the results of their bets.

 

What You Should Do To Survive the Crisis

  1. Obviously, avoid going out unless necessary, wear a mask and hygienic gloves, and avoid any physical contact with other people.
  2. Stock up on food (especially food that can be stored for a long time), toilet paper, hygiene items (soap, hand-washing liquid), gas, and other necessities.
  3. Ask your employer to allow you to work from home if possible.
  4. Immediately cut out any unnecessary or outright wasteful spending : tobacco, junk food, unneeded clothes, other things you rarely or never use (electronics, video games, DVD films…), soda drinks, and excessive alcohol consumption. Quality before quantity.
  5. Stop buying new things. Maintain what you already have in good condition. It will cost a lot less without any reduction in your quality of life!
  6. Sell any stuff you don’t need on eBay, Amazon, Craigslist, and other sales portals, or even through social media like Facebook. If you sell a lot of it, and it’s still in good shape, you can earn a lot of money and liberate a lot of space at home.
  7. Start regularly saving money (at least 10% of your income) and build yourself a security cushion equal to 6 months of your basic life expenses.
  8. If you manage to save anything above that, invest it RIGHT NOW in the stock market, gold, silver, or government bonds to protect your savings through inflation. Failing that, central banks will render your savings almost worthless by printing new money.
  9. Have a diversified portfolio of investments encompassing stocks, ETFs, real estate, gold, silver, Treasury bonds, and possibly other classes of assets.

This crisis is grave, but it will pass. It will be over one day. If you follow this advice, you’ll survive it without much harm – or hopefully, any harm at all.

Take care.

Best regards,

Zbigniew Mazurak

 

 

 

Parliament Shutdown and Brexit: Was Boris Johnson Right?


Brexit 'will of the people' headline

On 28th August, the Queen, upon the advice of UK Prime Minister Boris Johnson, ordered the prorogation (kind of recess) of the British Parliament. This prorogation is to be in effect from 12th September until 14th October.

The decision by the Prime Minister to effectively “shut down” Parliament for more than a month sparked a nationwide controversy. Both sides of the Brexit argument immediately provided their own narrative of the issue.

Brexiteers (supporters of Brexit) claim this is a normal, routine Parliamentary procedure. In addition, some of them claim it is necessary (barring a new General Election) to prevent Parliament from stopping Johnson from carrying out Brexit. And remember, Johnson made a commitment while running for Conservative Party Leader that he would take the UK out of the European Union by 31st October, “do or die” (in his own words).

At the same time, Brexiteers have launched an unscathed, full-swing attack on the Parliament itself, calling it “dastardly” and claiming it is “out of touch with the people”, while the Johnson government is supposedly on the people’s side.

Remainers (supporters of Britain remaining in the EU) claim, on the other hand, that this is an unprecedented attack on Parliamentary sovereignty. They further say that this month-long Parliament shutdown – the longest since 1930 – is a thinly veiled attempt by Johnson to deprive MPs of their scrutiny powers over his actions. And, as in every parliamentary democracy, UK Governments are directly accountable to the Parliament (and only indirectly to the people).

So what is the truth? Was Johnson even within his right to prorogue (effectively shut down) Parliament? Was he morally right to do so? And who exactly is “on the side of the people” here – the Johnson government or Parliament? Let’s examine each question in turn.

 

The Legal/Constitutional Question

First, let’s quickly deal with the legal issue. The UK does not have a written constitution but rather a body of constitutional laws. Many aspects of its system of government depend on custom, not written rules.

In general, the Monarch, on the Prime Minister’s advice, may prorogue Parliament. But in the autumn, it is normally done only for a week, around the end of September and beginning of October, for the annual Party Conference season.

Shutting down Parliament for more than a month, at the very time when the same Parliament demands to, and is trying to, exercise its fundamental scrutiny powers over the Government, is a different matter. It is a thinly veiled coup d’état whose objective can be no other than to give Johnson free rein to crash Britain out of the EU without a deal by 31st October.

I’m not a lawyer nor a constitutional law expert, so I’ll leave it to the UK Supreme Court to judge the issue. Scotland’s highest court has already ruled this prorogation unconstitutional, while England’s top judicial body considers the issue political and thus non-judiciable.

 

Who’s Implementing “The Will of the People”… And What Exactly IS The People’s Will?

Brexiteers claim that ultimately, Johnson has the moral and constitutional right to prorogue Parliament and take Britain out of the EU without a deal because the British people voted for Brexit on 23rd June 2016. Furthermore, they claim, the vast majority of current MPs, including all Conservatives, were elected on a manifesto pledging to implement that vote.

Thus, Brexiteers claim, the Government is on the people’s side, while Parliament is “out of touch” with the people. Furthermore, the Brexit camp, led by the Daily Telegraph, claims a recent opinion poll shows majority support for prorogation and for any kind of Brexit, including a no-deal one.

In short, no-deal Brexiteers claim Johnson is merely implementing “the will of the people”, while Parliament is supposedly refusing to heed it.

That claim is patently false, and it’s the biggest of the many lies of Brexiteers. Why?

Because the British people NEVER voted for a no-deal Brexit.

The question put on the ballot to the British people on referendum day, 23rd June 2016, was:

“Should the United Kingdom remain in the European Union or leave the European Union?”

That’s it. The question was never: “Should the UK leave the EU by any means necessary, deal or no deal?” Nor was it ever “Should the Government be given a blank check to take Britain out of the EU by any means, even without a deal if need be?

And it sure as hell was never “Should the UK become a direct democracy like Switzerland, instead of being a Parliamentary democracy?”

The question put forward to the British electorate was only whether the UK should withdraw from the EU at all. That’s it.

At the time, Brexiteers (except a very handful of extremists like Nigel Farage) promised they’d negotiate a withdrawal agreement, and that such a deal would be easily concluded. This camp included Boris Johnson, Michael Gove, and Daniel Hannan.

Almost nobody campaigned for a no-deal Brexit. While it was, in fact, their agenda all along, Brexiteers claimed they’d secure a divorce deal with the EU.

And even in the initial months after the referendum, they still kept claiming that they preferred an orderly divorce, and that no-deal should only be a last resort, a means of pressure on Brussels.

Had they been straightforward with the British people, had they openly admitted BEFORE the referendum that their agenda was a destructive no-deal Brexit at any cost, it is fairly certain that such a proposition would’ve been voted down by the electorate by an overwhelming majority.

Unfortunately, the British people have never had the chance to vote on this issue.

That’s right, they’ve never been consulted on THAT subject: crashing the UK out of the EU without a deal.

Whether you voted Remain or Leave, you didn’t vote for a no-deal Brexit unless your last name is Farage, Johnson, Rees-Mogg, or Hannan. That question was simply never on the ballot paper.

And there it is: Brexiteers’ central claim, that they’re “implementing the will of the people” while Parliament is refusing to heed it, has been debunked! It has been exposed for what it is: total baloney.

 

Brexiteers Turn Against the Parliament… And Democracy Itself

Brexiteers love to cast themselves as champions of democracy and popular sovereignty, while portraying their opponents as “Remoaners”, sore losers who refuse to accept the people’s verdict, and even worse: supporters of a totally undemocratic regime (the EU) and ‘enemies of the people’.

This is quite ironic, considering that right up to Referendum Day, Brexiteers claimed to be champions of Parliamentary democracy. They claimed their campaign was simply about restoring Parliamentary sovereignty, i.e. the supreme authority of what they called “the Mother of Parliaments” over the country.

Their official case was that they can elect and unelect British MPs, but not EU officials.

Accordingly, the Daily Telegraph’s Ambrose Evans-Pritchard, one of that paper’s longest-serving and (until the referendum) most credible columnists, penned this article on 19th June 2016:

“Brexit vote is about the supremacy of Parliament and nothing else: Why I am voting to leave the EU

At heart, the Brexit vote is about the supremacy of Parliament. All else is noise

(…) Stripped of distractions, it comes down to an elemental choice: whether to restore the full self-government of this nation, or to continue living under a higher supranational regime, ruled by a European Council that we do not elect in any meaningful sense, and that the British people can never remove, even when it persists in error….”

Likewise, on 26th June 2016, three days AFTER the referendum, Mr Evans-Pritchard wrote:

“Parliament must decide what Brexit means in the interests of the whole Kingdom”

Well, Mr Evans-Pritchard and other Brexiteers, you got what you claimed to be rooting for. Indeed, the only question on the ballot was whether to restore Parliament as the supreme lawmaking and government instance in the UK – not whether to break off all ties with the EU.

And as you said, Mr Evans-Pritchard, it is up to Parliament to decide how to implement Brexit. Not up to you, not up to your lying Torygraph colleagues, not to the Prime Minister and his gang of hard Brexiteers, and not even up to the British public.

By the way, that “dastardly” Parliament your paper is now smearing and trying to demonise has a democratic mandate to act, elected, as it was, by the British people.

Let’s not forget that 48% (i.e. nearly half) of UK citizens voted to Remain, not to leave – and especially not to crash out of the EU without a deal. As such, they deserve to have their views represented accordingly. They are also “the people”. Brexiteers are not the only “British people” whose voice needs to be heard.

On the other hand, the Johnson government that your lying toilet paper journal so ardently defends has absolutely no democratic mandate to do anything, let alone crash Britain out of the EU without any deal.

As stated above, British citizens never voted for the UK to become a Swiss-style direct democracy. They voted to restore Parliamentary sovereignty. Now that this has been done, it is YOUR duty to respect it. Especially in the pages of your paper, miserable as it is.

10 observations sur le défilé militaire du 14 juillet


Le défilé militaire traditionnel du 14 juillet, tradition sacrée, vient de se terminer. Comme chaque année, c’est une superbe occasion pour faire des réflexions sur les affaires de défense. Faisons-en donc  quelques unes :

 

  1. Tout d’abord, c’est triste que ce défilé (comme d’ailleurs certains précédents) a été utilisé, voire abusé, par l’Elysée pour promouvoir l’agenda européiste : l’effacement de la France et d’autres pays européens de la carte mondiale et la dissolution de leurs armées dans un moule appelé “l’armée européenne”. D’autant plus que toutes les initiatives européennes en matière de défense n’ont contribue strictement rien jusqu’ici. Elles n’ont débouché que sur la création de structures de commandement, des bureaucraties et de sinecures, jamais sur le moindre accroissement des capacités militaires européennes.
  2. En même temps que nos politiciens européistes nous mentent qu’ils veulent renforcer la défense de l’Europe par ces initiatives, ils affaiblissent nos armées dans le monde réel. Cette année, comme à plusieurs occasions précédentes, Bercy (avec l’approbation d’Emmanuel Macron) a raboté 404 millions d’euros du budget d’équipements des Armées. Double-langage des politiciens donc.
  3. L’Initiative Européenne d’Intervention, qui a reçu beaucoup d’attention médiatique aujourd’hui car des soldats des 10 pays participants ont défilé aujourd’hui sur les Champs-Elysées, est trop récente pour en rendre jugement. Il faut cautionner que faire défiler ses soldats est une chose ; être capable (et avoir la volonté) d’intervenir à l’étranger et se battre en est complètement une autre.
  4. Néanmoins, cette initiative a des chances de réussir. Pourquoi ? Parce qu’elle a été conçue complètement hors le cadre de l’UE : c’est initiative de 10 pays. Elle est (ou plutôt sera) le fruit d’un accord et d’une coopération volontaire, totalement libre, de 10 Etats-Nations (dont un, le Royaume-Uni, est en train de sortir de l’UE). D’ailleurs, vu que la Grande-Bretagne dispose d’une armée performante comme la France, cette initiative peut vraiment aboutir à des résultats concrets.
  5. Plus largement, tout ce qui a jamais abouti en Europe a été le fruit de la coopération entre Etats-nations, et jamais de décisions de Bruxelles : Airbus/Eurocopter, Ariane, la zone Schengen, les véhicules blindés Boxer, les avions Transall… Là encore se montre la sagesse du Général de Gaulle, partisan de ce modèle de coopération.
  6. Côté positif, l’innovation de technologies militaires a été souligne au début de ce défilé. Des robots et des drones innovants, de la technologie très pointue… Mais tout cela ne vaudra rien si cela reste au laboratoire ou sur les champs d’essai. Il faudra encore produire ces équipements en des quantités importantes. Ce qui sera difficile (pour ne pas dire impossible) si Bercy continue à raboter le budget des Armées.
  7. Par conséquent, la présence de Gerald Darmanin, “Ministre de l’Action et des Comptes publics”, à ce défilé a été une honte et un scandale.
  8. Il est par ailleurs totalement faux de dire que les initiatives “militaires” de nos politiciens européistes ont pour but de rendre l’Europe indépendante (ou au moins autonome). En réalité, comme j’ai déjà expliqué plusieurs fois sur ce blog et ailleurs, nos élites éuropéistes sont des vassaux fidèles de Washington. Et personne en Europe n’est plus dévoué aux Etats-Unis qu’Angela Merkel et sa ministre de défense Ursula von der Leyen. Cette dernière a accru les contributions budgétaires et d’effectifs militaires de l’Allemagne à l’OTAN et s’est même félicité que son pays y est maintenant le 2ème plus grand contribueur, derrière seulement les USA. Mme von der Leyen a d’ailleurs rédigé, en janvier, un article pour les New York Times faisant éloge de l’OTAN. Avec des dirigeants comme Mme Merkel et Mme von der Leyen, il n’y a donc absolument aucune chance de voir une Europe indépendante des USA. Ce sera bien le contraire : une Europe totalement alignée sur Washington et obéissante à tous les diktats de la Maison-Blanche et du Congrès.
  9. Les médias européistes ont aussi fait l’éloge de la Brigade franco-allemande (dont plusieurs régiments ont défilé aujourd’hui sur les Champs). Là encore, il s’agit d’un grand mensonge. Car la Brigade franco-allemand ne sert à strictement rien, sauf à défiler et à donner une fausse apparence d’une défense européenne. Le gouvernement allemand s’est pourtant mis vent debout contre tout déploiement de la Brigade au combat. Les unités allemandes n’ont donc pu participer qu’aux missions de soutien, de formation et de surveillance de postes. Rien d’autre.
  10. Et pour finir par une note positive, je dois dire que j’étais très émouvé par l’hommage rendu à la fin du défilé aux militaires blessés. Je regarde le défilé du 14 juillet chaque année, mais j’ai jamais encore vu un hommage aussi spécial, aussi prominent, et aussi personnel d’un Président de la République aux militaires blessés. Si je suis critique d’Emmanuel Macron sur le plan politique, il faut admettre néanmoins qu’il sait toujours rendre hommage à ceux qui ont beaucoup sacrifié pour la France, et plus largement, il sait parfaitement faire les gens se sentir appréciés. C’est une compétence clé qu’il faut avoir en politique, en affaires, et même généralement au travail.

Joyeux 14 juillet à toutes et à tous !

Pourquoi les populistes ont gagné


 

Hier, aux élections européennes, des partis souverainistes (dits péjorativement “populistes” par la plupart des médias) ont gagné le scrutin dans plusieurs grands pays européens : en France, en Italie, en Pologne… et bien sûr au Royaume-Uni où le Brexit Party a humilié les conservateurs autant que les travaillistes.

Beaucoup d’entre vous, mes chers lecteurs, se demandent probablement : Mais comment ? Comment c’est-il possible ? Pourquoi tant d’Européens ont voté pour des populistes comme Marine Le Pen, Viktor Orban, et Matteo Salvini ?

Il faut pas trop simplifier l’affaire. Or, il existe une cause fondamentale de la victoire des partis souverainistes et anti-système. Je l’avais déjà prédite il y a presqu’un an, le 10 juin 2018, devant le Parlement Européen à Strasbourg :

La cause fondamentale peut, en effet, être résumée en un seul mot : la souveraineté.

Les peuples européens, et notamment les Français, n’acceptent pas la dissolution de leurs Etats-nations (auxquels ils sont toujours fort attachés) dans un Etat supranational européen. Ils ne l’accepteront jamais.

Pourquoi ? Eh bien, ce n’est pas par chauvinisme, nationalisme, ni parochialisme. C’est parce que les 28 Etats-membres de l’Union européennne sont tous des démocraties (perfectibles, bien sûr, mais des démocraties), alors que l’UE est profondement anti-démocratique.

Par conséquent, les Européens réfusent qu’on leur confisque leur souveraineté et leur droit d’auto-détermination au nom d’un rêve de batir un Etat fédéral européen gouverné par des commissaires apatrides et irresponsables.

La raison pour laquelle ils votent pour les souverainistes est la même que celle pour laquelle ils se sont battus pendant les deux derniers siècles : le droit des peuples d’auto-détermination. C’est la même cause que celle pour laquelle les Français ont fait la révolution :

Le principe sacro-sanct que tout pouvoir peut provenir seulement du peuple. La cause du gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

 

Mais pourquoi pas ? Pourquoi la démocratie est-elle importante ?

Les peuples européens savent que peut-être ils ne font pas toujours le meilleur choix et n’élisent pas toujours les meilleurs candidats, mais dans une démocratie, de tels erreurs sont rectifiables à l’élection suivante. En revanche, des erreurs commises par des commissaires irresponsables ne peuvent jamais être corrigées tant que ces derniers restent au pouvoir.

C’est simple : si un peuple se gouverne lui-même, il peut bien ou mal choisir, mais s’il se trompe, il peut mieux choisir la prochaine fois. En revanche, si des institutions supranationales décident pour lui, le peuple ne peut rien faire pour rectifier la situation.

Et c’est précisement ce que les Européens réfusent catégoriquement. Ils peuvent voter pour la gauche, la droite, ou le centre, mais ils ne veulent absolument pas être privés de leur droit d’auto-détermination.

Or, les priver de ce droit fondamental et construire un Etat fédéral sur les ruines des Etats-nations est l’objectif central du projet européen et l’a été dès le début.

Les Européens s’en sont rendus compte, et c’est pourquoi ils votent pour les souverainistes. C’est leur façon (parfaitement démocratique) de dire “non ! nous ne sommes pas d’accord ! nous ne vous le permettons pas !” aux dirigeants européistes.

Or, jusqu’ici, les élites européistes ont catégoriquement réfusé d’accepter le verdict populaire. Le président actuel de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a même dit que “il ne peut pas y avoir de choix démocratique contre l’Union européenne.”

Quoi maintenant ?

J’avais prédit, il y a presqu’un an, que les souverainistes allaient continuer à gagner des élections si les élites européistes n’avaient pas écouté. Nous y voilà.

Il est inutile de blâmer la victoire des souverainistes sur le racisme, l’immigration, le chômage… ce n’est que le sommet de l’iceberg.

Les élites européistes (politiques et médiatiques) doivent se rendre enfin compte, et accepter le fait, que leur projet d’un Etat supranational européen n’aboutira pas et l’abandonner. Ils doivent restituer aux peuples européens leur souveraineté et décentraliser profondement l’UE. Cette dernière devrait devenir une simple zone de libre-échange et un forum de coopération volontaire entre Etats-nations.

Si les élites européistes insistent, comme l’a déjà déclaré Emmanuel Macron, à ignorer le verdict populaire et à déposséder les peuples européens de leur souveraineté, nous verrons bientôt la dislocation de l’UE. Et je pèse ici mes mots.

L’économie américaine croît 50% plus vite que celle de l’Union européenne


Depuis presque 30 ans, les élites européistes disent aux Français (et aux autres Européens) que nous avons besoin de fondre nos Etats-nations dans le moule européen pour concurrencer les USA. Seule un Etat fédéral européen, nous disent-ils, est capable de faire contre-poids à Washington.

Laissons, pour un instant, de côté le fait que l’UE est, en réalité, une invention américaine et un outil clé de domination américaine sur l’Europe. Posons-nous la question : l’UE est-elle même capable de concurrencer les USA ?

It’s the economy, stupid! (C’est l’économie, tu connard!)

-Bill Clinton

Les faits avérés démontrent que non. Surtout sur le plan économique. Si l’UE (même avant son élargissement en 2004) avait été un Etat des USA, elle compterait parmi les Etats fédéraux les plus pauvres.

Pire encore, chaque année de ces 10 dernières années, l’économie américaine a enregistré une croissance égale ou (le plus souvent) supérieure à la croissance moyenne de l’Union européenne, et en particulière des économies la zone euro, comme le démontre le graphe ci-dessous (crédit : Szymon Ziemba) :

Sur le graphe ci-dessus, la ligne rouge représente la croissance du PIB de l’UE, et la ligne bleue la croissance du PIB américain. La ligne orange correspond à l’économie chinoise.

La seule des dix dernières années où l’UE a connu une croissance économique plus forte que l’Amérique était 2016… la dernière année de la présidence de Barack Obama.

Le plus récemment, au premier trimestre, l’économie outre-Atlantique a enregistré une croissance encore plus spectaculaire, de l’ordre de 3,2% ! En même temps, le rythme de croissance en Europe, et notamment en France et en Allemagne, a nettement ralenti.

C’est maintenant officiel: l’Europe est la lanterne rouge de la croissance mondiale. Au lieu de rattraper les Etats-Unis, elle est de plus en plus derrière ; l’écart en faveur de Washington continue à se creuser. Pourquoi ?

En examinons ensemble les raisons principales.

 

La fiscalité : trop d’impôt tue l’impôt… ainsi que la croissance et l’emploi

La première cause est évidemment la fiscalité.

Cela ne plaira pas à beaucoup de Français (et d’autres Européens), mais il faut le dire : le libéralisme économique est indiscutablement supérieur à l’Etatisme. Une fiscalité oppressive est très nocive à l’entrepreneuriat et, en fait, à toute activité économique (achats, investissements…). Et donc à la croissance du PIB et à l’emploi.

Alors que la France reste (ex aequo avec la Belgique) la championne de l’OCDE de la fiscalité, et d’autres pays européens augmentent aussi les impôts, Donald Trump et le Congrès précédent (dominé par les Républicains) les ont abaissé outre-Atlantique.

Le résultat est un énorme coup de pouce à l’économie américaine à partir de 2017, avec une croissance de 2,3% en 2017, 2,9% en 2018 et, rappellons-le, 3,2% en premier trimestre de 2019. (En 2016, la dernière année de la présidence d’Obama, elle en était de 1,5% à peine !)

En même temps, la croissance du PIB de l’UE a ralenti de 2,4% en 2017 à 1,9% à peine en 2018. Elle sera probablement encore plus molle en 2019, car l’économie allemande, la plus grande de l’UE, est en récession.

Mais le Président Trump n’a suivi aucune idéologie ou école économique en particulier. Il a tout simplement suivi du bon sens : ce sont les entrepreneurs, le secteur privé, qui créent de la richesse et des emplois par leur travail.

Et la meilleure façon de stimuler tout cela est de laisser aux citoyens individuels le plus possible de leur propre argent. Autrement dit, de ne pas en confisquer trop. Ce que comprend parfaitement Donald Trump, mais que les élites européennes (ainsi que presque tous les souverainistes français) ignorent complètement.

 

Moins d’aides sociales… et donc d’assistanat

Qu’il soit clair : je ne suis pas contre les aides sociales en tant que telles. Mais là, comme avec tout, il faut connaître une modération. Trop d’aides sociales mène inéluctablement aux fraudes et à la création d’une classe entière d’assistanat : de gens qui vivent d’une façon permanente aux dépenses des autres.

Par exemple, parmi les 6 millions de chômeurs en France, il y en a environ 1 million qui pourraient travailler mais ne le font pas… car ils peuvent vivre encore d’allocations-chômage. Ils ne reprennent le travail que lorsqu’ils épuisent ces allocations.

Comme Emmanuel Macron l’a remarqué, les aides sociales en France sont “un pognon de dingue.” Et ces aides sociales très coûteuses entraînent inéluctablement un niveau d’imposition très élevé.

Une majorité des Français (dont les gilets jaunes) réclame moins d’impôts mais toujours plus de protections sociales. Le problème des Français (et pratiquement tous les autres Européens) est qu’ils ne comprènnent pas la réalité inéluctable que vouloir plus d’aides sociales, c’est réclamer d’être imposé davantage!

Comme l’a dit Margaret Thatcher, l’Etat n’a pas de son propre argent. Il n’y a que l’argent des contribuables (donc de nous tous) à sa disposition :

Si les politiciens vous promettent donc de vous donner X euros, cela veut dire qu’ils vous confisqueront d’abord le même montant ou (le plus souvent) encore plus d’argent.

En revanche, aux Etats-Unis, Donald Trump a nettement réduit les aides sociales pour ceux qui ne veuillent pas travailler et continuera à aller dans ce sens.

La sur-réglementation

La liberté économique est un droit fondamental.

Bien entendu, elle ne saurait s’exercer sans certaines limitations. Certaines réglementations sont nécessaires pour protéger notre santé, nos droits comme salariés, notre nourriture, notre environnement, et nos données privées, comme le démontre le scandal de fuite de données chez Facebook.

Or, ce que nous voyons depuis très longtemps en France et en Europe, c’est une sur-réglementation de tout et de tous ; une réglementation de chaque petit détail de chaque aspect de notre vie. L’UE elle-même produit chaque année des dizaines de pages de nouvelles directives, lois, et autres réglementations. A quoi les Etats-membres ajoutent encore leur propre réglementation.

Cela date, malheureusement, depuis longtemps. En 1966, Georges Pompidou, alors Premier ministre, était furieux lorsqu’il a vu la montagne de décrets à signer que lui avait été présentée. Il a exclamé :

« Mais arrêtez donc d’emmerder les Français ! s’emporte-t-il. Il y a trop de lois, trop de textes, trop de règlements dans ce pays ! On en crève ! Laissez-les vivre un peu et vous verrez que tout ira mieux ! Foutez-leur la paix ! Il faut libérer ce pays ! ».

En effet, il faut libérer ce pays. Ces paroles de Pompidou sont encore plus vraies aujourd’hui qu’en 1966. Il suffit juste un exemple : le Code du Travail, qui compte plus de 1000 pages, alors que celui de la Suisse n’en compte que 70.

Emmanuel Macron les a citées l’année dernière, mais, comme d’habitude, il n’en a rien fait, faute de volonté politique.

Et aux Etats-Unis ? Abrogation systèmatique de réglementations inutiles. Le Président Trump a même mis en place une règle d’or : la création d’une nouvelle réglementation fédérale doit automatiquement entraîner la suppréssion de deux autres.

Le résultat ? Les Américains créent de plus en plus de nouvelles technologies, produits, et services : micro-ordinateurs, micro-chips, engins spatiaux réutilisables, voitures électriques, médicaments, drones et autres robots, de l’intelligence artificielle…

Et nous, les Européens ? Nous ne créons que des nouvelles réglementations, directives, lois, agences, administrations, et niveaux de complexité administrative !

Autrement dit, les Américains font des produits et des services innovants, alors que nous, les Européens, ne créons que de la paperasse inutile.

Qui peut donc s’étonner que l’Europe est loin derrière les USA, et maintenant aussi la Chine, en termes de nouvelles technologies ?

 

La politique monétaire

Comme j’ai déjà écrit, et comme bon nombre d’économistes ont déjà constaté, l’euro est une monnaie artificielle, un non-sens économique complètement inadapté aux besoins des économies de la zone euro.

L’objectif de cette monnaie n’a jamais été économique, mais purement politique : préparer la mise en place d’un Etat fédéral européen.

Cela est de plus en plus évident, avec pratiquement toutes les économies de la zone euro en ralentissement, y compris maintenant l’Allemagne. Les économies les plus dynamiques de l’Europe sont celles des pays qui n’appartiennent PAS à la zone euro : la Pologne, la Roumanie, la Suède, le Danemark, la Norvège, la Suisse…

L’euro est un tueur de croissance économique. Toute personne qui le nie est un illettré économique ou un menteur éhonté.

Cela est dû aux deux causes :

  • D’abord et surtout, c’est une monnaie artificielle, imposée à 17 économies différentes, ayant besoin d’une politique monétaire différente.
  • Mais aussi parce que le rémède appliqué par la Banque Centrale Européenne (BCE) depuis 2008 – celle de taux d’intérêt directeurs à 0% – ne peut être qu’un placebo, et pas une solution à long terme. Or, les taux directeurs de la BCE restent à 0%, ou à ses environs, depuis 2008, c’est-à-dire depuis 2019 ! Pire encore, depuis 2008, la BCE ne cesse d’imprimer de l’argent “vide”, dans le cadre de sa politique de “Quantitative Easing”.

Une telle politique a du sens seulement à court terme, comme solution immédiate du type “placebo” au pire moment d’une crise économique profonde (telle que celle de 2008). Elle est complètement dénuée de sens à long terme.

Pour comprendre cela, imaginez-vous que vous allez manger des bonbons (ou du chocolat). A court terme, ça plait, c’est délicieux… mais à long terme, ça nuit à vos dents.

Et outre-Atlantique ?

Depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche et de Jerome Powell à la tête de la Federal Reserve, les taux directeurs de la Fed ont été relevés, le “Quantitative Easing” a été terminée, et un septième de l’argent “vide” imprimé pendant la présidence Obama a été retiré de la circulation. Le dollar s’est ainsi nettement renforcé contre l’euro.

Le chef de la Fed, M. Powell, voudrait relever encore plus les taux directeurs, mais Trump l’a découragé, pour l’instant, de le faire. Les taux directeurs actuels, entre 2% et 2,5%, sont déjà assez élevés.

Et OUI, c’est BON pour l’économie américaine ! Pourquoi ? Car cela attire beaucoup d’investisseurs.

Réfléchissez-vous vous-même : ou vaut-il mieux d’investir ? Là où les taux d’intérêt sont de 0% (alors que l’inflation est à 2,3%), les réglementations restreignent votre liberté, et le fisc va, en tout cas, confisquer la plupart de vos revenus ?

Ou dans un pays où les impôts ont été durablement abaissés, vous jouissez d’une liberté économique assez large, et les taux d’intérêt sont de 2%-2,5% ?

Quel investissement serait plus rentable, selon vous ?

Conclusions

Comme l’a dit en 1987, à Berlin, le Président américain d’alors, Ronald Reagan : “freedom is the victor” (“la liberté est le vainqueur.”) Un système économique libéral l’emportera toujours sur tout système dirigiste.

Et cela pour une raison simple : aucun groupe de politiciens, de fonctionnaires ou de commissaires n’est compétent pour gérer une économie entière, encore moins 28 économies complètement différentes !

Il est clair que les élites européistes, obsédés par la centralisation du pouvoir à Bruxelles et par la réglementation de tout, ont fait de l’Europe (et surtout de la zone euro) la lanterne rouge de la croissance mondiale. Il n’y a pratiquement aucune chance que l’UE puisse maintenant rattraper les Etats-Unis…

… au moins que cette première soit radicalement décentralisée et les économies de ses pays membres soient profondement libéralisées.

Il incombe donc aux Européens de voter, à chaque élection, pour des politiciens qui le feront et qui comprennent les vraies causes de la stagnation économique de l’Europe.

Macron et la relation franco-allemande : la réalite l’emporte sur les fantaisies


Depuis les années 1960, les médias et les partis européistes ne cessent de nous répeter, malgré les faits avérés, que la France est en “couple” avec l’Allemagne. Par conséquent, disent-ils, Paris devrait absolument toujours s’accorder avec Berlin, sinon, la construction européenne ne fonctionnera plus et le ciel s’effondrera!

Cette notion d’un “couple franco-allemand” a toujours été un mythe, et cela, un mythe exclusivement franco-français. Car nos voisins d’outre-Rhin ne se sont jamais crus être en un “couple” quelconque avec la France. Leur alliance la plus importante a toujours été, et reste, celle avec les Etats-Unis. Et cela malgré quelques désaccords occasionnels, comme sur l’Irak en 2003.

L’alignement aveugle de Paris sur Berlin

Néanmoins, nos élites européistes continuent à y croire. En septembre 2017, Le Point avait publié une édition parlant, sur la couverture, d’une “Françallemagne” supposée.

Aujourd’hui, il devrait être clair à tous que le soi-disant “couple franco-allemand” n’existe pas et que cette couverture du Point en septembre 2017 était une crétinerie.

Juste il y a 3 mois, Emmanuel Macron avait signé un nouveau traité (d’Aix-la-Chapelle) alignant des élements importants de la politique de la France sur l’avis de Berlin, notamment en matière d’exportation d’arméments. Il avait proposé à donner au gouvernement allemand le droit de co-décider sur l’emploi de l’arme nucléaire française. Il avait déclaré que le prétendu “couple” franco-allemand soit de plus en plus proche…

Or, il y a récemment eu un changement important : la triste vérité sur les relations Paris-Berlin l’a finalement rattrapé.

La déception profonde d’Emmanuel Macron

Malgré son attitude clairement pro-allemande et ses concessions, il n’a rien obtenu en retour de Berlin. Les Allemands ont catégoriquement rejeté les points clés de son projet européen :

  • la mutualisation des dettes ;
  • la création d’un budget et d’un parlement séparés pour la zone euro ;
  • l’organisation d’une coopération réelle et substantive des pays européens en matière de la défense (Europe de la Défense) ;
  • la taxation des géants américains du numérique…

Qui plus est, les Allemands ont récemment posé une demande complètement inacceptable pour tout gouvernement français : que la France cède son siège permanent au Conseil de Sécurité de l’ONU à l’UE. Ce qui permettrait à l’Allemagne de gagner par le biais de l’UE ce que Berlin ne pourra jamais obtenir seule.

Le coup final, néanmoins, était l’insistence de l’Allemagne pour octroyer un nouveau délai supplémentaire, et très long, à la Grande-Bretagne avant le Brexit. Ceci est nécessaire vu l’incapacité totale des politiciens britanniques de décider quand et comment (sur quelles conditions) sortir de l’UE.

Emmanuel Macron y est opposé. Et pour cause : vu tous les autres défis auxquels l’UE doit faire face (la crise de réfugiés, le changement climatique, l’agression russe, le défi posé par Donald Trump…), l’Europe ne peut pas se permettre de prolonger les interminables discussions sur le Brexit. C’est aux Britanniques de balayer la pagaille qu’ils ont eux-mêmes créée, raisonne-t-il.

Or, les Allemands ont insisté sur un nouveau délai très long à accorder à Londres.

Pire encore, Berlin a poussé (avec succès) pour l’ouverture des négociations avec les Etats-Unis d’un accord de libre-échange (le Transatlantic Trade and Investment Partnership), replacement de la TAFTA. Ce qui aura, pour effet, d’ouvrir le marché commun européen à la concurrence totalement déloyale des Etats-Unis.

(Rappellons qu’outre-Atlantique, les droits sociaux fondamentaux, tels que les soins médicaux pour tous, l’éducation gratuite pour tous, 5 semaines de congés payés, les congés-maternité, la protection environnementale, les limitations d’émissions de CO2, etc., n’existent pas du tout.

Signer un accord de libre-échange avec Washington, c’est donc ouvrir le marché européen au dumping social, salarial, et environnemental éhonté des USA. Autrement dit, voter pour la destruction totale de l’industrie européenne. Ce qui prouve, encore une fois, que l’Union européenne est un outil de vassalisation de l’Europe envers les Etats-Unis.)

Aujourd’hui, il est clair : la notion que l’UE puisse “faire contre-poids” aux USA est un mensonge éhonté. L’UE est, un fait, un outil clé de la vassalisation de l’Europe par les USA. Ci-dessus : une affiche référendale du PS avant le référendum sur le Traité de Maastricht le 20 septembre 1992.

Berlin soutient cette politique pour une raison simple : il ne veut pas voir Trump taxer ses exportations de voiture aux Etats-Unis. Mais pour justifier sa position, il se présente comme défenseur de l’intérêt supposé de l’Europe entière… et accuse la France d’y nuire. Il présente la France comme une obstructrice nuisant à l’intérêt commun de tous les Européens mais isolée en Europe.

(On disait d’ailleurs exactement la même chose au sujet de la France gaullienne.)

Le corpus diplomatique français est donc exaspéré, et, selon Libération, Emmanuel Macron “semble avoir fait son deuil de la relation franco-allemande après y avoir longtemps cru.” Ce journal de gauche, quoique pro-européen, admet que :

La fiction du «couple» franco-allemand a volé en éclats lors du sommet spécial Brexit, mercredi et jeudi. S’il y a souvent eu de profonds désaccords entre les deux rives du Rhin, c’est la première fois qu’Angela Merkel l’a affiché publiquement et sans précautions diplomatiques excessives.

C’est la première fois qu’un journal national français considéré appartenir au mainstream médiatique fait une telle constatation publiquement.

Macron ressent maintenant la douleur du Général de Gaulle

Comme j’ai déjà écrit plusieurs fois, Macron n’est guère le premier Président français ayant essayé de nouer une alliance très proche avec l’Allemagne. Le Général de Gaulle avait déjà essayé de faire le même en 1962-1963.

A cette époque-là, l’Homme du 18 juin recherchait en Europe des partenaires pour contrer l’hégémonie américaine. Les pays de Benelux et l’Italie étant toujours fidèles à Washington, le chef de l’Etat français a donc mis tous ses espoirs en l’Allemagne occidentale (1), avec laquelle il a négocié et signé le fameux Traité de l’Elysée le 22 janvier 1963.

Le but de cet accord était de séparer l’Allemagne occidentale de son protecteur américain et de créer avec elle “l’embryo d’une Europe indépendante” des Etats-Unis. Tel était l’objectif fixé par le Général.

Hélàs, les Allemands lui ont fait une infidélité incroyable. Comment ? En réintroduisant, à leur résolution de ratification du Traité, TOUS les éléments d’assujettissement envers Washington que le Général avait opiniâtrement exclus du texte originel :

  • “une étroite association entre l’Europe et les Etats-Unis” ;
  • “la défense commune dans le cadre de l’OTAN” ;
  • l’admission de la Grande-Bretagne (considérée comme le Cheval de Troie des Américains) dans la construction européenne ;
  • l’ouverture du marché commun européen aux importations américaines (et autres) dans le cadre de l’accord d’échange libre appellé GATT. (2)

Le texte intégral de ce soi-disant “préambule interprétatif” allemand au Traité de l’Elysée peut être consulté ici. Il faut savoir qu’en droit international, ce préambule fait partie intégrante du Traité en version allemande.

La déception du Général de Gaulle suite à ce coup bas des Allemands était profonde et douleureuse. Voilà que son rêve d’une Europe indépendante des Etats-Unis (et menée par la France) volait en éclats !

Emmanuel Macron vient d’éprouver une déception similaire.

Conclusion : finissons-en avec la fiction du “couple franco-allemand”

La réalite finit toujours par l’emporter sur les rêves, les fantasies et les mythes. Emmanuel Macron vient de l’éprouver lui-même.

Il doit maintenant abandonner la fiction du “couple franco-allemand” et celle de “l’Europe comme contre-poids aux Etats-Unis” et récalibrer sa politique étrangère sur la dure réalité. Car la vérité, aussi douleureuse qu’elle soit, est toujours préférable aux mensonges.

Il importe également à toute la classe politique française, et surtout les européistes, d’abandonner ces mythes et d’accepter le monde tel qu’il est, pas tel qu’elle souhaite qu’il soit.

 

Nouveau livre : “Sortirons-nous de l’Histoire ?” par Jacques Julliard


Un nouveau livre sur la politique actuelle de la France est sorti récemment chez Flammarion : “Sortirons-nous de l’Histoire ?” par Jacques Julliard. L’auteur est inquieté par le fait que les Français ont les yeux trop figés sur le passé et trop peur de l’avenir.

Et cet avenir, l’auteur veut nous faire croire, “est indissociablement lié à celui de l’Europe”, par laquelle l’auteur veut évidemment dire l’Union européenne. Il déplore en même temps le fait que cette dernière peine à former un avis commun, et plus encore une politique commune, face aux évènements mondiaux.

Là, il s’agit d’un mensonge très souvent répété par les européistes : que la France seule est trop petite et trop faible pour peser sur la scène mondiale.

Son avenir, nous disons sans cesse les européistes, est de fondre la France dans un moule européen. Autrement dit, céder complètement la souveraineté aux bureaucrates non-élus et irresponsables à Bruxelles. Nous sommes censés les laisser gérer la politique interne et etrangère de la France et de tous les autres pays européens. Seulement de cette façon, disent les européistes (dont M. Julliard), l’Europe pourra faire face à l’hégémonie américaine.

Pourquoi est-ce une mauvaise idée ?

Vous vous êtes probablement posés la question, mes chers Lecteurs : et pourquoi bigre c’est une mauvaise idée ? L’Europe ne serait-elle plus forte et plus influente si elle parlait d’une seule voix ?

La réponse est, hélàs, non, contrairement à ce qu’on puisse penser.

Comme j’ai déjà démontré plusieurs fois sur ce blog, et comme le Général de Gaulle nous avait avertis en 1962, l’Union européenne est, en fait, une construction américaine qui sert (et a pour effet) d’inféoder l’Europe aux Etats- Unis. C’est donc le but et l’effet TOTALEMENT inverses à ce que déclarent les européistes.

Depuis au moins 1992, on ment aux Français que l’Europe peut “faire le contre-poids” aux Américains et les Asiatiques (à l’époque les Japonais). Il s’agit de la plus grosse arnaque jamais commise contre le peuple français. Ici, une affiche du Parti socialiste véhiculant ce mensonge en 1992.

  • C’est l’Union européenne qui a transfert nos données privées aux Etats-Unis au nom de “lutte contre le terrorisme.”
  • C’est l’Union européenne qui applique, sans discussion, les sanctions édictées par Washington contre tout pays qui n’obéit pas aux diktats de la Maison Blanche (Russie, Iran, Cuba…), et cela au grand détriment de l’économie française. C’est aussi Bruxelles qui nous entraîne dans la politique étrangère aggressive de Washington contre ces pays et beaucoup d’autres et qui risque maintenant de nous traîner dans une guerre non-voulue contre la Russie.
  • C’est l’Union européenne qui tolère l’optimisation fiscale (pour ne pas dire l’évasion fiscale) de la part des géants du numérique américains. Le Président actuel de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avait d’ailleurs octroyé d’énormes privilégiés fiscaux aux entreprises multinationales américaines lorsqu’il était Premier ministre du Luxembourg.
  • C’est l’Union européenne qui a ouvert le marché commun européen à la concurrence totalement déloyale des Américains et des Canadiens, d’abord par la porte arrière (via l’accord CETA), et qui s’apprête maintenant à faire cela via l’accord TAFTA, tous les deux négociés dans un secret absolu et signés contre la volonté d’une grande majorité des Européens.
  • C’est l’Union européenne qui veut maintenant nous déposséder de nos armées nationales et les fondre dans une “armée européenne”, tout “en coopération étroite avec” (donc subordination envers) l’OTAN et donc les Etats-Unis.

L’idée que l’UE puisse faire le contre-poids aux USA (alors qu’elle en est en réalité un outil) est la plus grosse arnaque jamais commise contre les Français.

Général de Gaulle, atlantiste ?

Mais les mensonges éhontés de M. Julliard ne s’arrêtent là. Sur les pages 62-63, il affirme que le Général de Gaulle était un atlantiste et l’allié le plus fidèle de Washington.

Là, non seulement M. Julliard ment, il insulte la mémoire du Général. Car l’Homme du 18 juin était, un réalite, un souverainiste ardent et un critique farouche de la politique des Etats-Unis.

Il est vrai qu’au début de son premier mandat, surtout pendant les années 1960-1962, il soutenait Washington sur la question de Berlin et des missiles soviétiques à Cuba. Mais il en était de même de tous les alliés des Etats-Unis :

  • Il avait conseillé au Président Eisenhower de ne pas s’excuser à Khrouchtchyov (Khruchtchev) pour les vols d’avions d’espionage américains U-2 au dessus de l’URSS lorsq’un tel avion avait été abbattu par les Soviétiques. Pourquoi ? Car Moscou aurait annulé le sommet de Paris (1960) en tout cas ; les survols de son territoire par les U-2 américains n’étaient qu’un prétexte, et le GDG le savait.
  • En 1961, à Berlin, c’était non seulement la crédibilité des Américains, mais de tous les alliés occidentaux, dont la France, qui était en question. D’ailleurs, dans ce cas-là, le GDG cherchait à montrer la fermété de la France à l’égard des Soviétiques aux yeux des Allemands occidentaux, et notamment du chancelier Adenauer (alors que Kennedy avait tacitement accepté la construction du Mur de Berlin par les Soviétiques). Son raisonnement était le suivant : “Si je montre la fermété de la France, alors que Kennedy s’est revelé faible, l’Allemagne occidentale va préférer la France, et non les USA, comme son protecteur de choix.”
  • Enfin, en 1962, le GDG ne pouvait pas manquer de soutenir les Américains lorsque les Russes avaient déployé, à Cuba, des missiles ciblés sur l’Amérique elle-même.

D’ailleurs, n’oublions pas que jusqu’en avril 1962, le Général avait pour préoccupation première de mettre fin à la Guerre d’Algérie. Rien n’était plus important que cela. Cette guerre (attissée en sous-main par les Américains) dressait les Français les uns contre les autres et menaçait de dégringoler en une guerre civile en France.

Mais globalement, l’Homme du 18 juin était un souveraniste ardent et un critique farouche de la politique de Washington, comme en témoignent notamment :

  • Son discours du 15 mai 1962, lors duquel il nous avait averti que l’UE était une arnaque ayant pour but d’asservir la France et l’Europe aux Etats-Unis (le fameux “fédérateur non-européen”) ;
  • Sa détérmination de bâtir, coûte que coûte, une force de dissuasion nucléaire indépendante des USA ;
  • Sa reconnaissance de la République populaire de Chine en janvier 1964, il y a 55 ans, malgré la colère et la condamnation non seulement des USA mais de l’ensemble des Occidentaux.
  • Sa politique de détente et de coopération avec l’URSS de Brejnev.
  • Son grand tour triomphal en Amérique latine en 1964.
  • La célèbre  conférence de presse de début 1965 concernant l’hégémonie du dollar et la vente massive de réserves de dévises en dollars françaises contre l’or.
  • Le retrait de la France du commandement militaire intégré de l’OTAN en 1966.
  • Le fameux discours “Vive le Québec libre !” en juillet 1967, un véritable camouflet administré aux Américains dans leur propre arrière-cour.

En j’en passe.

Conclusions

A vrai dire, M. Julliard n’apporte rien de nouveau au débat sur l’avenir de la France et de l’Europe. Il ne fait que répéter les mensonges standard des européistes.

Malheureusement, ce dernier camp ne cesse de répéter les mêmes mythes depuis plusieurs années (voire depuis la signature du traité de Maastricht en 1992).

Il reste à nous, les défenseurs de la souveraineté de la France, de combattre ces mythes et d’informer le public français.